Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBATS POLITIQUES EN FRANCE

Popularité : Valls fait-il de l’ombre à Hollande ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Berlusconi condamné à rester avec des gens de son âge"

En savoir plus

DÉBAT

Nigeria : un "colosse" économique face au défi sécuritaire (partie 1)

En savoir plus

DÉBAT

Nigeria : un "colosse" économique face au défi sécuritaire (partie 2)

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le Nigeria face à Boko Haram

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ali Benflis répond aux attaques d’Abdelaziz Bouteflika

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Chine : la croissance ralentit à 7,4% au premier trimestre

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Dans l'ombre de Bouteflika"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Booty Looting", un pillage chorégraphié de Wim Vandekeybus

En savoir plus

  • En images : des centaines de disparus après le naufrage d’un ferry en Corée du Sud

    En savoir plus

  • Economies : Valls demande aux fonctionnaires de "participer à l'effort commun"

    En savoir plus

  • Crimes de guerre en Syrie : la France veut faire saisir la CPI

    En savoir plus

  • Démonstration de force des pro-Russes dans l'est de l'Ukraine

    En savoir plus

  • Les Brésiliens de Mineiro ne veulent pas de Nicolas Anelka

    En savoir plus

  • La police de New York ferme une unité secrète chargée d'espionner les musulmans

    En savoir plus

  • Démission du puissant chef des renseignements saoudiens

    En savoir plus

  • "Injustices et corruption alimentent le cycle de violences au Nigeria"

    En savoir plus

  • Vladimir Poutine : "L'Ukraine est au bord de la guerre civile"

    En savoir plus

  • Violences sexuelles dans l'armée : Le Drian prône la "tolérance zéro"

    En savoir plus

  • Coupe d'Espagne : une finale Barcelone-Madrid sans Ronaldo

    En savoir plus

  • La justice indienne reconnaît l’existence d’un troisième genre

    En savoir plus

  • Kiev passe à l'offensive contre les pro-russes dans l'Est

    En savoir plus

  • Ali Benflis : "La présidence à vie en Algérie, c’est terminé"

    En savoir plus

  • Les prisonniers d'Abou Ghraib transférés face à la menace djihadiste

    En savoir plus

  • Des travaux d'intérêt général pour Silvio Berlusconi

    En savoir plus

  • Vidéo : Yasmina Khadra appelle les Algériens à "chasser" le régime

    En savoir plus

  • Reportage : à Horlivka, les insurgés s'emparent des bâtiments officiels

    En savoir plus

Afrique

Faible affluence pour le second tour de la présidentielle

©

Vidéo par Jérôme GLAENTZLIN , Ben BARNIER

Texte par Dépêche

Dernière modification : 09/11/2011

Alors qu'une manifestation de l'opposition a été violemment réprimée lundi, peu d'électeurs ont fait le déplacement ce mardi. Après la défection de Winston Tubman, Ellen Johnson Sirleaf est assurée d’être réélue à la tête de l'État.

AFP -  L'affluence des électeurs était faible mardi au Liberia pour le second tour de la présidentielle boycotté par Winston Tubman, principal rival de la présidente Ellen Johnson Sirleaf, au lendemain de la dispersion violente d'opposants qui a fait au moins deux morts.
              
Contrairement au premier tour du 11 octobre où de longues files d'attente s'étaient formées plusieurs heures avant l'ouverture des bureaux, très peu de personnes étaient présentes le matin dans la dizaine de bureaux de vote visités par l'AFP à Monrovia, sillonnée par des véhicules de police et de l'ONU.
              
Des écoles utilisées comme bureaux de vote ont préféré ne pas ouvrir leurs portes par crainte de violence, "en raison des incidents" de la veille entre opposants et la police, a reconnu la présidente de la Commission électorale nationale (NEC), Elizabeth Nelson.
              
Des responsables de médias ont indiqué à l'AFP que le gouvernement avait ordonné la fermeture, jusqu'à nouvel ordre, des quatre radios privées et quatre télévisions privées émettant à Monrovia.
              
Winston Tubman, leader du Congrès pour le changement démocratique (CDC), qui devait être opposé à Mme Sirleaf, a décidé de se retirer. Il affirme que ce scrutin risquait d'être entaché de fraudes similaires à celles qu'il avait dénoncées après le premier tour et a appelé à boycotter le scrutin.
              
Ellen Johnson Sirleaf, prix Nobel de la paix 2011, est arrivée en tête au premier tour avec 43,9% des voix contre 32,7% à M. Tubman. Ce dernier a accusé la présidente d'avoir utilisé massivement "les ressources de l'Etat" pour acheter le ralliement au second tour d'autres opposants.
              
L'élection intervient au lendemain de la dispersion violente par des policiers anti-émeutes de milliers d'opposants venus soutenir M. Tubman devant le siège de son parti.
              
Au moins deux personnes ont été tuées par balle - 3 ou 4 selon l'opposition - et plusieurs blessées.
              
Un millier de membres du CDC ont passé la nuit dans l'enceinte du siège de leur parti, surveillé par des soldats de la Mission de l'ONU au Liberia (Minul) - aucun policier libérien n'y était - et s'y trouvaient encore mardi. La chef de la Minul, Ellen Margrethe Loj, leur a rendu visite mardi en milieu de journée, ont constaté des journalistes de l'AFP.
              
                  
                  
"Nous reviendrons"
              
                  
              
"Ils vont nous tuer mais nous resterons là, le CDC c’est notre parti", a déclaré à l'AFP un jeune militant, Albert Doe, 21 ans. "On ne nous paie pas pour ça, c'est l'amour du parti qui nous rassemble ici. Même s’ils reviennent nous tirer dessus encore aujourd'hui, nous allons fuir pour nous mettre à l’abri, mais nous reviendrons", a-t-il ajouté.
              
Le gouvernement a "regretté" lundi soir les violences, promettant "que tous ceux qui sont coupables devront répondre de leurs actes" et appelant "tous les Libériens à aller voter" mardi.
              
Il a accusé des militants du CDC d'avoir été armés, ce qui aurait provoqué l'intervention de la police anti-émeutes, mais des sources indépendantes ont affirmé que les seules armes dont disposaient certains manifestants étaient des pierres et des gourdins.
              
Les manifestations "pacifiques" vont "continuer, car nous ne sommes pas plus importants que ceux qui ont été tués", a affirmé lundi George Weah, ex-star du football, une façon de dire que les manifestants étaient prêts à se faire tuer.
              
Devenu numéro 2 du CDC, Weah est resté très populaire dans son pays encore traumatisé par des guerres civiles qui, de 1989 à 2003, ont fait quelque 250.000 morts.
              
Le président américain Barack Obama a mis en garde lundi contre toute tentative de "perturber" le second tour.
              
Le premier tour, couplé à des législatives et sénatoriales où le Parti de l'unité (UP) de Mme Sirleaf était également arrivé en tête, avait été marqué par une forte participation (71%) et s'était déroulé dans le calme.
              
Ces élections avaient été saluées par l'ensemble des quelque 4.900 observateurs, nationaux et internationaux, comme "libres et transparentes".
              
 

Première publication : 08/11/2011

  • LIBERIA

    Violents heurts entre la police et des partisans de l'opposition

    En savoir plus

  • LIBERIA

    L'opposant libérien Winston Tubman appelle à boycotter le second tour

    En savoir plus

  • LIBERIA

    L'opposition dénonce des fraudes et se retire de l'élection présidentielle

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)