Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Grand oral de Manuel Valls : confiance renouvelée mais majorité fragilisée ?

En savoir plus

DÉBAT

Immigration clandestine : l'Europe impuissante ?

En savoir plus

FOCUS

Immigration en Méditerranée : prêts à risquer leur vie pour rejoindre l’Europe

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Margaret Atwood, la reine du roman d’anticipation est de retour !

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

Vote de confiance : Manuel Valls sera-t-il soutenu par sa majorité ?

En savoir plus

TECH 24

Apple, IFA, cours de code : c'est la rentrée high-tech !

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Coalition contre l'EI : "L'Iran doit participer"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

En savoir plus

SUR LE NET

Certains médias accusés de faire le jeu de l'EI

En savoir plus

  • Barack Obama appelle le monde à "agir vite" face à Ebola

    En savoir plus

  • Valls obtient la confiance des députés malgré l'abstention des "frondeurs"

    En savoir plus

  • Ligue des champions : Monaco s'impose, le Real cartonne

    En savoir plus

  • EI, EIIL, Daech, comment appeler les jihadistes en Irak et en Syrie ?

    En savoir plus

  • Au moins 67 Sud-Africains tués dans l'effondrement d'un immeuble à Lagos

    En savoir plus

  • Une roquette tirée de Gaza vers Israël, la première depuis la trêve

    En savoir plus

  • Les étrangers désormais interdits de travail au Soudan du Sud

    En savoir plus

  • L’inavouable alliance des États-Unis et de l’Iran contre l’EI

    En savoir plus

  • Exposition : Niki de Saint Phalle, une sacrée nana, au Grand Palais

    En savoir plus

  • Air France : la grève se durcit, les négociations "bloquées"

    En savoir plus

  • Yannick Agnel, la fin du rêve américain

    En savoir plus

  • Deux branches d’Al-Qaïda appellent les jihadistes à s’unir contre la coalition anti-EI

    En savoir plus

  • Nouvel appel des musulmans de France contre l’EI

    En savoir plus

  • Washington frappe des positions de l'État islamique près de Bagdad

    En savoir plus

EUROPE

Silvio Berlusconi assure qu'il ne se représentera pas en cas d'élections anticipées

Vidéo par Jonathan WALSH

Texte par Dépêche

Dernière modification : 09/11/2011

Silvio Berlusconi confirme qu'il démissionnera à la mi-novembre et qu'il ne sera pas candidat à d'éventuelles législatives anticipées. Une annonce qui ne rassure pas la Bourse de Milan qui, après un léger rebond, chutait de 4% en milieu de matinée.

REUTERS - Silvio Berlusconi a confirmé mercredi qu'il démissionnerait de la présidence du Conseil italien une fois entérinées les réformes économiques d'urgence réclamées par l'Union européenne, et il a défendu sa préférence pour des législatives anticipées, auxquelles il ne se présentera pas.

"Nous devons d'urgence adresser à l'Europe et au monde un signal fort montrant que nous prenons la situation au sérieux", a-t-il dit par téléphone, lors d'une émission télévisée.

Le spread (écart) de rendement Italie-Allemagne à 10 ans a atteint mercredi matin un plus haut record à environ 500 points de base, en réaction à la démission de Silvio Berlusconi, qui crée un climat d'incertitude.


Le rendement des obligations a fortement augmenté, à 7,03%, un niveau jugé par beaucoup intenable, auquel le Portugal, la Grèce et l'Irlande ont dû solliciter l'aide financière du Fonds monétaire international et de l'Union européenne.

Silvio Berlusconi s'est engagé à démissionner après avoir perdu sa majorité absolue à la Chambre des députés mardi lors de la ratification des comptes publics 2010. Ceux-ci ont été validés par 308 voix sur 630.

Mais il entend rester en fonctions jusqu'à l'adoption du nouveau budget, qui devait être voté d'ici la fin du mois mais dont l'examen à la Chambre des députés pourrait être désormais accéléré. Le président du parlement a déclaré mercredi matin que les partis de l'opposition souhaitaient l'adoption des réformes budgétaires d'ici lundi prochain.

Pressé de démissionner depuis des semaines face aux attaques dont l'Italie est la cible de la part des marchés financiers, Silvio Berlusconi a souligné que son départ était "un geste de responsabilité" auquel il consentait pour le bien du pays.

Il a rappelé son opposition à toute forme de gouvernement de transition ou d'union nationale - choix que privilégient l'opposition et nombre d'acteurs sur les marchés financiers -, assurant qu'à ses yeux, l'organisation de législatives anticipées était la seule issue viable.

Les annonces faites par le président du Conseil n'ont en rien rassuré la Bourse de Milan, dont l'indice cédait en milieu de matinée un peu plus de 4%.

CONSULTATIONS

Dans une interview que publie mercredi le quotidien La Stampa, "Il Cavaliere" pense que des législatives anticipées pourraient se tenir début février et que l'ancien ministre de la
Justice Angelino Alfano, actuel secrétaire général du Peuple de la liberté (PDL, droite), en sera le candidat au poste de président du Conseil.

"Je démissionnerai dès que la loi budgétaire aura été adoptée, et comme j'estime qu'il n'y a pas d'autre majorité possible (dans l'actuel parlement-NDLR), je pense que des
élections auront lieu au début de février, et je ne serai pas candidat", dit-il dans l'interview.
 
Pareille annonce est une pratique rare en Italie et plusieurs journaux de gauche laissent entendre que le Cavaliere pourrait chercher en fait à gagner du temps et revenir au bout
du compte sur sa démission.


Mais pour les analystes, comme le chef de l'Etat, Giorgio Napolitano, a annoncé la démission de Silvio Berlusconi par un communiqué officiel, il sera très difficile au président du Conseil de revenir sur sa promesse.

Le président Napolitano a fait savoir qu'il allait entamer des consultations avec l'ensemble des partis politiques lorsque les nouvelles mesures budgétaires auront été approuvées.

Lorsqu'un gouvernement en Italie perd la confiance du parlement ou démissionne, il incombe au président de charger un nouveau dirigeant de tenter de trouver une majorité au parlement, ou de convoquer des législatives anticipées.

Des inspecteurs de l'Union européenne sont attendus mercredi à Rome pour entamer leur mission de surveillance, destinée à garantir que des réformes économiques soient mises en oeuvre dans le cadre d'un accord intervenu la semaine dernière au sommet des pays du G20 à Cannes.
 

Première publication : 09/11/2011

  • ITALIE

    Le Cavaliere, un stratège atypique à la longévité record

    En savoir plus

  • ITALIE

    Berlusconi remporte un vote crucial mais perd la majorité absolue

    En savoir plus

  • ITALIE

    Le principal allié de Berlusconi appelle le Cavaliere à démissionner

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)