Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ouganda : Dominic Ongwen comparaît devant la CPI

En savoir plus

FOCUS

Auschwitz, symbole d'une entreprise de mort programmée et industrielle

En savoir plus

À L’AFFICHE !

La Shoah racontée dans le cinéma et la littérature

En savoir plus

SUR LE NET

La beauté noire à l'heure du web 2.0

En savoir plus

L'ENTRETIEN

"En arrivant à Auschwitz, les Soviétiques ont trouvé un immense cimetière"

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Conférence de Paris sur le climat : une opportunité pour les entreprises ? (partie 1)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Conférence de Paris sur le climat : une opportunité pour les entreprises ? (partie 2)

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Colombie : le président convaincu "que les Farc veulent la paix"

En savoir plus

DÉBAT

Victoire de Tsipras en Grèce, la naissance d'une nouvelle Europe ? (partie 2)

En savoir plus

Economie

La France fait le nécessaire pour garder son triple A, selon le président de la BNP

Texte par Dépêche

Dernière modification : 16/11/2011

Michel Pébereau, le président de BNP Paribas, estime que la France fait le nécessaire pour protéger son triple A, meilleure note possible attribuée par les agences de notation pour évaluer la solvabilité financière d'un pays.

REUTERS - La France fait le nécessaire pour protéger sa note triple A, a estimé mercredi le président du conseil d'administration de la banque BNP-Paribas, Michel Pébereau.

"Face aux difficultés, les autorités ont pris des mesures courageuses et adaptées qui s'imposaient", a-t-il déclaré à la presse.

"Ces programmes sont en cours", a-t-il ajouté lors de la remise du Grand prix de l'économie Les Echos-Radio classique-Freshfield dont il est le lauréat.
 

Première publication : 16/11/2011

  • BANQUES

    Michel Pébereau quittera la présidence de BNP Paribas en décembre

    En savoir plus

  • BANQUES

    Touché par la crise, BNP Paribas va licencier des centaines de personnes

    En savoir plus

  • BANQUES

    Des investisseurs moyen-orientaux à la rescousse de BNP Paribas ?

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)