Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Manuel Valls fait disparâitre ses tweets...

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Barack Obama, en costume clair et sans stratégie

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 1)

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Laurent Fabius sur France 24 : le ministre s'exprime sur la diplomatie française

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Emmanuel Macron, nouvel homme fort de Bercy

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

La preuve par l'image de "l'invasion" russe en Ukraine

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les ennemis de mes ennemis ne sont pas mes amis"

En savoir plus

FOCUS

Ces chrétiens d'Irak qui commencent leur nouvelle vie en France

En savoir plus

  • Ukraine : l'UE pose un ultimatum à la Russie avant de nouvelles sanctions

    En savoir plus

  • La contestation anti-gouvernementale vire au chaos à Islamabad

    En savoir plus

  • En direct : Manuel Valls défend sa ligne à l'université d'été du PS

    En savoir plus

  • Golan : les Casques bleus philippins "saufs", les fidjiens toujours détenus

    En savoir plus

  • Après deux ans de captivité au Mali, deux diplomates algériens libérés

    En savoir plus

  • Offensive irakienne et frappes américaines contre l'État islamique à Amerli

    En savoir plus

  • UE : Tusk président du Conseil, Mogherini chef de la diplomatie

    En savoir plus

  • Les frondeurs du PS ne sont pas à La Rochelle "pour rompre"

    En savoir plus

  • Nouvelle peine de prison à vie pour le guide suprême des Frères musulmans

    En savoir plus

  • Judo : Teddy Riner décroche un 7e titre de champion du monde

    En savoir plus

  • Selon Pretoria, le Lesotho est en proie à un "coup d'État"

    En savoir plus

  • Taubira "assume les conséquences" de sa présence chez les frondeurs du PS

    En savoir plus

  • Un cargo ukrainien s'écrase dans le sud de l'Algérie

    En savoir plus

  • Les États-Unis appellent à une coalition mondiale contre l'État islamique

    En savoir plus

  • Grande Guerre : l'exode oublié des Belges en France

    En savoir plus

  • Affaire Tapie : le FMI renouvelle sa confiance à Christine Lagarde

    En savoir plus

  • Un premier cas d'Ebola détecté au Sénégal

    En savoir plus

  • Laurent Fabius sur France 24 : "Il faut être ferme face à la Russie"

    En savoir plus

EUROPE

L'Europe traverse sa pire crise depuis 1945, selon Merkel

Texte par Dépêche

Dernière modification : 14/11/2011

À l'occasion d'un congrès de l'Union chrétienne-démocrate (CDU), la chancelière allemande a estimé que les pays européens devaient œuvrer dans le sens d'une union politique s'ils voulaient vaincre la "persistante" crise de la dette.

REUTERS - Le problème de la dette dans la zone euro représente la pire crise depuis la Seconde Guerre mondiale en Europe, dont les pays doivent s'orienter pas à pas vers une plus grande intégration politique, a estimé lundi la chancelière allemande, Angela Merkel.

A l'occasion d'un discours d'une heure devant les milliers de délégués chrétiens-démocrates réunis en congrès à Leipzig, la chancelière n'a pas présenté de nouvelles idées pour régler la crise, mais elle a souligné que l'Allemagne devrait faire davantage de sacrifices.

"Le défi, pour notre génération, c'est de terminer ce que nous avons entrepris en Europe, à savoir de réaliser, pas à pas, une union politique", a-t-elle dit en estimant que "l'Europe traverse l'une de ses pires crises, peut-être la pire, depuis la Seconde Guerre mondiale".

Les deux jours de congrès de la CDU (Union chrétienne-démocrate) devaient porter essentiellement sur les questions d'éducation, mais d'entrée, les débats ont été dominés par la crise de la dette souveraine dans la zone euro, qui ne s'apaise en rien malgré la nomination de gouvernements techniques en Italie et en Grèce.

Angela Merkel, au pouvoir depuis 2005, a théoriquement le champ libre jusqu'aux élections législatives de 2013, mais elle sait bien qu'elle pourrait devenir la prochaine victime de la tourmente de l'euro si elle ne joue pas cartes sur table.

"Les problèmes de l'Irlande sont ceux de la Slovaquie. Les problèmes grecs sont les problèmes des Néerlandais, et les problèmes espagnols sont nos problèmes", a martelé la chancelière. "Notre responsabilité ne s'arrête pas à nos frontières."

Elle a estimé dans le même temps qu'il existait des limites que l'Allemagne n'était pas disposée à franchir, comme par exemple la création d'obligations européennes et autres remèdes à court terme qui, selon Berlin, décourageraient les pays de la zone euro d'adopter des politiques budgétaires responsables.

"Ce qu'il y a de difficile, c'est que cette crise n'est pas apparue d'un jour à l'autre. Elle est le fruit de plusieurs décennies d'erreurs, et nous ne pouvons pas la régler d'un coup de baguette magique. Un long chemin, difficile, nous attend", a estimé Angela Merkel.

C'est à un numéro d'équilibriste qu'elle va devoir se livrer ce lundi et mardi à Leipzig, où le congrès est placé sous le signe des deux grands points du document préparatoire: "Une Europe forte: un bel avenir pour l'Allemagne".

Une CDU transformée

Le premier point souligne que l'Allemagne a fortement bénéficié de l'euro et doit se préparer à faire plus d'efforts pour le sauver, notamment en cédant un peu de souveraineté à Bruxelles. Le second appelle à ce que les Etats membres contrevenant aux règles budgétaires européennes puissent être sanctionnés plus sévèrement, voire expulsés de la zone euro.

La chancelière n'aura pas la tâche facile lors de ce congrès pour convaincre les membres de la CDU, réunis sous la bannière "Pour l'Europe - Pour l'Allemagne", de la nécessité de renforcer l'intégration européenne.

Les choix politiques d'Angela Merkel vis-à-vis de l'euro ne sont pas les seuls sujets à alimenter la contestation au sein de la CDU. Après la catastrophe de Fukushima en mars, elle avait abruptement renoncé au maintien de la filière nucléaire allemande, ce qui avait vivement mécontenté une partie de la CDU.

En octobre, elle a surpris par une nouvelle volte-face, en soutenant la mise en place d'un salaire minimum national, ce à quoi elle s'opposait depuis des années.

En outre, de nombreux militants CDU sont mécontents des plans de sauvetage des pays en difficulté sur les deniers publics européens, et franchement en colère face à la gestion budgétaire de ces pays. Certains vont jusqu'à penser que la création de l'euro fut une erreur et qu'il convient à présent de revenir en arrière.

Les deux revirements qu'a opérés Merkel cette année sont le fruit d'une stratégie délibérée destinée à se concilier les faveurs de futurs partenaires et d'augmenter les possibilités de coalition en 2013: avec l'effondrement électoral de son allié le
FDP, la CDU ne pourra peut-être continuer à gouverner qu'en faisant équipe avec le SPD ou avec les Verts.

Depuis qu'elle a accédé à la chancellerie en 2005, Angela Merkel a présidé à une transformation telle de la CDU qu'on peine à reconnaître le parti conservateur, tourné vers l'économie libérale, qui avait tenu congrès dans la même ville de Leipzig en 2003.

A cette époque, Angela Merkel était souvent comparée à l'ex-Premier ministre britannique Margaret Thatcher, rapprochement qui ne vient plus à l'idée de personne depuis que la chancelière a embrassé certaines thèses sociales et écologistes.

Toutefois, si la zone euro venait à s'effondrer avant les prochaines législatives allemandes, même les plus habiles manoeuvres politiques ne suffiraient sans doute pas à sauver la chancelière.

Première publication : 14/11/2011

  • CRISE ÉCONOMIQUE

    À Pékin, le FMI évoque des risques de "spirale d'instabilité financière mondiale"

    En savoir plus

  • FRANCE

    Avec la rigueur, tous les chemins mènent-ils à Athènes ?

    En savoir plus

  • ZONE EURO

    Comment l’Italie est devenue le nouveau maillon faible européen

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)