Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Vidéo : Le difficile retour des musulmans de Bangui dans leur quartier de PK5

    En savoir plus

  • Tunisie : Le président Moncef Marzouki candidat à sa réélection

    En savoir plus

  • Ebola : Cuba fait perdurer la tradition de l’entraide médicale

    En savoir plus

  • Grande Guerre : les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Libération des otages turcs enlevés dans le nord de l'Irak

    En savoir plus

  • États-Unis : un intrus arrêté à la Maison blanche

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Le Tchad accuse l'ONU d'utiliser ses soldats comme "bouclier" au Mali

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

  • Le Premier ministre écossais annonce sa démission au lendemain du référendum

    En savoir plus

  • Quand Hollande se targue d’influencer la politique économique européenne

    En savoir plus

EUROPE

L'Europe traverse sa pire crise depuis 1945, selon Merkel

Texte par Dépêche

Dernière modification : 14/11/2011

À l'occasion d'un congrès de l'Union chrétienne-démocrate (CDU), la chancelière allemande a estimé que les pays européens devaient œuvrer dans le sens d'une union politique s'ils voulaient vaincre la "persistante" crise de la dette.

REUTERS - Le problème de la dette dans la zone euro représente la pire crise depuis la Seconde Guerre mondiale en Europe, dont les pays doivent s'orienter pas à pas vers une plus grande intégration politique, a estimé lundi la chancelière allemande, Angela Merkel.

A l'occasion d'un discours d'une heure devant les milliers de délégués chrétiens-démocrates réunis en congrès à Leipzig, la chancelière n'a pas présenté de nouvelles idées pour régler la crise, mais elle a souligné que l'Allemagne devrait faire davantage de sacrifices.

"Le défi, pour notre génération, c'est de terminer ce que nous avons entrepris en Europe, à savoir de réaliser, pas à pas, une union politique", a-t-elle dit en estimant que "l'Europe traverse l'une de ses pires crises, peut-être la pire, depuis la Seconde Guerre mondiale".

Les deux jours de congrès de la CDU (Union chrétienne-démocrate) devaient porter essentiellement sur les questions d'éducation, mais d'entrée, les débats ont été dominés par la crise de la dette souveraine dans la zone euro, qui ne s'apaise en rien malgré la nomination de gouvernements techniques en Italie et en Grèce.

Angela Merkel, au pouvoir depuis 2005, a théoriquement le champ libre jusqu'aux élections législatives de 2013, mais elle sait bien qu'elle pourrait devenir la prochaine victime de la tourmente de l'euro si elle ne joue pas cartes sur table.

"Les problèmes de l'Irlande sont ceux de la Slovaquie. Les problèmes grecs sont les problèmes des Néerlandais, et les problèmes espagnols sont nos problèmes", a martelé la chancelière. "Notre responsabilité ne s'arrête pas à nos frontières."

Elle a estimé dans le même temps qu'il existait des limites que l'Allemagne n'était pas disposée à franchir, comme par exemple la création d'obligations européennes et autres remèdes à court terme qui, selon Berlin, décourageraient les pays de la zone euro d'adopter des politiques budgétaires responsables.

"Ce qu'il y a de difficile, c'est que cette crise n'est pas apparue d'un jour à l'autre. Elle est le fruit de plusieurs décennies d'erreurs, et nous ne pouvons pas la régler d'un coup de baguette magique. Un long chemin, difficile, nous attend", a estimé Angela Merkel.

C'est à un numéro d'équilibriste qu'elle va devoir se livrer ce lundi et mardi à Leipzig, où le congrès est placé sous le signe des deux grands points du document préparatoire: "Une Europe forte: un bel avenir pour l'Allemagne".

Une CDU transformée

Le premier point souligne que l'Allemagne a fortement bénéficié de l'euro et doit se préparer à faire plus d'efforts pour le sauver, notamment en cédant un peu de souveraineté à Bruxelles. Le second appelle à ce que les Etats membres contrevenant aux règles budgétaires européennes puissent être sanctionnés plus sévèrement, voire expulsés de la zone euro.

La chancelière n'aura pas la tâche facile lors de ce congrès pour convaincre les membres de la CDU, réunis sous la bannière "Pour l'Europe - Pour l'Allemagne", de la nécessité de renforcer l'intégration européenne.

Les choix politiques d'Angela Merkel vis-à-vis de l'euro ne sont pas les seuls sujets à alimenter la contestation au sein de la CDU. Après la catastrophe de Fukushima en mars, elle avait abruptement renoncé au maintien de la filière nucléaire allemande, ce qui avait vivement mécontenté une partie de la CDU.

En octobre, elle a surpris par une nouvelle volte-face, en soutenant la mise en place d'un salaire minimum national, ce à quoi elle s'opposait depuis des années.

En outre, de nombreux militants CDU sont mécontents des plans de sauvetage des pays en difficulté sur les deniers publics européens, et franchement en colère face à la gestion budgétaire de ces pays. Certains vont jusqu'à penser que la création de l'euro fut une erreur et qu'il convient à présent de revenir en arrière.

Les deux revirements qu'a opérés Merkel cette année sont le fruit d'une stratégie délibérée destinée à se concilier les faveurs de futurs partenaires et d'augmenter les possibilités de coalition en 2013: avec l'effondrement électoral de son allié le
FDP, la CDU ne pourra peut-être continuer à gouverner qu'en faisant équipe avec le SPD ou avec les Verts.

Depuis qu'elle a accédé à la chancellerie en 2005, Angela Merkel a présidé à une transformation telle de la CDU qu'on peine à reconnaître le parti conservateur, tourné vers l'économie libérale, qui avait tenu congrès dans la même ville de Leipzig en 2003.

A cette époque, Angela Merkel était souvent comparée à l'ex-Premier ministre britannique Margaret Thatcher, rapprochement qui ne vient plus à l'idée de personne depuis que la chancelière a embrassé certaines thèses sociales et écologistes.

Toutefois, si la zone euro venait à s'effondrer avant les prochaines législatives allemandes, même les plus habiles manoeuvres politiques ne suffiraient sans doute pas à sauver la chancelière.

Première publication : 14/11/2011

  • CRISE ÉCONOMIQUE

    À Pékin, le FMI évoque des risques de "spirale d'instabilité financière mondiale"

    En savoir plus

  • FRANCE

    Avec la rigueur, tous les chemins mènent-ils à Athènes ?

    En savoir plus

  • ZONE EURO

    Comment l’Italie est devenue le nouveau maillon faible européen

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)