Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Vidéo : Le difficile retour des musulmans de Bangui dans leur quartier de PK5

    En savoir plus

  • Tunisie : Le président Moncef Marzouki candidat à sa réélection

    En savoir plus

  • Ebola : Cuba fait perdurer la tradition de l’entraide médicale

    En savoir plus

  • Grande Guerre : les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Libération des otages turcs enlevés dans le nord de l'Irak

    En savoir plus

  • États-Unis : un intrus arrêté à la Maison blanche

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Le Tchad accuse l'ONU d'utiliser ses soldats comme "bouclier" au Mali

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

  • Le Premier ministre écossais annonce sa démission au lendemain du référendum

    En savoir plus

  • Quand Hollande se targue d’influencer la politique économique européenne

    En savoir plus

Amériques

Mise en accusation d'un Saoudien, cerveau présumé de l'attentat contre l'USS Cole

Texte par Dépêche

Dernière modification : 10/11/2011

Abd-al-Rahim al-Nachiri a été mis en accusation devant un tribunal militaire d'exception à Guantanamo. Le Saoudien est suspecté d'avoir organisé l'attentat contre le navire USS Cole, le 12 octobre 2000, au Yémen.

AFP - Un Saoudien accusé d'être le cerveau des attentats contre le navire américain USS Cole et le pétrolier français MV Limburg a été formellement mis en accusation mercredi à Guantanamo, le premier détenu renvoyé devant la justice militaire d'exception sous Obama.

Neuf ans après sa capture et une décennie après que les Etats-Unis ont autorisé les tribunaux militaires d'exception, Abd-Al-Rahim Al-Nachiri, 46 ans, est apparu pour la première fois en public dans une salle d'audience ultra-sécurisée.

Cheveux courts et barbe d'un ou deux jours, vêtu d'une combinaison blanche de prisonnier, il semblait détendu, levant la main en direction des familles des victimes et des journalistes, isolés derrière des vitres, et souriant à plusieurs reprises en répondant aux questions du juge.

Considéré comme un proche d'Oussama Ben Laden, qu'il aurait rencontré plusieurs fois selon l'acte d'accusation, il sera la première figure présumée d'Al-Qaïda à être jugée sous l'administration de Barack Obama.

C'est aussi le premier accusé à encourir la peine de mort devant un tribunal militaire d'exception sous l'actuel président.

Le procès débutera au plus tôt en novembre 2012 mais pourrait être retardé à la demande de la défense, a déclaré le juge, le colonel James Pohl. Entre temps, une audience est prévue en janvier.

Assis aux côtés de ses avocats, M. Nachiri n'était ni menotté, ni entravé à la cheville.

"J'ai choisi d'apparaître en uniforme de prisonnier", a-t-il ajouté. S'exprimant en arabe et traduit par un interprète, M. Nachiri a annoncé qu'il "assisterait à toutes les audiences".

Une adjointe du procureur, le commandant Andrea Lockhart, a égrené brièvement les chefs figurant sur l'acte d'accusation, qui n'a pas été lu dans son intégralité. Il est notamment accusé de complot en vue de commettre des actes de terrorisme, de meurtre en violation des lois de la guerre, d'acte de terrorisme et d'attentat contre des civils.

Ses avocats ont refusé de dire s'il plaiderait coupable ou non.

L'audience qui a duré quatre heures, a été pour la première fois retransmise en public aux Etats-Unis.

Le juge a accepté une requête de la défense protestant contre un contrôle de son courrier avec son client.

L'adjointe du procureur a admis que le courrier était "scanné" pour "protéger la sécurité nationale". Un responsable de la prison a raconté qu'il avait "saisi le casier du courrier juridique" de M. Nashiri en octobre "sur ordre" de son nouveau commandant.

Un des avocats, le commandant Stephen Reyes, a demandé "la protection de la confidentialité et des relations privilégiées" avec son client, qui plus est "dans un cas de peine de mort".

Son confrère, Richard Kammen, a soulevé la question de la légitimité de ce tribunal: il a demandé au juge s'il trouvait qu'"en torturant M. Nachiri, les Etats-Unis avaient perdu toute autorité pour demander la peine de mort".

M. Nachiri aurait subi des simulations de noyade dans une prison de la CIA, ce qu'avait admis le directeur de la CIA d'alors Michael Hayden.

"La route est longue", a déclaré après l'audience John Clodfelter, qui a perdu son fils sur l'USS Cole, mais il espère "un aboutissement".

"Je me mets à leur place", a déclaré Me Kammen, accusé de retarder les audiences, mais nous avons "besoin d'un procès juste".

C'est la première fois qu'un détenu est déféré devant la justice militaire d'exception depuis la prise de fonctions de Barack Obama. Depuis, trois procès se sont tenus à Guantanamo, mais les procédures avaient commencé sous George W. Bush.

M. Nachiri est poursuivi pour l'attentat contre le navire américain USS Cole qui avait fait 17 morts le 12 octobre 2000 au Yémen. Il est également renvoyé pour une tentative d'attentat quelques mois plus tôt contre un autre destroyer américain, l'USS Sullivans, à Aden, le 3 janvier 2000. Il sera en outre jugé pour avoir commandité l'attentat contre le pétrolier français MV Limburg, le 6 octobre 2002, dans lequel un marin bulgare avait péri.

Première publication : 10/11/2011

COMMENTAIRE(S)