Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Mali - pourparlers à Alger : peut-on croire à la paix ?

En savoir plus

DÉBAT

Ukraine : la Russie en guerre contre l'Europe ?

En savoir plus

FOCUS

Les géants américains du tabac à l'assaut de la cigarette électronique

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Ben l'Oncle Soul toujours en plein rêve pour son deuxième album

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Le trio CAB, un voyage musical entre Afrique, Brésil et Caraïbes

En savoir plus

FOCUS

Ces chrétiens d'Irak qui commencent leur nouvelle vie en France

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Quand Manuel Valls tente de faire disparaître ses tweets

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 1)

En savoir plus

  • À Saint-Nazaire, les Mistral voguent vers leur destin russe

    En savoir plus

  • Hong Kong en rébellion contre l’emprise de Pékin

    En savoir plus

  • Vidéo : une rentrée des classes pas comme les autres en Ukraine

    En savoir plus

  • L'ONU envoie une mission pour enquêter sur les crimes de l'EI en Irak

    En savoir plus

  • Vers un nouveau coup d'État militaire au Pakistan ?

    En savoir plus

  • Cisjordanie : les États-Unis exhortent Israël à renoncer aux expropriations

    En savoir plus

  • Face à l'avancée de l'EI en Irak, la peur gagne l'Iran

    En savoir plus

  • Et si la France vendait la Joconde pour éponger ses dettes ?

    En savoir plus

  • Webdoc : "Le Grand incendie" primé à Visa pour l'image

    En savoir plus

  • Le pape organise un "match pour la paix" avec des stars du foot

    En savoir plus

  • Le Premier ministre de retour au Lesotho après un "coup d'État"

    En savoir plus

  • Un immeuble s'effondre en banlieue parisienne, huit morts

    En savoir plus

  • République centrafricaine : les ravages de la haine

    En savoir plus

  • Embargo russe : les producteurs français redoutent la concurrence polonaise

    En savoir plus

  • Importante victoire de l’armée irakienne face aux jihadistes de l’EI

    En savoir plus

Economie

L'UE qualifie l'erreur de Standard & Poor's d'incident "grave"

Vidéo par France 2

Texte par Dépêche

Dernière modification : 11/11/2011

Pour Michel Barnier, commissaire européen chargé des services financiers, l'erreur de Standard & Poor's sur la dégradation de la note souveraine de la France constitue un "incident grave" qui met en doute la "rigueur" de l'agence.

AFP - Le commissaire européen chargé des services financiers, Michel Barnier, a qualifié vendredi d'"incident grave" l'annonce erronée par l'agence Standard & Poor's d'un abaissement de la note de la France et s'est dit plus déterminé que jamais à mieux réguler le secteur.

"Cet incident est grave et il montre que dans la situation extrêmement volatile et tendue des marchés actuellement, les acteurs de ces marchés doivent faire la preuve d'une rigueur et d'un sens particulier de la responsabilité", a-t-il indiqué dans une déclaration.

"C'est d'autant plus important qu'il ne s'agit pas ici de n'importe quels acteurs de marché mais de l'une des trois grandes agences de notation qui, à ce titre, a une responsabilité particulière", a-t-il ajouté.

Il appartiendra à l'Esma, l'autorité européenne de surveillance des agences de notation, en coordination avec l'Autorité française des marchés financiers (AMF) "d'en mesurer et d'en tirer les conséquences", a jugé Michel Barnier.

Dans le même temps, le commissaire s'est dit conforté dans sa "conviction que l'Europe doit adopter une réglementation stricte et rigoureuse, notamment mais pas seulement pour les agences de notation".

Il doit présenter un projet législatif la semaine prochaine à ce sujet.

L'idée est de réduire "la dépendance sur les notations", de "renforcer la concurrence et d'éliminer des conflits d'intérêts", d'"augmenter la transparence et de la rigueur de la notation de la dette souveraine" et enfin de "créer un cadre européen de responsabilité civile en cas de faute caractérisée ou de négligence grave".

Ce dernier point, notamment, pourrait, si le projet est adopté, permettre un jour à un pays comme la France de tourner vers les tribunaux pour réclamer des dommages et intérêt au sujet d'un incident comme celui qui s'est produit jeudi.

L'incroyable bourde de l'agence de notation Standard and Poor's, annonçant par erreur en pleine crise de la dette que la France avait perdu son précieux "triple A", a suscité jeudi la colère de Paris et l'ouverture d'une enquête du gendarme français des marchés.

L'agence S&P, dont chaque communication est scrutée à la loupe dans le contexte d'extrême nervosité des marchés, a fait savoir que "suite à une erreur technique, un message" faisant état d'une dégradation de la note de la France avait "été automatiquement diffusé" à certains de ses abonnés.

Le couac est survenu alors que l'écart entre le taux des obligations à 10 ans de l'Allemagne et de la France sur le marché de la dette a atteint un nouveau record historique jeudi, au-delà des 170 points de base.

Première publication : 11/11/2011

  • DETTE

    L'agence S&P "confiante" dans la capacité de la France à conserver sa note AAA

    En savoir plus

  • CRISE ÉCONOMIQUE

    La France peut-elle perdre à son tour sa note AAA ?

    En savoir plus

  • FRANCE

    Le maintien de la note AAA pour la dette française est "tendu", estime Baroin

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)