Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Mali - pourparlers à Alger : peut-on croire à la paix ?

En savoir plus

DÉBAT

Ukraine : la Russie en guerre contre l'Europe ?

En savoir plus

FOCUS

Les géants américains du tabac à l'assaut de la cigarette électronique

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Ben l'Oncle Soul toujours en plein rêve pour son deuxième album

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Le trio CAB, un voyage musical entre Afrique, Brésil et Caraïbes

En savoir plus

FOCUS

Ces chrétiens d'Irak qui commencent leur nouvelle vie en France

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Quand Manuel Valls tente de faire disparaître ses tweets

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 1)

En savoir plus

  • À Saint-Nazaire, les Mistral voguent vers leur destin russe

    En savoir plus

  • Hong Kong en rébellion contre l’emprise de Pékin

    En savoir plus

  • Vidéo : une rentrée des classes pas comme les autres en Ukraine

    En savoir plus

  • L'ONU envoie une mission pour enquêter sur les crimes de l'EI en Irak

    En savoir plus

  • Vers un nouveau coup d'État militaire au Pakistan ?

    En savoir plus

  • Cisjordanie : les États-Unis exhortent Israël à renoncer aux expropriations

    En savoir plus

  • Face à l'avancée de l'EI en Irak, la peur gagne l'Iran

    En savoir plus

  • Et si la France vendait la Joconde pour éponger ses dettes ?

    En savoir plus

  • Webdoc : "Le Grand incendie" primé à Visa pour l'image

    En savoir plus

  • Le pape organise un "match pour la paix" avec des stars du foot

    En savoir plus

  • Le Premier ministre de retour au Lesotho après un "coup d'État"

    En savoir plus

  • Un immeuble s'effondre en banlieue parisienne, huit morts

    En savoir plus

  • République centrafricaine : les ravages de la haine

    En savoir plus

  • Embargo russe : les producteurs français redoutent la concurrence polonaise

    En savoir plus

  • Importante victoire de l’armée irakienne face aux jihadistes de l’EI

    En savoir plus

SPORT

Joseph Blatter "regrette ses propos", mais n'est pas démissionnaire

Texte par Dépêche

Dernière modification : 18/11/2011

Après avoir déclaré que le racisme n'existait pas dans le football, le président de la Fifa, Joseph Blatter, a reconnu avoir tenu des "propos malencontreux". Le secrétaire d'État britannique au Sport l'avait appelé à quitter son poste.

AFP - Le président de la Fédération internationale de football (FIFA), Joseph Blatter, s'est dit "désolé" d'avoir tenu des "propos malencontreux" sur le racisme dans le football mais a exclu de démissionner, dans une interview à la BBC diffusée vendredi.

Sepp Blatter, 75 ans, a été pris dans une controverse cette semaine après avoir déclaré que le racisme n'existait pas dans le football et qu'une poignée de main pouvait absoudre certains comportements, propos qu'il a ensuite nuancés.

"Je ne peux que dire que je suis désolé pour tous les gens blessés par mes déclarations", a déclaré le Suisse, reconnaissant avoir tenu des "propos malencontreux" et les "regretter profondément".

Il a affirmé être blessé par la controverse. "Je suis blessé parce que je n'envisageais pas une telle réaction", a-t-il dit.

Mais le président de la FIFA, que le secrétaire d'Etat britannique chargé des Sports Hugh Robertson a appelé à démissionner, a exclu de quitter son poste.

"Je ne peux pas démissionner. Et pourquoi le ferais-je? Partir serait totalement injuste et serait incompatible avec mon esprit combatif, mon caractère, mon énergie", a-t-il ajouté.

Les propos de Sepp Blatter ont été qualifiés d'"épouvantables" par le Premier ministre britannique David Cameron, de "consternants" par David Beckham. Joseph Blatter est très impopulaire en Angleterre, où il est accusé d'avoir contribué à l'échec de la candidature du pays à l'organisation du Mondial de football en 2018.

Sepp Blatter avait indiqué mercredi sur CNN "qu'il n'y a pas de racisme (dans le football) mais peut-être un mot ou un geste déplacé. Et la victime devrait se dire que ce n'est qu'un jeu et serrer la main" de son adversaire. Il avait ensuite nuancé dans un communiqué ces propos, selon lui "mal interprétés".

Première publication : 18/11/2011

  • FOOTBALL

    Il n'y a pas de racisme dans le football, selon Sepp Blatter

    En savoir plus

  • FOOTBALL

    Sepp Blatter promet de s'attaquer à la corruption au sein de la Fifa

    En savoir plus

  • FOOTBALL

    Sepp Blatter réélu sans surprise à la présidence de la Fifa

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)