Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Le gouvernement veut taxer les grandes entreprises

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

James Bond : Daniel Craig rempile pour un dernier épisode

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Donald Trump démantèle ses deux conseils économiques

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

L'Europe face au défi des "revenants"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les présidents Trump et Macron font polémique, mais pas pour la même chose...

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle au Kenya : Raila Odinga va saisir la Cour suprême

En savoir plus

LE DÉBAT

États-Unis : l'ambiguïté de Trump vis-à-vis de l'extrême droite

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Donald Trump : il y a des bonnes personnes des deux côtés"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Contrats de travail : vers plus de flexibilité ?

En savoir plus

EUROPE

Silvio Berlusconi apporte son soutien à Mario Monti pour lui succéder

Texte par Dépêche

Dernière modification : 10/11/2011

Silvio Berlusconi, dont la démission devrait intervenir à la mi-novembre, soutient l'ancien commissaire européen Mario Monti pour lui succéder à la tête du prochain gouvernement italien.

AFP - Le chef sortant du gouvernement italien Silvio Berlusconi a offert jeudi son soutien à l'ex-commissaire européen Mario Monti, fortement pressenti pour lui succéder à la tête de l'exécutif.

"Je vous présente mes félicitations et celles du gouvernement pour la nomination au poste de sénateur à vie, témoignage de vos très hauts mérites scientifiques et sociaux et je vous souhaite un travail fructueux dans l'intérêt du pays", écrit Silvio Berlusconi dans un message adressé à M. Monti.

Le président de la République Giorgio Napolitano a nommé mercredi soir M. Monti sénateur à vie, une décision interprétée dans toute l'Italie comme le prélude à sa nomination à la tête du prochain gouvernement en remplacement de M. Berlusconi, démissionnaire.

Ce décret de M. Napolitano a été en outre contre-signé par Silvio Berlusconi, alors que cela n'était pas indispensable en vertu de la législation italienne.

Tous les observateurs y ont vu un signe du changement d'attitude du Cavaliere qui, après avoir dans un premier temps refusé toute idée de gouvernement de transition après sa démission dans les prochains jours, s'est finalement rallié à ce projet sous la pression des marchés, de certains de ses propres alliés et du chef de l'Etat.

M. Monti, ex-commissaire européen pendant dix ans (1994-2004), est pressenti par l'ensemble de la presse italienne comme le futur chef du gouvernement de transition et il pourrait recevoir un mandat pour la formation du nouvel exécutif dès ce week-end.

Première publication : 10/11/2011

  • ITALIE

    Silvio Berlusconi, un homme d’affaires qui a ignoré l’économie

    En savoir plus

  • ITALIE

    Silvio Berlusconi assure qu'il ne se représentera pas en cas d'élections anticipées

    En savoir plus

  • ITALIE

    Le Cavaliere, un stratège atypique à la longévité record

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)