Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Rentrée des classes en France : le système éducatif français est-il mauvais élève ?

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Un accord pour rétablir le Parlement du Lesotho

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Affaire Kayumba : quatre accusés reconnus coupables de tentative de meurtre

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Abbas Araghchi, vice-ministre iranien des Affaires étrangères

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Sarkozy le retour?

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Le meilleur des Observateurs cette année !

En savoir plus

FOCUS

L'État islamique déclare la guerre de l'eau en Irak

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Peine perdue" d'Olivier Adam, la trentaine à la dérive

En savoir plus

REPORTERS

Pakistan : Imran Khan, des terrains de cricket à la politique

En savoir plus

  • Steven Sotloff, un passionné du monde arabe tombé entre les griffes de l'EI

    En savoir plus

  • Vidéo : un convoi de l'armée ukrainienne détruit dans l'est de l'Ukraine

    En savoir plus

  • Europe : Moscovici, un sous-commissaire pour la France ?

    En savoir plus

  • Pôle emploi : Rebsamen se défend de vouloir "stigmatiser" les chômeurs

    En savoir plus

  • L'EI revendique dans une vidéo la décapitation d'un second journaliste américain

    En savoir plus

  • Ligue 1 : Falcao fait ses valises, à quoi joue Monaco?

    En savoir plus

  • Les photos volées de Jennifer Lawrence sont aussi gênantes pour Apple

    En savoir plus

  • Nord-Mali : quatre casques bleus tués par l'explosion d'une mine près de Kidal

    En savoir plus

  • En images : Falcao, James, Di Maria, Suarez... les plus gros transferts de l’été

    En savoir plus

  • "Peine perdue" d'Olivier Adam, la trentaine à la dérive

    En savoir plus

  • Un député tunisien échappe à une tentative d'assassinat

    En savoir plus

  • Le président du Yémen annonce un "gouvernement d'union nationale"

    En savoir plus

  • L'Otan menace de déployer une force de réaction rapide en Europe de l'Est

    En savoir plus

  • VTC : la justice interdit à Uber d'exercer en Allemagne

    En savoir plus

  • L’armée irakienne poursuit son offensive, l’EI recule

    En savoir plus

  • À Saint-Nazaire, les Mistral voguent vers leur destin russe

    En savoir plus

EUROPE

Mario Monti reprend les consultations pour former un nouvel exécutif

Vidéo par Valériane GAUTHIER

Texte par Dépêche

Dernière modification : 15/11/2011

Le successeur de Berlusconi a repris les discussions avec les grands partis afin de former un gouvernement pour résoudre la crise de la dette. Il a débuté par un entretien avec les représentants du Parti démocrate, le principal mouvement de gauche.

AFP - L'ex-commissaire européen Mario Monti, chargé de former un nouveau gouvernement en Italie, est entré mardi dans le vif du sujet en consultant les plus grands partis politiques, le patronat et les syndicats, sur un programme qui comportera "peut-être des sacrifices".

"Un vote de confiance sera vraisemblablement organisé dès jeudi"

M. Monti a vu tôt mardi la délégation du Parti démocrate (PD), principal mouvement de la gauche italienne, représenté par son chef Pier Luigi Bersani et deux autres dirigeants. Il devrait se rendre dans la soirée chez le président Giorgio Napolitano pour accepter officiellement de diriger le nouvel exécutif.

"Nous offrons un soutien entier et convaincu à un gouvernement prestigieux et de type technique, non pas pour soutenir moins, mais pour soutenir mieux Mario Monti", a déclaré M. Bersani à l'issue de la rencontre, confirmant la volonté de son parti de ne pas envoyer de ministres au gouvernement.

Le Premier ministre désigné cherche à impliquer les principaux partis dans son gouvernement, où il souhaiterait voir siéger des politiques et pas seulement des technocrates afin de disposer d'un soutien plus fort au Parlement.

"Monti a peur. Il craint que son gouvernement ne se retrouve sans parrains politiques, destiné à durer quelques mois seulement et fouetté par la guérilla parlementaire", affirmait mardi le quotidien La Repubblica.

"La qualité de l'appui que le PD et le PDL (parti de Silvio Berlusconi) s'apprêtent à fournir est plutôt piètre et c'est un danger dont le Professeur (Monti, ndlr) est bien conscient quand il demande un +soutien convaincu+ à son effort", ajoute le journal.

Plusieurs quotidiens évoquent le danger d'une "vietnamisation" du Parlement où le nouveau gouvernement pourrait se trouver dépourvu d'une vraie base et incapable de faire adopter les réformes économiques nécessaires, notamment les plus impopulaires.

Pour le quotidien de référence, Corriere della Sera, la seule force du gouvernement Monti est qu'il représente "un vaste mouvement d'opinion publique regroupant pour la première fois ceux qui n'ont jamais voté Berlusconi et ses nombreux partisans qui demandent maintenant à quelqu'un d'autre de nous sortir de l'ornière car leur favori s'en est montré incapable".

M. Monti, conscient de cette situation, a cherché visiblement à renforcer sa +base populaire+ en introduisant une nouveauté dans les consultations préalables à la formation de son équipe, en ajoutant des rencontres avec les partenaires sociaux ainsi que les jeunes et les femmes mardi après-midi.

Interrogé lors d'une conférence de presse lundi soir sur ce qui attend les Italiens, M. Monti a répondu: "Du sang non, des larmes non plus, des sacrifices peut-être".

Il devra s'occuper de dossiers politiquement et socialement délicats, comme la question des retraites à l'ancienneté (après 40 ans de travail), ou de la flexibilité du marché du travail.

Sur l'hypothèse de nouvelles mesures de rigueur après deux plans d'austérité de 60 milliards depuis juillet, M. Monti a jugé "prématuré de répondre dès maintenant", mais La Repubblica a chiffré à 29 milliards d'euros le montant des économies supplémentaires nécessaires en 2012 et 2013 pour respecter les engagements pris envers l'UE.

La trêve que les marchés ont accordée à l'Italie après la désignation de Mario Monti a d'ailleurs été de courte durée et mardi en fin de matinée, la bourse de Milan perdait environ 2% tandis que les taux des titres de dette italiens à 10 ans ont refranchi le seuil périlleux des 7%.

L'Italie inquiète les marchés en raison de sa dette colossale (1.900 milliards d'euros, 120% du PIB). M. Monti leur a réclamé un peu de "patience" en soulignant que le pays est une "démocratie" qui prévoit des "délais précis" pour former un gouvernement et élaborer un programme.



 

Première publication : 15/11/2011

  • ITALIE

    Mario Monti entame les consultations pour le prochain gouvernement

    En savoir plus

  • ITALIE

    Mario Monti, l'homme du consensus succède à Silvio Berlusconi

    En savoir plus

  • ITALIE

    Le règne de Silvio Berlusconi s'achève sous une pluie d'insultes

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)