Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Le Premier ministre écossais annonce sa démission au lendemain du référendum

    En savoir plus

  • Le Tchad accuse l'ONU d'utiliser ses soldats comme "bouclier" au Mali

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Quand Hollande se targue d’influencer la politique économique européenne

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse : les indépendantistes n'ont pas tout perdu

    En savoir plus

  • Sarkozy revient-il pour "tout changer" ou "se sauver" ?

    En savoir plus

  • Visé par une enquête, Zidane pourrait être privé de banc de touche

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

    En savoir plus

  • Irak : combattants kurdes recherchent armes lourdes désespérément

    En savoir plus

  • Barack Obama salue la France, "un partenaire solide contre le terrorisme"

    En savoir plus

FRANCE

DSK et Anne Sinclair vont porter plainte pour atteinte à la vie privée

Texte par Dépêche

Dernière modification : 14/11/2011

Suite à de fausses révélations dans les médias sur leur possible divorce, Dominique Strauss-Kahn et Anne Sinclair vont poursuivre en justice les journaux qui ont publié des "articles relevant du voyeurisme le plus détestable".

REUTERS - Dominique Strauss-Kahn et son épouse Anne Sinclair vont poursuivre en justice les médias français qui ont fait état de leur possible divorce en raison des affaires judiciaires mettant en cause le comportement privé de l'ancien patron du FMI.

Se fondant sur des sources anonymes, des médias ont assuré ces derniers jours que l'ancienne journaliste vedette de TF1 envisageait une séparation en raison d'allégations dans une enquête judiciaire à Lille sur la supposée fréquentation de prostituées par son mari.

"Anne Sinclair et Dominique Strauss-Kahn nous ont donné les instructions les plus fermes de saisir la justice de ces débordements et les faire cesser ou condamner", déclarent dans un communiqué Mes Henri Leclerc et Frédérique Beaulieu.

Ils reprochent aux médias concernés de "fantasmer en particulier sur les prétendues intentions ou les états d'âme allégués d'Anne Sinclair ou de Dominique Strauss-Kahn sous couvert d'hypothétiques déclarations de tiers courageusement dissimulés derrière un anonymat revendiqué".

"D'ores et déjà, nous examinons les suites à donner à certains articles relevant du voyeurisme le plus détestable et n'apportant aucune information légitime au public tout en caractérisant des dérapages inquiétants quant au respect des principes élémentaires des droits de la personne", ajoutent-t-ils.

Les avocats précisent avoir engagé un spécialiste du droit de la presse, Me Richard Malka.

"La campagne à laquelle nous assistons est répugnante", a déclaré Me Henri Leclerc sur RTL. "C'est une campagne d'informations qui n'en sont même pas".

L'avocat a dénoncé des "divulgations partielles d'un dossier qui est en principe secret".
"Nous sommes en face d'un contexte graveleux qui est absolument inadmissible", a-t-il ajouté, prédisant que "dans quelques temps, la presse aura honte de ce qu'elle est en train de faire dans cette affaire".

Mentionné par plusieurs protagonistes d'une affaire de proxénétisme instruite à Lille, Dominique Strauss-Kahn a demandé à être entendu pour faire cesser ce qu'il qualifie de "lynchage médiatique", une procédure déjà envisagée par les enquêteurs.

Cette instruction a mis au jour des voyages avec des prostituées en 2010 et 2011 à Paris et aux Etats-Unis au profit apparent de Dominique Strauss-Kahn, organisés par des entrepreneurs locaux et un policier.

Plusieurs médias ont publié ces derniers jours des textos de Dominique Strauss-Kahn retrouvés par la police dans la mémoire des téléphones portables de protagonistes, qui paraissent montrer que le patron du FMI convenait avec des amis de rencontres dans divers endroits d'Europe avec des femmes. Il n'est pas question explicitement de prostituées.

Un des correspondants, Fabrice Paszkowski est écroué depuis fin octobre pour "proxénétisme en bande organisée, association de malfaiteurs, abus de biens sociaux", de même qu'un autre organisateur présumé de ces voyages, David Roquet, employé d'une filiale du groupe de BTP Eiffage.

"DSK" ne peut être poursuivi pour ses relations éventuelles avec des prostituées, qui ne sont pas illégales en France.
En revanche, le bénéfice des dépenses payées par David Roquet et Fabrice Paszkowski peut constituer un "recel d'abus de biens sociaux" s'il avait connaissance de l'origine des fonds.

Après l'abandon des poursuites dans une affaire d'agression sexuelle sur une femme de chambre aux Etats-Unis, Dominique Strauss-Kahn est rentré en France le 4 septembre, où le parquet de Paris a classé sans suite une autre plainte déposée par l'écrivain Tristane Banon, pour une agression sexuelle en 2003 jugée prescrite mais avérée par le parquet de Paris.

Première publication : 14/11/2011

  • FRANCE

    DSK demande à être entendu au plus vite dans l'affaire du Carlton

    En savoir plus

  • FRANCE

    Cité dans une affaire de proxénétisme à Lille, DSK demande à être "entendu"

    En savoir plus

  • FRANCE

    Tristane Banon renonce à se constituer partie civile contre DSK

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)