Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Le Premier ministre écossais annonce sa démission au lendemain du référendum

    En savoir plus

  • Le Tchad accuse l'ONU d'utiliser ses soldats comme "bouclier" au Mali

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Quand Hollande se targue d’influencer la politique économique européenne

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse : les indépendantistes n'ont pas tout perdu

    En savoir plus

  • Sarkozy revient-il pour "tout changer" ou "se sauver" ?

    En savoir plus

  • Visé par une enquête, Zidane pourrait être privé de banc de touche

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

    En savoir plus

  • Irak : combattants kurdes recherchent armes lourdes désespérément

    En savoir plus

  • Barack Obama salue la France, "un partenaire solide contre le terrorisme"

    En savoir plus

Economie

Le candidat socialiste François Hollande fustige un plan d'austérité "injuste"

Vidéo par France 3

Texte par Dépêche

Dernière modification : 08/11/2011

Dans la foulée de l'annonce par le Premier ministre d'un nouveau plan d’austérité, le candidat socialiste à la présidentielle 2012, François Hollande, s'est insurgé contre un programme qu'il estime "incohérent, injuste et inconséquent".

AFP - Le candidat socialiste à la présidentielle François Hollande a jugé lundi sur France 2 que le plan de rigueur présenté lundi par le gouvernement était "incohérent, injuste et inconséquent".

"C'est un constat d'échec que le Premier ministre, au nom du président de la République, a dressé", a aussi déclaré M. Hollande, à propos du plan présenté par François Fillon.

"Le Premier ministre a parlé de faillite, c'est grave à la fin du mandat de Nicolas Sarkozy", a-t-il aussi affirmé soulignant que "ça fait dix ans que la droite est au pouvoir, cinq ans que Nicolas Sarkozy est président de la République" et "il y a 500 milliards d'euros de dette supplémentaire".

"Comment on en est arrivé là... Il y a sûrement la crise, et je ne la nierai pas, elle est partout. Mais il y a aussi les recettes fiscales qui ont été perdues, les allègements qui ont été accordés - 75 milliards d'euros -, donc c'est un constat d'échec que le Premier ministre, au nom du président de la République, a dressé", a dit le député de Corrèze

Critiquant la hausse de la TVA réduite (de 5,5 à 7%) et "la perte de pouvoir d'achat programmée pour les prestations sociales" dans le cadre de ce plan, M. Hollande a jugé que "la fin de ces mesures allait être la faible croissance, voire même l'austérité qui va conduire à la récession (...) Ce qui fait que dans quelques mois, on sera dans l'obligation de prendre d'autres décisions" de rigueur.

Selon lui, le chef de l'Etat "n'a pas été capable de donner une perspective, une vison, une cohérence à son action. Voilà pourquoi nous payons cher l'échec de Nicolas Sarkozy".

C'est "un plan incohérent, injuste et inconséquent parce que nous allons avoir une baisse de la croissance et donc il y aura d'autres dispositions", a-t-il résumé.

"Je ne nie pas la réalité mais je ne parle pas de faillite parce que je ne veux pas prendre des mots qui ne correspondent pas à la situation", a-t-il dit, critiquant le terme employé par M. Fillon". "Moi, j'ai confiance dans mon pays".

Première publication : 08/11/2011

  • FRANCE

    Comment Paris entend économiser 65 milliards d’euros en quatre ans

    En savoir plus

  • CRISE ÉCONOMIQUE

    Pourquoi la France présente un second plan d'austérité

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)