Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : calme précaire dans la capitale, violences en province

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Au Cameroun, la population se mobilise pour l'éducation

En savoir plus

#ActuElles

Canada : les mystérieuses disparitions des femmes autochtones

En savoir plus

REPORTERS

Le meilleur des grands reportages de France 24 en 2014

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Retour sur les temps forts de l’année 2014

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Un troisième Bush à la Maison Blanche ?"

En savoir plus

DÉBAT

CAN-2015 : un défi pour le continent africain

En savoir plus

L'ENTRETIEN

"Il faut que Pékin réévalue ses politiques dans les régions tibétaines"

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Uruguay : la vie après Guantanamo

En savoir plus

Economie

La Société générale met ses actionnaires au régime sec

Texte par Dépêche

Dernière modification : 08/11/2011

Pas de dividende pour 2011 : c'est la décision prise, mardi, par la Société générale afin d'augmenter ses fonds propres. Une annonce qui intervient alors que la banque a reconnu que son bénéfice net avait baissé de 31 % au troisième trimestre.

REUTERS - Société générale, dont le bénéfice net a chuté de près de 31% au troisième trimestre, a renoncé mardi à verser un dividende à ses actionnaires pour l'exercice 2011 afin de renforcer ses fonds propres sans faire appel au marché et à l'argent public.

La deuxième banque française par la capitalisation boursière, après BNP Paribas, indique avoir passé dans ses comptes trimestriels une nouvelle dépréciation de 333 millions d'euros sur la Grèce, appliquant une décote de 60% sur la dette publique de la République hellénique.

Ses comptes sont aussi affectés par une dépréciation de 200 millions liée à des écarts d'acquisition dans ses activités de crédit à la consommation.

A la Bourse de Paris, l'action SocGen, qui a ouvert en hausse de près de 3%, gagne 4,26% à 18,24 euros à 09h21, signant la deuxième plus forte hausse du CAC 40.

Depuis le début de l'année, le titre perd encore plus de 54% de sa valeur, faisant resssortir la capitalisation boursière de la banque à 14,09 milliards d'euros. Sur la période, l'indice bancaire européen a abandonné 31%.

"La baisse dans les activités de BFI a été compensée par la banque de détail en France et les services financiers spécialisés", relève un trader parisien qui n'a pas souhaité être nommé.

De son côté, Alex Koagne, analyste chez Natixis, note que "retraité de l'impact de la dette propre, les chiffres sont inférieurs au consensus".
"En plus, l'abandon du dividende n'est pas réellement une surprise mais constitue néanmoins une mauvaise nouvelle", ajoute-t-il. 

1,6 MILLIARD D'EXPOSITION SUR L'ITALIE

Le bénéfice net de la SocGen est tombé à 622 millions d'euros au troisième trimestre alors que le consensus établi par la rédaction de Reuters tablait sur un résultat net en repli de 4% seulement à 858 millions d'euros. (Voir )

A titre de comparaison, BNP Paribas a fait état jeudi dernier d'une chute de près de 72% de son bénéfice net trimestriel à 541 millions d'euros, après avoir notamment passé une provision supplémentaire de 2,2 milliards d'euros sur les titres de dette souveraine grecque correspondant à l'application d'une décote de 60%.
Société générale, qui a été contrainte d'abandonner ses objectifs financiers pour 2012, estime toutefois qu'elle devrait renouer avec le versement d'un dividende au titre de l'exercice 2012.

"Nous réservons notre position sur le dividende 2012. Pour l'instant, nous estimons que nous pourrons reprendre au titre de l'exercice 2012 un paiement normal de dividende", a dit Jean-François Sammarcelli, son directeur général délégué, sur Radio Classique.

La SocGen, qui a vu sa capitalisation boursière s'effondrer au cours de l'été en raison des inquiétudes des investisseurs sur sa solidité financière face à la crise de la dette, a ramené son exposition à la dette grecque à 575 millions d'euros à fin octobre.

Son exposition à la dette publique italienne, qui suscite à son tour de nombreuses inquiétudes du marché, ressort à 1,57 milliard d'euros à fin octobre contre 2,2 milliards à fin juin.

Sous la pression des marchés et pour rassurer les investisseurs, les trois grandes banques françaises cotées ont lancé en septembre des programme des cessions d'actifs et d'arrêt d'activités destinés à réduire la taille de leur bilan et leurs besoins de financement.

La Société générale espère dans ce cadre libérer quatre milliards d'euros de fonds propres d'ici 2013. Elle estime aussi être en mesure d'atteindre un ratio de fonds propres de 9% dès le 30 juin 2012, comme l'exige l'Autorité bancaire européenne (ABE).

"Nous donnons la priorité au renforcement du capital du groupe pour être au rendez-vous des exigences prudentielles de l'ABE à mi-2012 et de Bâle 3 en 2013 dans les meilleurs délais", souligne Frédéric Oudéa, le PDG de la banque, cité dans le communiqué.

Première publication : 08/11/2011

  • BANQUES

    La Société Générale et le Crédit Agricole fragilisés après la dégradation de leur note

    En savoir plus

  • BOURSE

    L'AMF ouvre une enquête sur les rumeurs qui ont touché la Société générale

    En savoir plus

  • BANQUE

    Les printemps arabes plombent les bénéfices de la Société générale

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)