Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Todd Shepard, spécialiste de l'Algérie

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Ligue des Champions : deux clubs madrilènes en lice

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

L'Afrique du sud, 20 ans après les premières élections démocratiques

En savoir plus

FOCUS

Les Taïwanais divisés vis-à-vis de la Chine

En savoir plus

SUR LE NET

Données personnelles : les pratiques des géants du Net dénoncées

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Peintures millénaires tagués en Libye et les États-Unis à tous prix pour les ados latinos

En savoir plus

PROFILS

Justine Dupont, surfeuse

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Génocide rwandais : le défi de la réconciliation

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

PSA à la conquête de la Chine

En savoir plus

  • Mort d'ouvriers au Qatar : "Pas à cause du football", selon Blatter

    En savoir plus

  • Didier François témoigne : "J'ai subi des simulacres d'exécutions"

    En savoir plus

  • Fusillade de Sloviansk : l’identité des assaillants, enjeu entre Moscou et Kiev

    En savoir plus

  • Vidéos : retour sur la vie de Hurricane Carter, symbole des méfaits du racisme

    En savoir plus

  • Corée du Sud : la présidente incrimine l’équipage du ferry naufragé

    En savoir plus

  • Présidentielle afghane : Abdullah et Ghani se dirigent vers un second tour

    En savoir plus

  • Paris s'inquiète du sort de l'otage français Gilberto Rodriguez Leal au Mali

    En savoir plus

  • Sécurité maximale et participation record au marathon de Boston

    En savoir plus

  • Sissi et Sabahi, seuls candidats à l’élection présidentielle en Égypte

    En savoir plus

  • Bientôt Pâques sans chocolat ?

    En savoir plus

  • Kabylie : affrontements entre manifestants et forces de l'ordre à Tizi Ouzou

    En savoir plus

  • La prise d'otages, "monnaie d'échange" pour les djihadistes en Syrie

    En savoir plus

  • Les héritiers de Renault ne désespèrent pas de revoir quelques milliards

    En savoir plus

  • Tournoi de Monte-Carlo : Wawrinka bat Federer en finale

    En savoir plus

  • De retour en France, les ex-otages évoquent des conditions de détention "rudes"

    En savoir plus

  • Bachar al-Assad dans la ville chrétienne de Maaloula pour Pâques

    En savoir plus

  • Grand Prix de Chine : Hamilton et Rosberg offrent un nouveau doublé à Mercedes

    En savoir plus

  • Algérie : 14 soldats tués dans une embuscade en Kabylie

    En savoir plus

FRANCE

L'affaire des "mallettes africaines" classée sans suite par le parquet de Paris

©

Texte par Dépêche

Dernière modification : 16/11/2011

L'enquête préliminaire ouverte après les accusations de l'ex-conseiller officieux de l'Elysée Robert Bourgi, qui affirmait avoir transporté des fonds africains pour le compte d'hommes politiques français, a été classée sans suite.

AFP - L'enquête ouverte après les retentissantes accusations de l'ex-conseiller officieux de l'Elysée Robert Bourgi, sur une remise de fonds africains occultes à Jacques Chirac et à Dominique de Villepin, a été classée sans suite.

Dans une interview au JDD le 11 septembre, l'avocat avait affirmé avoir transporté à plusieurs reprises dans des valises des sommes provenant de chefs d'Etat africains, pour un montant de quelque 20 millions de dollars, pour les remettre à MM. Chirac et Villepin.

Le parquet de Paris a classé sans suite l'enquête ouverte après ces déclarations, les allégations de M. Bourgi ne pouvant être confortées par un quelconque élément de preuve susceptible de motiver des investigations, a indiqué mercredi une source judiciaire à l'AFP.

A supposer que les remises de fonds soient avérées, en raison de la période visée (1997-2005), l'infraction serait prescrite, a précisé le parquet.

M. Bourgi ne souhaite pas réagir à la décision du parquet, a-t-on appris auprès de son entourage.



L'ancien conseiller de l'ombre chargé des affaires africaines avait également accusé Jean-Marie Le Pen d'avoir lui aussi reçu des fonds occultes de chefs d'Etat africains pour financer sa campagne présidentielle de 1988.

La loi de 1995 sur le financement de la vie politique prévoit des peines de cinq ans de prison pour ce type d'infraction mais les faits sont prescrits au bout de trois ans.

A la suite des accusations de M. Bourgi, le parquet de Paris avait diligenté le 13 septembre une enquête préliminaire. M. Bourgi avait été entendu par les enquêteurs de la brigade financière le 22 septembre.



"Jamais moins de 5 millions de francs"



Dans son interview au JDD, puis à plusieurs reprises dans d'autres médias, Robert Bourgi disait avoir "participé à plusieurs remises de mallettes à Jacques Chirac, en personne, à la mairie de Paris". Selon lui, "il n'y avait jamais moins de 5 millions de francs. Cela pouvait aller jusqu'à 15 millions".

Pierre Péan, auteur de "Les mallettes de la République"


Celui qui se présente volontiers comme le successeur de Jacques Foccart, le "Monsieur Afrique" de l'Elysée des gaullistes, avait expliqué avoir recueilli des fonds de cinq chefs d'Etat africains : Abdoulaye Wade (Sénégal), Blaise Compaoré (Burkina Faso), Laurent Gbagbo (Côte d'Ivoire), Denis Sassou Nguesso (Congo-Brazzaville) et Omar Bongo (Gabon).

Il s'était ensuite rétracté sur ses accusations contre M. Wade, affirmant s'être trompé.

A plusieurs reprises, M. Bourgi a affirmé que Nicolas Sarkozy, dont il s'est rapproché en 2005, a mis un terme à cette pratique.

Mais dans l'ouvrage de Pierre Péan, "La République des mallettes", l'ancien "M. Afrique" de Jacques Chirac, le diplomate Michel de Bonnecorse, accuse M. Bourgi d'avoir remis en 2006 une valise avec de l'argent d'Omar Bongo et de Denis Sassou Nguesso "aux pieds du ministre de l'Intérieur" de l'époque, Nicolas Sarkozy.

Accusations "scandaleuses", avait réagi l'ancien secrétaire général de l'Elysée et actuel ministre de l'Intérieur Claude Guéant qui reconnaît des rencontres fréquentes avec M. Bourgi, "tous les mois" lorsqu'il était à l'Elysée, mais uniquement parce que l'avocat est "un bon connaisseur de l'Afrique".

M. Bourgi a également été entendu le 5 octobre dans le cadre de l'enquête sur les "biens mal acquis" en France par des chefs d'Etat africains.

 

Première publication : 16/11/2011

  • FRANÇAFRIQUE

    Robert Bourgi entendu par la justice sur les "biens mal acquis"

    En savoir plus

  • FRANÇAFRIQUE

    Le parquet de Paris ouvre une enquête après les déclarations de Bourgi

    En savoir plus

  • FRANÇAFRIQUE

    Robert Bourgi, l'homme du grand déballage

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)