Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Les mutins du PS défient Valls"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Bouteflika dans un fauteuil

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle algérienne : Abdelaziz Bouteflika vote en fauteuil roulant

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Accueil mitigé du "Twitter chinois"

En savoir plus

DÉBAT

Présidentielle en Algérie : un vote, quels changements ? (Partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Présidentielle en Algérie : un vote, quels changements ? (Partie 1)

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Guillaume Poitrinal, co-président du Conseil de la simplification

En savoir plus

FOCUS

Bitcoin, une révolution monétaire?

En savoir plus

SUR LE NET

Nigeria : les internautes mobilisés contre les violences

En savoir plus

  • En direct : l'Algérie attend les résultats d'un scrutin déjà contesté

    En savoir plus

  • Reportage interactif : Cambodge, les sacrifiés du sucre

    En savoir plus

  • Accord à Genève : l’est de l’Ukraine encore loin de la "désescalade"

    En savoir plus

  • Le bilan du ferry s'alourdit, le capitaine mis en cause

    En savoir plus

  • Ukraine : "Moscou ne souhaite pas se faire déborder par le mouvement qu’elle a suscité"

    En savoir plus

  • Au moins 20 morts dans l'attaque d’une base de l’ONU au Soudan du Sud

    En savoir plus

  • Mort de Gabriel Garcia Marquez, géant de la littérature sud-américaine

    En savoir plus

  • Cinq humanitaires maliens libérés par des troupes françaises

    En savoir plus

  • Le virus Ebola présent en Guinée et au Liberia est issu d'une nouvelle souche

    En savoir plus

  • En images : un condamné à mort iranien gracié par la mère de sa victime

    En savoir plus

  • Les oranges de Floride victimes d'une bactérie, le prix du jus s'envole

    En savoir plus

  • Un conseiller de François Hollande épinglé pour ses conflits d'intérêts

    En savoir plus

  • Le 67e Festival de Cannes signe le retour de Jean-Luc Godard

    En savoir plus

  • La justice sénégalaise décide du maintien de Karim Wade en détention

    En savoir plus

  • En images : mince espoir de retrouver des survivants du ferry en Corée du Sud

    En savoir plus

  • Étape cruciale des élections législatives en Inde

    En savoir plus

  • Vidéo : les Algérois partagés entre fatalisme et peur de l’avenir

    En savoir plus

  • RD Congo : qui en veut au directeur du parc des Virunga, blessé par balles ?

    En savoir plus

Asie - pacifique

Ai Weiwei versera 930 000 euros pour faire appel de son redressement fiscal

©

Vidéo par Florence THOMAZEAU

Texte par Dépêche

Dernière modification : 16/11/2011

Afin d'obtenir une révision du redressement imposé par le fisc chinois, l'artiste dissident déposera une caution de 930 000 euros. Très critique envers le pouvoir, Ai Weiwei estime que ces mesures fiscales sont un moyen de le "briser".

AFP - L'artiste contestataire chinois Ai Weiwei a déclaré mercredi que son combat contre le fisc "montre au monde le système" en Chine, alors qu'il se rendait au bureau des impôts pour mettre en route une procédure d'appel contre un énorme redressement fiscal.
              
"Nous pouvons saisir cela comme une occasion de montrer au monde dans quel système" nous sommes, a dit à l'AFP Ai Weiwei, qui a pu, grâce à un afflux de soutiens spontanés, déposer mardi une forte caution pour faire appel d'un redressement fiscal destiné, selon lui à "le briser".
              
Le peintre, sculpteur, architecte et plasticien, féroce critique du régime communiste, avait été arrêté au printemps, détenu au secret près de trois mois et accusé d'une fraude fiscale d'ampleur.
              
Mais il a pu verser mardi 8 millions de yuans (930.000 euros) de caution pour pouvoir interjeter appel du redressement fiscal d'un montant de 15 millions de yuans (1,7 million d'euros) que lui réclament les autorités.
              
Ai Weiwei avait reçu à la fin de la semaine dernière des dons d'un total de 8,69 millions de yuans. Il a expliqué mercredi que cette vague de solidarité, qui a dû irriter les autorités au plus haut point, lui avait fait comprendre qu'il n'étais "pas seul" dans son combat.
              
Il a ajouté avoir "très bon moral grâce à tous les dons qui (lui) sont parvenus par l'internet". Ai a promis de rembourser ultérieurement leurs dons à ceux qui l'ont aidé.
              
"Nous ne pourrons pas interjeter appel aujourd'hui", a toutefois dit Ai, précisant qu'il faudrait encore quelques jours. Il s'est rendu au bureau des impôts pour signer un document lui donnant la garantie que l'argent déjà versé serait bien utilisé comme caution et ne constituait pas un paiement.
              
Grand utilisateur des médias sociaux, Ai Weiwei a confié à l'AFP ne pas avoir eu ces derniers temps beaucoup l'occasion de se consacrer à sa production artistique, mais que son combat pour les droits de l'Homme pouvait entrer dans cette catégorie.
              
"Je pense que c'est cela, mon travail artistique. Mon oeuvre traite de la communication et de l'expression de ma préoccupation sociale", a déclaré le dissident, qui a notamment mené une longue enquête sur les effondrements des écoles, construites au rabais, lors du séisme du Sichuan de 2008, et la mort de très nombreux enfants.
              
Ai Weiwei, célèbre notamment pour avoir participé à la conception du "nid d'oiseau", le stade olympique de Pékin, se dit non coupable de fraude fiscale.
              
Il avait été mis sous enquête des services fiscaux après avoir été détenu au secret près de trois mois de début avril à fin juin après avoir été arrêté à l'aéroport de Pékin alors qu'il tentait d'embarquer pour Hong Kong.
              
Son arrestation, qui avait soulevé une vague d'indignation à travers le monde, était intervenue dans le contexte d'une répression majeure lancée en février par Pékin contre les dissidents et les militants des droits de l'Homme.
              
Ai Weiwei est un artiste chinois reconnu à l'étranger et a également bâti sa réputation internationale en exposant, dans la prestigieuse Tate Modern à Londres, une installation géante formée d'un tapis de graines de tournesol en porcelaine.
 

Première publication : 15/11/2011

  • CHINE

    Le dissident Ai Weiwei soutenu financièrement par près de 20 000 personnes

    En savoir plus

  • CHINE

    Le fisc chinois réclame 1,7 million d'euros à l'artiste contestataire Ai Weiwei

    En savoir plus

  • CHINE

    Pékin libère sous caution l'artiste dissident Ai Weiwei

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)