Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Libération de Karim Wade : une décision dénoncée par des militants anti-corruption

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Condamnation de Moïse Katumbi : l'opposition dénonce un "harcèlement"

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Dans les coulisses des palaces parisiens

En savoir plus

LE DÉBAT

Le Royaume-Uni quitte l'Union Européenne, un pays et une Europe sous le choc

En savoir plus

TECH 24

Fintech : quand les startups font trembler la banque

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le saut dans l'inconnu (Partie 2)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le saut dans l'inconnu (Partie 1)

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Vincent Placé : « Refaire passer le chef de l’État par une primaire ne me paraît pas logique »

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Vincent Placé : « Nous sommes arrivés à un moment où il n’y a plus de débat démocratique ni de dialogue social »

En savoir plus

Afrique

Le procès du patron de Nessma TV, Nabil Karoui, ajourné

Texte par Dépêche

Dernière modification : 17/11/2011

Initialement prévue ce jeudi, l'ouverture du procès de Nabil Karoui a été reportée au 23 janvier. Le patron de la chaîne Nessma TV doit comparaître pour "atteinte aux valeurs sacrées" après la diffusion, en octobre, du film Persepolis.

AFP - Le procès du patron de la télévision privée tunisienne Nessma poursuivi pour "atteinte aux valeurs sacrées" après la diffusion en octobre du film Persepolis, qui avait suscité des violences d'islamistes radicaux, a été reporté au 23 janvier, a constaté l'AFP.

Ouvert dans la cohue, le procès a été ajourné après un peu plus d'une heure de débats, à la demande des avocats de la défense et de la partie civile, et la prochaine audience a été fixée au 23 janvier.

La séance, qui s'est tenue dans une petite salle bondée, a été émaillée d'altercations entre les avocats, dont certains voulaient filmer l'audience.

M. Karoui, qui fait l'objet d'une plainte de plus de 140 avocats, est poursuivi pour "atteinte aux valeurs du sacré, atteinte aux bonnes moeurs et trouble à l'ordre public", et encourt trois ans de prison. Le responsable du visionnage de Nessma et la responsable du doublage du film sont également poursuivis.

La diffusion le 7 octobre par Nessma TV du film franco-iranien Persepolis, en dialecte tunisien, avait déchaîné les passions et suscité une vague de violences, quinze jours avant les élections en Tunisie.

Des groupes d'extrémistes avaient tenté d'attaquer le 9 octobre le siège de la chaîne à Tunis, et la violence avait culminé cinq jours plus tard lorsqu'une centaine d'assaillants avaient jeté des cocktails molotov sur la maison du patron de la chaîne, alors absent.

En cause: une scène du film (qui raconte le régime iranien de Khomeiny à travers les yeux d'une petite fille) où Dieu est représenté, ce que proscrit l'islam.

Nabil Karoui s'était "excusé" pour la diffusion de cette scène après l'attaque de la chaîne, mais les manifestations, à l'instigation de groupes salafistes, s'étaient poursuivies.
 

Première publication : 17/11/2011

  • TUNISIE

    Le domicile du PDG de Nessma TV attaqué

    En savoir plus

  • TUNISIE

    La police disperse une manifestation contre Nessma TV à Tunis

    En savoir plus

  • TUNISIE

    Près de 200 salafistes attaquent le siège de Nessma TV après la diffusion de Persépolis

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)