Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Le Premier ministre écossais annonce sa démission au lendemain du référendum

    En savoir plus

  • Le Tchad accuse l'ONU d'utiliser ses soldats comme "bouclier" au Mali

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Quand Hollande se targue d’influencer la politique économique européenne

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse : les indépendantistes n'ont pas tout perdu

    En savoir plus

  • Sarkozy revient-il pour "tout changer" ou "se sauver" ?

    En savoir plus

  • Visé par une enquête, Zidane pourrait être privé de banc de touche

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

    En savoir plus

  • Irak : combattants kurdes recherchent armes lourdes désespérément

    En savoir plus

  • Barack Obama salue la France, "un partenaire solide contre le terrorisme"

    En savoir plus

Moyen-orient

La Ligue arabe lance un ultimatum à Damas

Vidéo par Léa-Lisa WESTERHOFF

Texte par Dépêche

Dernière modification : 17/11/2011

Réunie à Rabat, la Ligue arabe a sommé la Syrie de mettre fin, d'ici trois jours, à la violente répression exercée par le régime de Bachar al-Assad contre les civils. Faute de quoi des "sanctions économiques" seront adoptées.

AFP - La Ligue arabe a donné mercredi à la Syrie un nouveau délai de 3 jours pour mettre fin à la répression sanglante, faute de quoi des "sanctions économiques" seront adoptées contre le régime de Damas, a déclaré à Rabat le Premier ministre et chef de la diplomatie du Qatar Hamad ben Jassem.

La Ligue arabe "donne" à partir de ce mercredi "trois jours au gouvernement syrien pour arrêter la répression sanglante" contre la population civile, mais si Damas n'accepte pas de coopérer avec la Ligue, des sanctions économiques seront adoptées contre la Syrie", a déclaré mercredi soir le Premier ministre du Qatar lors d'une conférence de presse à l'issue de la réunion de l'organisation pan-arabe à Rabat.



Soulignant que la patience des Arabes était à bout, le ministre a déclaré: "Je ne veux pas parler de dernière chance pour qu'il (le régime syrien) ne pense pas qu'il s'agit d'un ultimatum, mais nous sommes presque au bout du chemin".

Le secrétaire général de la Ligue arabe, Nabil Al-Arabi, avait demandé que "tout soit fait pour arrêter l'effusion de sang", déclarant espérer "la réussite des efforts arabes pour envoyer en Syrie dans les prochains jours" des observateurs appartenant à des ONG arabes pour s'assurer de la protection des populations civiles.

M. Arabi a indiqué que l'opposition a identifié "seize zones" à risque sur le territoire syrien.

Par ailleurs, quelques heures avant l'ouverture de la réunion, boycottée par Damas, le ministre turc des Affaires étrangères Ahmet Davutoglu et ses homologues arabes avaient mis en garde "contre toute intervention étrangère en Syrie", dans un communiqué conjoint.

Mis en demeure de cesser huit mois de répression sanglante qui a déjà fait, selon l'ONU, plus de 3.500 morts, le régime de Bachar-Al Assad risque "l'isolement" pour ne pas avoir "rempli les promesses qu'il a faites à la Ligue arabe" sur la fin de la répression des civils, a déclaré M. Davutoglu.

Samedi au Caire, la Ligue arabe avait pour la première fois pris des mesures pour accroître l'isolement international du régime syrien.

La suspension de la Syrie des travaux de la Ligue devait commencer ce mercredi, jusqu'à ce que le régime honore son engagement d'appliquer un plan arabe de sortie de crise prévoyant en premier lieu la fin des violences .

Ces mesures, ainsi que la décision de retirer les ambassadeurs arabes accrédités à Damas -- ont été très favorablement accueillies mardi par les Etats-Unis, les pays européens, l'opposition syrienne, et Ankara.

Le ministre français des Affaires étrangères Alain Juppé a annoncé mercredi le rappel de son ambassadeur à Damas et il est attendu jeudi à Ankara pour des discussions sur la Syrie.

Mais durant le week-end des ambassades arabes à Damas, dont celle d'Arabie saoudite qui a été saccagée, ont été attaquées, mais Damas a présenté des excuses lundi.
La répartition des minorités religieuses en Syrie
carte syrie


Mercredi, c'était au tour de l'ambassade du Maroc d'être attaquée par des partisans du régime syrien. Ce que Rabat a aussitôt condamné tout comme le gouvernement des Emirats arabes unis qui a dénoncé mercredi une attaque contre son ambassade à Damas.

Les opposants syriens réclament un sanctuaire pour les civils

Selon l'opposition syrienne, les participants à la réunion de Rabat devaient aussi se pencher sur la création d'un sanctuaire à la frontière syro-turque pour la protection des civils, avec l'envoi d'une mission d'observateurs.

La Ligue arabe a convenu de l'envoi de 500 membres d'organisations arabes des droits de l'Homme, de média et des observateurs militaires en Syrie, selon un responsable de l'organisation panarabe.

Après avoir tenté de jouer les médiateurs, les dirigeants turcs montent de plus en plus au créneau. La Turquie est en effet la seule grande puissance régionale aux portes de la Syrie.

Ankara a d'ores et déjà annoncé avoir arrêté sa participation à des explorations pétrolières conjointes, et menacé de suspendre la fourniture d'électricité à son ancien allié.

Mais malgré les pressions de toutes parts, la crise syrienne ne cesse de s'amplifier, menaçant de déstabiliser toute la région.

De fait, pour la première fois depuis le début de la contestation en Syrie, un centre des services de renseignements aériens, situé à l'entrée de Damas, a été attaqué mercredi à l'aube à la roquette par des soldats dissidents dont le chef, le colonel Riad al-Assad est réfugié en Turquie.

L'Armée syrienne libre, qui a revendiqué mercredi cette attaque, compte des milliers de soldats ayant fait défection pour se joindre à la révolte.

Washington a condamné les actions violentes de l'opposition en Syrie, estimant qu'elles jouent en faveur du régime de Bachar al-Assad, tout en accusant le président syrien d'être à l'origine des violences.

Première publication : 16/11/2011

  • DIPLOMATIE

    Après la France, le Maroc rappelle son ambassadeur en Syrie

    En savoir plus

  • SYRIE

    La Ligue arabe et la Turquie contre "toute intervention étrangère en Syrie"

    En savoir plus

  • SYRIE

    La Syrie de plus en plus isolée avant la réunion de la Ligue arabe

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)