Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

EXPRESS ORIENT

En Israël, les ventes d'armes à feu en forte hausse

En savoir plus

FOCUS

Ukraine : que reste-t-il de la révolution du Maïdan?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"The Search", Bérénice Bejo sur le champ de bataille

En savoir plus

FOCUS

Violences conjugales : la France s'attaque à la source du fléau

En savoir plus

SUR LE NET

Ferguson : le web réagit à l'annonce du grand jury

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Burkina Faso : le ministre de la Culture contraint à la démission

En savoir plus

DÉBAT

L’affaire Ferguson, triste miroir de la société américaine?

En savoir plus

DÉBAT

Nucléaire iranien : l'impossible accord ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Je ne crois pas que ça va me hanter"

En savoir plus

Asie - pacifique

La présence américaine au cœur de la réunion de l'assemblée traditionnelle afghane

Texte par Dépêche

Dernière modification : 16/11/2011

La Loya Jirga, grande assemblée afghane, s'est réunie ce mercredi à Kaboul pour discuter de l'avenir du pays et d'un partenariat avec Washington. Le président Karzaï a notamment exigé que les États-Unis et l'Otan respectent la souveraineté nationale.

AFP - L'Afghanistan veut sa "souveraineté nationale" et la veut "aujourd'hui", a affirmé mercredi le président afghan Hamid Karzaï, évoquant les conditions pour conclure un partenariat stratégique avec les Etats-Unis, devant une grande assemblée traditionnelle réunie pour en débattre.
              
Les relations entre l'Afghanistan et les Etats-Unis doivent être celles "de deux pays indépendants", a-t-il ajouté devant les quelque 2.000 délégués de la Loya Jirga réunis à Kaboul, alors que près de 100.000 soldats américains sont déployés en Afghanistan pour soutenir le fragile gouvernement face à l'insurrection des talibans qui ne cesse de s'intensifier.
              
Kaboul négocie actuellement un partenariat stratégique avec Washington, censé définir la présence américaine - et notamment le maintien éventuel de bases américaines - à l'issue du retrait d'Afghanistan, fin 2014, de l'ensemble des quelque 140.000 combattants de la force internationale de l'Otan.
              
"Nous voulons notre souveraineté et nous la voulons maintenant", a lancé M. Karzaï dans son discours d'ouverture. Si les Etats-Unis "veulent des bases militaires, nous leur permettrons, c'est à notre avantage, nous recevrons de l'argent et nos forces seront formées", a-t-il ajouté. "Serons nous capables de protéger notre pays après 2014 ? Oui, nous le serons. Dans l'unité nationale. Nous avons besoin de leur aide, c'est vrai, mais à certaines conditions, afin que l'Afghanistan ne soit pas à nouveau piétiné", a-t-il poursuivi.
              
Parmi les "conditions à la signature" de ce partenariat stratégique, M. Karzaï a notamment exigé que les forces américaines et de l'Otan cessent les fouilles de domiciles afghans et leurs opérations nocturnes, deux pratiques qui irritent fortement la population afghane, après dix ans de présence militaire étrangère.
              
Il a également rassuré ses voisins, inquiets d'une présence à long terme de troupes américaines à leurs frontières. "Il est dans l'intérêt de l'Afghanistan d'avoir de bonnes relations avec ses voisins", a-t-il affirmé, "il n'y aura d'ingérence dans aucun pays, chez aucun voisin, depuis l'Afghanistan".
              
Les Etats-Unis "ne doivent pas s'ingérer dans nos affaires internes. L'Afghanistan estime que son intérêt national est d'avoir de bonnes relations avec des voisins tels que la Chine, la Russie (...) nous voulons être amis avec eux", a-t-il poursuivi.
              
"A ces conditions, l'Afghanistan est prêt à signer le partenariat stratégique avec les Etats-Unis, c'est dans notre intérêt", a-t-il souligné.
              
Les relations de l'Afghanistan avec le monde "est le seul ordre du jour" de la Loya Jirga, a-t-il expliqué, tout en indiquant que l'assemblée traditionnelle discuterait également du "processus de paix en Afghanistan" et que son "avis à ce sujet sera pris en compte".
              
M. Karzaï a aussi dit que la deuxième phase du processus de transfert de la sécurité de l'Otan aux forces afghanes, lancé en juillet, commencerait dans les prochains jours, mais n'a pas dévoilé les zones concernées, contrairement à ce qu'avait annoncé la présidence afghane.

 

Première publication : 16/11/2011

  • AFGHANISTAN

    Un soldat français tué en Afghanistan

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Un soldat condamné à la perpétuité pour le meurtre de trois Afghans

    En savoir plus

  • AFGHANISTAN

    Plusieurs morts dans un attentat-suicide devant une mosquée à Baghlan

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)