Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Baptême du feu pour Donald Trump et Emmanuel Macron devant l'ONU

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Rwanda : l’opposante Diane Rwigara sort du silence

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Florian Philippot : "La refondation du FN se passe assez mal"

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

François Kalfon : "On peut faire de la politique en dehors du 7e arrondissement de Paris"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Marc Dugain explore la face sombre de l'Amérique des Kennedy

En savoir plus

FOCUS

Un an après les JO, Rio de Janeiro gangrenée par la crise et la violence

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Waszczykowski : "Les mots de Macron envers la Pologne n'étaient pas nécessaires"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

ONU : comment l'organisation est-elle financée ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Baptêmes du feu à l'ONU"

En savoir plus

EUROPE

Scandale des écoutes : James Murdoch traité de "chef mafieux"

Texte par Dépêche

Dernière modification : 10/11/2011

Le fils du magnat de la presse et président de News International, interrogé ce jeudi par une commission parlementaire sur l'affaire des écoutes téléphoniques au sein de News of the World, continue de clamer son innocence.

AFP - Un député britannique a traité jeudi de "chef mafieux" James Murdoch, le fils du magnat de la presse Rupert Murdoch, qui était interrogé par une commission parlementaire à propos du scandale des écoutes téléphoniques pratiquées par son défunt tabloïd News of the World.
              
"Vous devez être le premier chef mafieux de l'histoire à ne pas savoir qu'il dirige une entreprise criminelle", a déclaré le député travailliste Tom Watson, membre de la commission.
              
James Murdoch, 38 ans, président de News International, la filiale chapeautant les journaux britanniques de l'empire de presse Murdoch, a qualifié cette déclaration d'"inappropriée".
              
Le fils de Rupert Murdoch, qui avait déjà été entendu par cette commission parlementaire en juillet, a répété jeudi qu'il n'avait pas été mis au courant par ses subordonnés que les écoutes téléphoniques étaient une pratique répandue au sein de l'ancien tabloïd dominical News of the World.
              
News of the World, fermé en juillet à la suite du scandale, est soupçonné d'avoir fait écouter dans les années 2000 jusqu'à 5.800 personnes, parmi lesquelles des hommes politiques, des membres de la famille royale britannique, des artistes et de simples citoyens qui faisaient l'actualité.
              
L'affaire a déclenché un séisme politico-médiatique, avec la démission de proches de Rupert Murdoch, de hauts responsables de la police britannique et d'un collaborateur du Premier ministre David Cameron, ainsi que de multiples interpellations.
              

 

Première publication : 10/11/2011

  • AFFAIRE MURDOCH

    Nouvelle arrestation dans l'affaire des écoutes de News of the World

    En savoir plus

  • ROYAUME-UNI

    Scandale des écoutes : James Murdoch rappelé devant le Parlement

    En savoir plus

  • AFFAIRE MURDOCH

    James Murdoch accusé de témoignage "erroné" au Parlement

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)