Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Moins d'un français sur deux est imposable

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"L'écureuil et le serpent"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Vers une police sous surveillance ?

En savoir plus

DÉBAT

Syrie : la guerre oubliée

En savoir plus

DÉBAT

Centrafrique : comment sortir de l'impasse?

En savoir plus

SUR LE NET

Le web se met au « Ice Bucket Challenge » pour la bonne cause

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Montréal, toute une histoire

En savoir plus

FOCUS

Israël : Tsahal face aux minorités de la société israélienne

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Guillaume Foliot, directeur adjoint du Programme alimentaire mondial

En savoir plus

  • Présidentielle 2017 : Alain Juppé candidat à la primaire de l'UMP

    En savoir plus

  • L'État islamique annonce avoir décapité un journaliste américain

    En savoir plus

  • Glissements de terrain meurtriers à Hiroshima

    En savoir plus

  • Gaza : reprise des affrontements entre Israël et le Hamas

    En savoir plus

  • L'armée irakienne attaque les jihadistes sur plusieurs fronts

    En savoir plus

  • L'opposition pakistanaise pénètre dans la zone rouge d’Islamabad

    En savoir plus

  • Libération : raconter l’été 44 au-delà des "moments de gloire et de triomphe"

    En savoir plus

  • Ligue 1 : une enquête judiciaire ouverte après le coup de tête de Brandao

    En savoir plus

  • Championnat d'Europe : Florent Manaudou vainqueur ex æquo sur 50 m papillon

    En savoir plus

  • Le prince saoudien braqué à Paris est un fils du roi Fahd mort en 2005

    En savoir plus

  • Émeutes de Ferguson : les États-Unis face à leurs vieux démons racistes

    En savoir plus

  • Carte interactive : "Ici est tombé" pour la Libération de Paris

    En savoir plus

  • Libération de Paris : "J'accueillais mes libérateurs"

    En savoir plus

  • Dans l’est de l'Ukraine, Lougansk en proie à d’intenses combats

    En savoir plus

  • Le pape François ouvre davantage la voie à la béatification de Mgr Romero

    En savoir plus

  • Amos Gitaï : "Israël est un projet politique, pas un projet religieux"

    En savoir plus

Moyen-orient

Les grandes puissances de l'AIEA s'accordent sur une résolution visant l'Iran

Texte par Dépêche

Dernière modification : 17/11/2011

Les membres permanents du Conseil de sécurité de l'ONU et l'Allemagne ont déposé jeudi une résolution afin de clarifier des aspects du programme nucléaire iranien. Cependant, le texte ne fixe aucune échéance à l'Iran pour obtempérer.

AFP - Les grandes puissances au conseil des gouverneurs de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) se sont mises d'accord jeudi sur une résolution exprimant "leur profonde inquiétude" sur le programme nucléaire iranien, mais moins ambitieuse que souhaitée au départ par les Occidentaux.

Cette résolution, déposée par les cinq membres permanents du Conseil de sécurité des Nations Unies et l'Allemagne ("groupe des 5+1"), "exprime une inquiétude profonde et croissante concernant les questions non résolues du programme nucléaire iranien", selon un texte diffusé en marge de la réunion du conseil, qui dure jusqu'à vendredi.

Leur préoccupation porte aussi sur les questions "devant être clarifiées afin d'exclure l'existence d'une possible dimension militaire", lit-on dans ce document, qui sera soumis vendredi aux délégations des 35 Etats membres du conseil.

Contrairement aux souhaits exprimés au départ par les Occidentaux, la résolution ne fixe néanmoins aucune échéance à l'Iran pour répondre aux inquiétudes.

Elle demande simplement au directeur général de l'agence onusienne, Yukiya Amano, "d'inclure dans son rapport de mars 2012 une évaluation de la mise en oeuvre de cette résolution", qui appelle le pays à coopérer pleinement sur tous les points en suspens.

Dans son dernier rapport, le chef de l'AIEA avait présenté un large faisceau d'éléments, jugés crédibles, indiquant que l'Iran avait travaillé - contrairement à ses dires - la mise au point de l'arme atomique. Téhéran avait rejeté en bloc ces éléments et accusé l'AIEA d'être sous influence américaine.

M. Amano a annoncé parallèlement avoir proposé au vice-président iranien Fereydoun Abbassi l'envoi d'une "mission d'experts de haut niveau" en Iran afin de clarifier les points contenus dans l'annexe du rapport.

"Il est essentiel" que cette mission "réponde aux questions posées dans mon rapport", a-t-il ajouté, appelant l'Iran à s'engager "sans délai" avec l'agence afin d'apporter les "clarifications requises concernant une possible dimension militaire de son programme nucléaire".

Mercredi, le chef de la diplomatie iranienne, Ali Akbar Salehi, avait promis que son pays répondrait de manière "argumentée" à l'AIEA.

Le tout est de savoir quand. M. Amano a dit ne pas s'attendre à une réponse rapide de l'Iran sur sa proposition d'envoi d'une mission, lors d'une conférence de presse. "Mais il ne serait pas approprié de prendre trop de temps", a-t-il jugé.

Les Occidentaux avaient qualifié le dernier rapport de l'AIEA de "tournant", après huit ans d'enquête de l'AIEA sur l'Iran, et exigé une augmentation des pressions sur l'Iran, voire de nouvelles sanctions.

Mais les Russes, qui disaient n'avoir rien vu "de nouveau" dans le document, et les Chinois, dont l'Iran est l'un des principaux fournisseurs d'hydrocarbures, ont fait obstruction, prônant plutôt de redoubler d'efforts au niveau diplomatique.

L'ambassadeur israélien à Vienne a fait part d'une certaine déception. La résolution "pourrait être plus dure", a déclaré Ehud Azoulay à l'AFP.

"Mais c'est la magie de la diplomatie. Si vous voulez avoir tout le monde à bord, vous devez sacrifier quelque chose. J'espère que cela sera une base pour de futures résolutions" au Conseil de sécurité des Nations Unies, a-t-il ajouté.

Le rapport de l'AIEA avait mis à jour les divergences d'approche sur le dossier au sein du groupe des 5+1, chargé des négociations - dans l'impasse depuis des mois - avec Téhéran sur son programme nucléaire.

Première publication : 17/11/2011

  • NUCLÉAIRE IRANIEN

    L'AIEA propose d'envoyer une mission d'experts en Iran

    En savoir plus

  • NUCLÉAIRE IRANIEN

    "Il n’existe aucune ambiguïté sur les intentions de Téhéran"

    En savoir plus

  • NUCLÉAIRE IRANIEN

    Téhéran rejette le rapport de l'Agence internationale de l'énergie atomique

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)