Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 18 avril (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 18 avril (Partie 1)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Crise ukrainienne : vers une nouvelle guerre du gaz ?

En savoir plus

#ActuElles

Carrière envers et contre tout ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

50 milliards d'économies : un plan d'austérité qui ne dit pas son nom ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La rigueur version Valls

En savoir plus

TECH 24

Les Google Glass déjà mal vues

En savoir plus

MODE

Jean-Marc Loubier, sacs et souliers

En savoir plus

FOCUS

Bosnie-Herzégovine : les "plénums citoyens" vont-ils passer à l'heure du printemps ?

En savoir plus

  • Abdelaziz Bouteflika, le président fantôme

    En savoir plus

  • Sans surprise, Bouteflika réélu président de l'Algérie avec 81,53 % des voix

    En savoir plus

  • Les séparatistes de l'est de l'Ukraine rejettent l'accord conclu à Genève

    En savoir plus

  • L'embryon numérique, la nouvelle technologie pour faire un bébé parfait

    En savoir plus

  • Découverte de la première planète jumelle de la Terre

    En savoir plus

  • Reportage interactif : Cambodge, les sacrifiés du sucre

    En savoir plus

  • Manuel Valls au Vatican pour les canonisations de Jean-Paul II et Jean XXIII

    En savoir plus

  • Hollande ne se représentera pas en 2017 si le chômage ne baisse pas

    En savoir plus

  • La Russie "ne souhaite pas se faire déborder par le mouvement qu’elle a suscité"

    En savoir plus

  • Aquilino Morelle, conseiller politique de François Hollande, démissionne

    En savoir plus

  • Au moins 12 morts dans l'avalanche la plus meurtrière de l'Everest

    En savoir plus

  • En Inde, des votes à vendre

    En savoir plus

  • Près de 60 morts dans l'attaque d’une base de l’ONU au Soudan du Sud

    En savoir plus

  • Naufrage du ferry sud-coréen : le capitaine recherché

    En savoir plus

  • Prijedor : les survivants contre l’oubli

    En savoir plus

  • Mort de Gabriel Garcia Marquez, géant de la littérature sud-américaine

    En savoir plus

  • Cinq humanitaires maliens libérés par des troupes françaises

    En savoir plus

  • Le virus Ebola présent en Guinée et au Liberia est issu d'une nouvelle souche

    En savoir plus

Economie

L'UE qualifie l'erreur de Standard & Poor's d'incident "grave"

©

Vidéo par France 2

Texte par Dépêche

Dernière modification : 11/11/2011

Pour Michel Barnier, commissaire européen chargé des services financiers, l'erreur de Standard & Poor's sur la dégradation de la note souveraine de la France constitue un "incident grave" qui met en doute la "rigueur" de l'agence.

AFP - Le commissaire européen chargé des services financiers, Michel Barnier, a qualifié vendredi d'"incident grave" l'annonce erronée par l'agence Standard & Poor's d'un abaissement de la note de la France et s'est dit plus déterminé que jamais à mieux réguler le secteur.

"Cet incident est grave et il montre que dans la situation extrêmement volatile et tendue des marchés actuellement, les acteurs de ces marchés doivent faire la preuve d'une rigueur et d'un sens particulier de la responsabilité", a-t-il indiqué dans une déclaration.

"C'est d'autant plus important qu'il ne s'agit pas ici de n'importe quels acteurs de marché mais de l'une des trois grandes agences de notation qui, à ce titre, a une responsabilité particulière", a-t-il ajouté.

Il appartiendra à l'Esma, l'autorité européenne de surveillance des agences de notation, en coordination avec l'Autorité française des marchés financiers (AMF) "d'en mesurer et d'en tirer les conséquences", a jugé Michel Barnier.

Dans le même temps, le commissaire s'est dit conforté dans sa "conviction que l'Europe doit adopter une réglementation stricte et rigoureuse, notamment mais pas seulement pour les agences de notation".

Il doit présenter un projet législatif la semaine prochaine à ce sujet.

L'idée est de réduire "la dépendance sur les notations", de "renforcer la concurrence et d'éliminer des conflits d'intérêts", d'"augmenter la transparence et de la rigueur de la notation de la dette souveraine" et enfin de "créer un cadre européen de responsabilité civile en cas de faute caractérisée ou de négligence grave".

Ce dernier point, notamment, pourrait, si le projet est adopté, permettre un jour à un pays comme la France de tourner vers les tribunaux pour réclamer des dommages et intérêt au sujet d'un incident comme celui qui s'est produit jeudi.

L'incroyable bourde de l'agence de notation Standard and Poor's, annonçant par erreur en pleine crise de la dette que la France avait perdu son précieux "triple A", a suscité jeudi la colère de Paris et l'ouverture d'une enquête du gendarme français des marchés.

L'agence S&P, dont chaque communication est scrutée à la loupe dans le contexte d'extrême nervosité des marchés, a fait savoir que "suite à une erreur technique, un message" faisant état d'une dégradation de la note de la France avait "été automatiquement diffusé" à certains de ses abonnés.

Le couac est survenu alors que l'écart entre le taux des obligations à 10 ans de l'Allemagne et de la France sur le marché de la dette a atteint un nouveau record historique jeudi, au-delà des 170 points de base.

Première publication : 11/11/2011

  • DETTE

    L'agence S&P "confiante" dans la capacité de la France à conserver sa note AAA

    En savoir plus

  • CRISE ÉCONOMIQUE

    La France peut-elle perdre à son tour sa note AAA ?

    En savoir plus

  • FRANCE

    Le maintien de la note AAA pour la dette française est "tendu", estime Baroin

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)