Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

  • Nicolas Sarkozy a "envie" mais surtout "pas le choix" de revenir en politique

    En savoir plus

  • Des milliers de pacifistes manifestent à Moscou contre la guerre en Ukraine

    En savoir plus

  • De Paris à New York, les défenseurs du climat se mobilisent

    En savoir plus

  • Pas de zone tampon sans respect du cessez-le-feu, exige l’armée ukrainienne

    En savoir plus

  • Ligue 1 : au Parc des Princes, Lyon tient tête au Paris-SG

    En savoir plus

  • En Albanie, le pape François prône la tolérance religieuse et fustige les jihadistes

    En savoir plus

  • Ashraf Ghani succède à Hamid Karzaï à la présidence afghane

    En savoir plus

  • Air France prévoit d'assurer 41% des vols lundi

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France échoue au pied du podium

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Grand Prix de Singapour : Hamilton reprend les commandes de la F1

    En savoir plus

  • Filière jihadiste lyonnaise : cinq personnes mises en examen et écrouées

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Sanaa instaure un couvre-feu, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Assaut mortel de Boko Haram à Mainok dans le nord du Nigeria

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

EUROPE

Lucas Papadémos, un banquier à la rescousse de la Grèce

Texte par Charlotte OBERTI

Dernière modification : 12/11/2011

La Grèce a un nouveau Premier ministre : l'économiste et banquier Lucas Papadémos. Ce dernier a prêté serment le 11 novembre et annoncé la formation d'un nouveau gouvernement d'union nationale. Portrait de celui qui redonne espoir à Athènes.

C’est désormais sur lui que les regards se braquent. Le nouveau Premier ministre grec, Lucas Papadémos, nommé jeudi 10 novembre, a du pain sur la planche pour redresser l’économie d'un pays dont l'endettement est estimé cette année à 162 % du PIB et faire face à une nouvelle année de récession. Cette crise aura eu raison de Georges Papandréou, définitivement discrédité après avoir proposé un projet de référendum sur le plan de sauvetage mis au point par l’Union européenne.

Papadémos, le spécialiste

Successivement gouverneur de la Banque centrale en Grèce (1994-2002), vice-président de la Banque centrale européenne (BCE) de 2002 à 2010, puis conseiller de Georges Papandréou, Lucas Papadémos a acquis une légitimité auprès des créanciers du pays et de ses pairs. Son poste d’enseignant à l'université américaine de Harvard ainsi qu’un passage par la Réserve fédérale de Boston ont achevé d’asseoir son influence sur la scène internationale. En 2002, il fait partie de ceux qui permettent à la Grèce d’intégrer la zone euro.

Longtemps dans l’ombre du président de la BCE Jean-Claude Trichet, Papadémos s’est plusieurs fois exprimé en faveur des réformes structurelles et de l’application de mesures d’austérité, afin de réduire la dette grecque.

Réformes structurelles et mesures de rigueur

Mais voilà qu’aujourd’hui, c’est à son tour d’occuper le devant de la scène. Sa mission : diriger un tout nouveau gouvernement de coalition composé de la majorité socialiste (Pasok), du principal parti d'opposition de droite (Nouvelle-Démocratie, ND) et de l'extrême droite (Laos). Le nouveau chef de l'exécutif, sous pression de l’Union européenne et du Fonds monétaire international, devra également convaincre le Parlement d’adopter le plan de sauvetage élaboré à Bruxelles le 27 octobre dernier. En cas de victoire, la Grèce percevra la sixième tranche du prêt de l’Union européenne, de 8 milliards d’euros, lui permettant ainsi d’éviter l’exclusion de la zone euro.

L’arrivée de Papadémos à la tête de l’État a d’ores et déjà rassuré les marchés, qui ont ouvert en légère hausse au lendemain de l’annonce de sa nomination. Toutefois, la confiance qu’il inspire aux investisseurs ne sera peut-être pas la même auprès du peuple. Méconnu jusqu’à présent dans son pays, le nouvel homme fort va devoir imposer des mesures d’austérité supplémentaires aux Grecs, un mauvais point pour sa cote de popularité.

"La victoire de la raison"

Ce banquier de 64 ans représente un changement radical avec le gouvernement Papandréou. En tant qu’outsider, il n’est issu d’aucune des familles régnantes sur la vie politique grecque (les Caramanlis et les Papandréou notamment). De plus, Papadémos le technicien s’oppose à Papandréou le politique. Ilios Yannakakis, historien et politologue, contacté par FRANCE 24, s’en félicite : "Il n’est marqué ni à gauche, ni à droite, c’est une bonne chose. Le bras de fer politique de ces derniers jours n’a donné raison à aucune mouvance, c’est la victoire de la raison."

Grâce à son indépendance politique, Papadémos aurait donc la capacité de former un gouvernement équilibré entre les différents partis. Parfois décrit comme introverti, ce technocrate incarne plutôt le contraire de la démagogie, corrige M. Yannakakis. Un homme en dehors de la sphère politique, dont le sens des responsabilités fait légion.

Du côté de la BCE, où il a officié entre 2002 et 2010, le nom du nouveau Premier ministre provoque aussi les éloges. L’homme était un patron "accessible, modeste et perfectionniste", à en croire un collaborateur au service de presse de l’organisme, qui a souhaité garder l’anonymat.

De grands espoirs pèsent donc sur le nouveau chef de gouvernement, dont l’arrivée a été accueillie avec soulagement en Grèce. Reste à savoir si cet homme de "raison" usera de suffisamment de passion dans sa bataille contre la crise de la dette.

Première publication : 11/11/2011

  • GRÈCE

    Le gouvernement de Papadémos a prêté serment

    En savoir plus

  • GRÈCE

    Lucas Papadémos nommé Premier ministre par intérim

    En savoir plus

  • FRANCE

    Avec la rigueur, tous les chemins mènent-ils à Athènes ?

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)