Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Crash du vol AH5017 : Hommage à 2 cinéastes disparus

En savoir plus

FOCUS

Birmanie : la transition démocratique piétine

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les people et le conflit israélo-palestinien

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Matshidiso Moeti, ancienne Directrice régionale adjointe de l'OMS pour l'Afrique

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

L'Argentine poussée vers le défaut de paiement

En savoir plus

SUR LE NET

Chine : de faux profils Twitter démasqués

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les cachotteries de Poutine et Merkel"

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Les défis diplomatiques de John Kerry

En savoir plus

DÉBAT

Israël - Gaza : l'espoir de trêve évanoui ?

En savoir plus

  • Ils ont fait plier l'Argentine : qui sont ces fonds "vautours" ?

    En savoir plus

  • Ebola : état d'urgence au Sierra Leone, l'inquiétude grandit dans le monde

    En savoir plus

  • Un rassemblement pro-israélien organisé ce jeudi à Paris

    En savoir plus

  • Avec "Lucy", Luc Besson domine le box-office américain

    En savoir plus

  • MH17 : les enquêteurs de l'OSCE accèdent au site du crash

    En savoir plus

  • Vidéo : reportage au cœur des tunnels creusés par le Hamas à Gaza

    En savoir plus

  • La clôture frontalière, nouvelle pomme de discorde entre le Maroc et l’Algérie

    En savoir plus

  • Moscou condamné à verser 1,86 milliard d'euros aux ex-actionnaires de Ioukos

    En savoir plus

  • Karim Wade, le fils de l'ex-président, jugé à Dakar pour "enrichissement illicite"

    En savoir plus

  • Mort de Paul Jean-Ortiz, conseiller diplomatique de François Hollande

    En savoir plus

  • BNP Paribas subit une perte record après l'amende américaine

    En savoir plus

  • Glissement de terrain meurtrier dans l'ouest de l'Inde

    En savoir plus

  • "Accuser la Serbie du déclenchement de la guerre est absurde"

    En savoir plus

  • Les deux derniers plus hauts responsables khmers rouges jugés pour génocide

    En savoir plus

  • Otages : la France, premier banquier des djihadistes d’Al-Qaïda

    En savoir plus

  • Moscou répond aux sanctions en menaçant l’UE et les États-Unis

    En savoir plus

Asie - pacifique

Ai Weiwei versera 930 000 euros pour faire appel de son redressement fiscal

Vidéo par Florence THOMAZEAU

Texte par Dépêche

Dernière modification : 16/11/2011

Afin d'obtenir une révision du redressement imposé par le fisc chinois, l'artiste dissident déposera une caution de 930 000 euros. Très critique envers le pouvoir, Ai Weiwei estime que ces mesures fiscales sont un moyen de le "briser".

AFP - L'artiste contestataire chinois Ai Weiwei a déclaré mercredi que son combat contre le fisc "montre au monde le système" en Chine, alors qu'il se rendait au bureau des impôts pour mettre en route une procédure d'appel contre un énorme redressement fiscal.
              
"Nous pouvons saisir cela comme une occasion de montrer au monde dans quel système" nous sommes, a dit à l'AFP Ai Weiwei, qui a pu, grâce à un afflux de soutiens spontanés, déposer mardi une forte caution pour faire appel d'un redressement fiscal destiné, selon lui à "le briser".
              
Le peintre, sculpteur, architecte et plasticien, féroce critique du régime communiste, avait été arrêté au printemps, détenu au secret près de trois mois et accusé d'une fraude fiscale d'ampleur.
              
Mais il a pu verser mardi 8 millions de yuans (930.000 euros) de caution pour pouvoir interjeter appel du redressement fiscal d'un montant de 15 millions de yuans (1,7 million d'euros) que lui réclament les autorités.
              
Ai Weiwei avait reçu à la fin de la semaine dernière des dons d'un total de 8,69 millions de yuans. Il a expliqué mercredi que cette vague de solidarité, qui a dû irriter les autorités au plus haut point, lui avait fait comprendre qu'il n'étais "pas seul" dans son combat.
              
Il a ajouté avoir "très bon moral grâce à tous les dons qui (lui) sont parvenus par l'internet". Ai a promis de rembourser ultérieurement leurs dons à ceux qui l'ont aidé.
              
"Nous ne pourrons pas interjeter appel aujourd'hui", a toutefois dit Ai, précisant qu'il faudrait encore quelques jours. Il s'est rendu au bureau des impôts pour signer un document lui donnant la garantie que l'argent déjà versé serait bien utilisé comme caution et ne constituait pas un paiement.
              
Grand utilisateur des médias sociaux, Ai Weiwei a confié à l'AFP ne pas avoir eu ces derniers temps beaucoup l'occasion de se consacrer à sa production artistique, mais que son combat pour les droits de l'Homme pouvait entrer dans cette catégorie.
              
"Je pense que c'est cela, mon travail artistique. Mon oeuvre traite de la communication et de l'expression de ma préoccupation sociale", a déclaré le dissident, qui a notamment mené une longue enquête sur les effondrements des écoles, construites au rabais, lors du séisme du Sichuan de 2008, et la mort de très nombreux enfants.
              
Ai Weiwei, célèbre notamment pour avoir participé à la conception du "nid d'oiseau", le stade olympique de Pékin, se dit non coupable de fraude fiscale.
              
Il avait été mis sous enquête des services fiscaux après avoir été détenu au secret près de trois mois de début avril à fin juin après avoir été arrêté à l'aéroport de Pékin alors qu'il tentait d'embarquer pour Hong Kong.
              
Son arrestation, qui avait soulevé une vague d'indignation à travers le monde, était intervenue dans le contexte d'une répression majeure lancée en février par Pékin contre les dissidents et les militants des droits de l'Homme.
              
Ai Weiwei est un artiste chinois reconnu à l'étranger et a également bâti sa réputation internationale en exposant, dans la prestigieuse Tate Modern à Londres, une installation géante formée d'un tapis de graines de tournesol en porcelaine.
 

Première publication : 15/11/2011

  • CHINE

    Le dissident Ai Weiwei soutenu financièrement par près de 20 000 personnes

    En savoir plus

  • CHINE

    Le fisc chinois réclame 1,7 million d'euros à l'artiste contestataire Ai Weiwei

    En savoir plus

  • CHINE

    Pékin libère sous caution l'artiste dissident Ai Weiwei

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)