Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

FOCUS

À la rencontre des étudiants étrangers à Paris

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ioannis Kasoulides, ministre chypriote des Affaires étrangères

En savoir plus

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Air France : la grève entre dans sa deuxième semaine

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La revanche de David Cameron"

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

SUR LE NET

Le "Blood Bucket Challenge", nouvelle tendance en Ukraine

En savoir plus

FOCUS

Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

En savoir plus

  • Vidéo : les villages repris à l'EI portent les stigmates de l'occupation

    En savoir plus

  • Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

    En savoir plus

  • Yémen : Sanaa contraint de partager le pouvoir avec la rébellion chiite

    En savoir plus

  • Ligue 1 : l’OM vire en tête, Paris cale encore

    En savoir plus

  • Syrie : plus de 100 000 Kurdes ont fui en Turquie l'avancée de l'EI

    En savoir plus

  • Nicolas Sarkozy a "envie" mais surtout "pas le choix" de revenir en politique

    En savoir plus

  • Ebola : après trois jours de confinement, la vie reprend en Sierra Leone

    En savoir plus

  • Pas de zone tampon sans respect du cessez-le-feu, exige l’armée ukrainienne

    En savoir plus

  • À la rencontre des étudiants étrangers à Paris

    En savoir plus

  • Ashraf Ghani succède à Hamid Karzaï à la présidence afghane

    En savoir plus

  • Air France prévoit d'assurer 41% des vols lundi

    En savoir plus

  • Des milliers de pacifistes manifestent à Moscou contre la guerre en Ukraine

    En savoir plus

  • De Paris à New York, les défenseurs du climat se mobilisent

    En savoir plus

  • En Albanie, le pape François prône la tolérance religieuse et fustige les jihadistes

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France échoue au pied du podium

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Grand Prix de Singapour : Hamilton reprend les commandes de la F1

    En savoir plus

  • Filière jihadiste lyonnaise : cinq personnes mises en examen et écrouées

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Sanaa instaure un couvre-feu, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

Amériques

Florence Cassez victime d'une "campagne d'accusations" dans la presse mexicaine

Texte par Dépêche

Dernière modification : 10/11/2011

L'avocat de Florence Cassez, condamnée à 60 ans de prison au Mexique pour enlèvements, a dénoncé une campagne de manipulation pour discréditer sa cliente alors que la Cour suprême étudie son cas. La famille a été reçue ce jeudi à l'Élysée.

AFP - La Française Florence Cassez, condamnée au Mexique à 60 ans de prison pour enlèvements est depuis plusieurs jours l'objet d'une campagne d'accusations dans la presse mexicaine alors que son recours en révision est actuellement en cours d'examen par la Cour suprême du Mexique.
              
Plusieurs journaux et une radio, faisant état d'un rapport de la police fédérale, ont affirmé que la Française recrute actuellement des détenues pour se livrer à des "activités illicites" depuis la prison de Tepepan, au sud de Mexico, où elle est emprisonnée depuis près de 6 ans. La Française a démenti en bloc ces accusations auprès de l'AFP.
              
Mardi, la chaine de radio W Radio a diffusé l'interview de deux femmes, présentées comme des détenues de Tepepan. "Nous craignons pour notre sécurité car Florence Cassez nous propose de participer à des actes de délinquance", a dit l'une d'entre elle.
              
Le ton a été donné dimanche dans un article publié par le journal "El Dia", citant "des rapports de renseignement du ministère de la Sécurité publique (SSP).
              
Selon le journal ces rapports "révèlent que la Française Florence Cassez, a commencé à recruter des détenues des différentes prisons du District Fédéral (ndlr: la ville de Mexico) pour réaliser des activités illicites depuis la prison, en liaison avec une autre interne Kathinka Gabriela Solis Barrera".
              
Le journal met également en cause le député Gerardo Fernandez Norona, un député du Parti du Travail (PT, gauche), défenseur de Florence, et accusé lui aussi de comploter "pour monter un scandale politique contre des hauts fonctionnaires du ministère de la Justice et de la police fédérale".
              
Plusieurs autres journaux, "Impacto", "Uno mas Uno", "Ovaciones" ont repris le lendemain ces accusations, dans des termes quasiment identiques.
              
Interrogé par l'AFP, le porte-parole du ministère de la Sécurité publique, Juan Carlo Buenrostro, a déclaré ignorer l'existence des rapports mentionnés par la presse.
              
Florence Cassez a déclaré à l'AFP par téléphone que l'ensemble de ces accusations étaient "totalement dénuées de fondement". Elle a assuré n'avoir jamais de contact avec la détenue Kathinka.
              
"Tout cela intervient pour brouiller les pistes alors que la Cour suprême a accepté d'examiner mon recours". Visiblement éprouvée par ces nouvelles accusations, la Française a déclaré: "Je ne parviens pas à m'habituer à tous ces mensonges".
              
Pour le député Norona, "cette campagne est un tissu de mensonges". Interrogé par l'AFP, il a estimé que cette campagne était "un acte de persécution et d'intimidation orchestrée par Genaro Garcia Luna, le ministre mexicain de la Sécurité publique".
              
Garcia Luna, était chef de la police fédérale au moment de l'arrestation de Florence Cassez en décembre 2005. Il avait été à l'origine du montage par les deux principales chaînes de télévision mexicaine de la prétendue arrestation en direct de la Française et de son ancien fiancé Israel Vallarta, accusés de l'enlèvement de trois personnes.

 

Première publication : 10/11/2011

  • FRANCE - MEXIQUE

    La Cour suprême du Mexique se dit compétente pour examiner le recours de Florence Cassez

    En savoir plus

  • AFFAIRE CASSEZ

    L'ambassadeur du Mexique en France pique un coup de sang au Sénat

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)