Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Noël : les jouets connectés au pied du sapin

En savoir plus

SUR LE NET

Le rapprochement avec Cuba divise la Toile américaine

En savoir plus

REPORTERS

Argentine : le bilan Kirchner

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les "MarocLeaks" inquiètent le pouvoir marocain

En savoir plus

#ActuElles

Jouets sexistes : le marketing des fabricants en cause

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Joyeux Noël... laïc !

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Cuba - États-Unis : la fin de la guerre froide ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

La Grèce fait trembler les marchés

En savoir plus

À L’AFFICHE !

La personnalité tourmentée de "Mr. Turner"

En savoir plus

Economie

À Pékin, le FMI évoque des risques de "spirale d'instabilité financière mondiale"

Vidéo par Axelle SIMON

Texte par Dépêche

Dernière modification : 09/11/2011

Par la voix de sa directrice générale Christine Lagarde, le FMI a appelé les économies du globe à collaborer pour sortir de la crise et rappelé, dans un message implicitement adressé à Pékin, que "l'Asie n'est pas à l'abri" .

AFP - La directrice générale du FMI Christine Lagarde a mis en garde mercredi à Pékin contre un "risque de spirale d'instabilité financière mondiale" si les économies de la planète ne réagissent pas ensemble face à la crise de la dette en Europe et aux menaces de récession.

Elle a aussi estimé que "l'Asie n'est pas à l'abri" et a appelé la Chine à se doter d'une monnaie plus forte, alors que le faible niveau du yuan est considéré comme étant à l'origine des énormes excédents commerciaux accumulés par Pékin.

"Si nous n'agissons pas ensemble, l'économie dans le monde encourt le risque d'une spirale d'incertitude et d'instabilité financière", a averti Mme Lagarde en référence aux crises de la dette et aux menaces de récession, lors d'un discours prononcé au début d'une visite de deux jours en Chine.

"L'économie mondiale est entrée dans une phase dangereuse et incertaine", a souligné la directrice du Fonds monétaire international (FMI).

"La réunion de Bruxelles était un pas dans la bonne direction", a-t-elle déclaré à propos du sommet européen au cours duquel a été décidé fin octobre le dernier plan de sauvetage de la zone euro et de la Grèce et l'Europe a tendu la main à la Chine, lui demandant son aide.

Christine Lagarde est arrivée à Pékin pour sa première visite en Chine en tant que directrice générale du Fonds. Elle doit examiner avec des responsables chinois les conséquences de la crise de la dette en Europe et les conditions dans lesquelles la deuxième économie mondiale pourrait être amenée à acheter davantage de dette souveraine sur le Vieux Continent.

Mme Lagarde s'était auparavant rendue à Moscou pour parler avec les dirigeants russes des conséquences de la crise européenne pour leur pays.

Après son séjour à Pékin, la directrice du FMI doit se rendre au Japon.

La Chine est le premier détenteur mondial de réserves de change, dont le montant, colossal, s'élève à 3.200 milliards de dollars. Le Japon arrive en deuxième position.

"La Chine a besoin d'une monnaie plus forte", a aussi dit Mme Lagarde, alors que les principaux partenaires commerciaux de la Chine continuent à juger le yuan sous-évalué, malgré une hausse de 7% de la monnaie chinoise par rapport au dollar entre juin 2010 et août 2011.

Les responsables économiques chinois promettent d'augmenter à terme la flexibilité du yuan ainsi que les importations pour rééquilibrer leurs échanges, mais ne veulent pas dans l'immédiat prendre de risques pour les exportateurs du pays, qui opèrent souvent avec des marges très étroites.

"La Chine est sur la bonne voie pour réorienter son économie vers la demande intérieure", a encore jugé la directrice du FMI alors que Pékin poursuit cet objectif tandis que la croissance chinoise reste très dépendante de l'investissement et des exportations, et relativement peu de la consommation des ménages.

"La Chine est un acteur clé du G20 et aussi au FMI", où le pays a un "beaucoup plus grand rôle à jouer et une voix plus importante à faire entendre", a encore dit Mme Lagarde, en référence à la réforme en cours des quote-parts et des droits de vote au sein du Fonds.

A l'issue de cette réforme dont le principe a été entériné en décembre dernier, la Chine deviendra le troisième pays en termes de droits de vote au sein de l'institution, avec une contribution au capital du FMI passant de 3,65% à 6,07%.

Première publication : 09/11/2011

  • ZONE EURO

    Christine Lagarde reçue à l'Élysée à la veille d'un sommet à Berlin

    En savoir plus

  • CRISE ÉCONOMIQUE

    Le FMI promet de stopper "l'emballement" de la crise

    En savoir plus

  • FMI

    Lagarde appelle à des mesures radicales pour enrayer la crise

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)