Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

La leçon de démocratie du Nigeria

En savoir plus

DÉBAT

Nigeria : sécurité, économie, corruption... les défis de Buhari (partie 1)

En savoir plus

DÉBAT

Nigeria : sécurité, économie, corruption... les défis de Buhari (partie 2)

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Dailymotion : le retour du patriotisme économique

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Mort d'un procureur"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Et ta soeur ?"

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

L'alternance démocratique au Nigeria, modèle pour le reste du continent

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

La victoire annoncée de l'opposant Muhammadu Buhari au Nigeria

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Climat : "Les chances sont bonnes" de parvenir à un accord à Paris

En savoir plus

Moyen-orient

Le Parlement investi par des dizaines de manifestants

Texte par Dépêche

Dernière modification : 17/11/2011

Le Parlement koweïtien a été investi par plusieurs dizaines de manifestants, qui réclament la démission du Premier ministre Nasser al-Mohammad al-Sabah, accusé de corruption. La police anti-émeute est intervenue violemment pour les déloger.

REUTERS - Plusieurs dizaines de manifestants ont pénétré brièvement mercredi soir à l'intérieur du parlement koweïtien pour réclamer la démission du Premier ministre Nasser al Mohammad al Sabah, qu'ils accusent de corruption, rapportent des témoins.

Des centaines d'autres protestataires étaient massés à l'extérieur du bâtiment, scandant: "Le peuple veut la chute du chef (du gouvernement)."
 
Selon des médias et témoins, la police antiémeute est intervenue violemment.
 
Un journaliste de Reuters a pu voir des ambulances à proximité du site, sans savoir s'il y avait des victimes.
 
Des manifestations sont organisées régulièrement depuis mars dernier pour réclamer le départ de cheikh Nasser, neveu de l'émir Sabah al Ahmad al Sabah.
 
En mai dernier, deux députés avaient tenté d'interpeller le Premier ministre sur une affaire présumée de détournement de fonds, une accusation qu'il rejette.
 
Le gouvernement avait démissionné en mars pour éviter que trois ministres, membres de la famille Al Sabah, soient interrogés par les parlementaires.
 
Le Koweït, quatrième exportateur mondial de pétrole, possède le parlement le plus ouvert des pays du Golfe, mais les partis politiques n'y sont pas autorisés. Les élus ne représentent qu'eux-mêmes et s'allient au gré des événements.
 

Première publication : 17/11/2011

  • SYRIE

    L'Arabie saoudite, le Koweït et Bahreïn rappellent leurs ambassadeurs

    En savoir plus

  • ENTREPRISES

    L'État français et le Koweït vont recapitaliser Areva à hauteur de 900 millions d'euros

    En savoir plus

  • MOYEN-ORIENT

    Le Koweït expulse des Égyptiens soutenant Mohamed El-Baradeï

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)