Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Manuel Valls fait disparâitre ses tweets...

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Barack Obama, en costume clair et sans stratégie

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 1)

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Laurent Fabius sur France 24 : le ministre s'exprime sur la diplomatie française

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Emmanuel Macron, nouvel homme fort de Bercy

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

La preuve par l'image de "l'invasion" russe en Ukraine

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les ennemis de mes ennemis ne sont pas mes amis"

En savoir plus

FOCUS

Ces chrétiens d'Irak qui commencent leur nouvelle vie en France

En savoir plus

  • Université d'été du PS : militants désorientés recherchent parti unifié

    En savoir plus

  • Laurent Fabius sur France 24 : "Il faut être ferme face à la Russie"

    En savoir plus

  • Ukraine : des femmes de soldats russes sans nouvelles de leurs maris

    En savoir plus

  • Un premier cas d'Ebola détecté au Sénégal

    En savoir plus

  • Google fait décoller le rêve des drones livreurs

    En savoir plus

  • L'Ukraine va lancer les procédures d'adhésion à l'Otan

    En savoir plus

  • Un enfant britannique atteint d'une tumeur est recherché en France

    En savoir plus

  • Nintendo renouvelle sa gamme de consoles portables

    En savoir plus

  • Maroc : une autoroute bloquée 14 jours pour tourner "Mission : Impossible 5"

    En savoir plus

  • Golan : 43 Casques bleus pris en otage, la force onusienne prête à se défendre

    En savoir plus

  • Judo : la Française Audrey Tcheuméo laisse filer la médaille d'or

    En savoir plus

  • Ligue Europa : fortunes diverses au tirage pour Lille, Saint-Étienne et Guingamp

    En savoir plus

  • Isolés, les pays touchés par Ebola peinent à faire face à l'épidémie

    En savoir plus

  • Quand le Canada et la Russie jouent les profs de géographie sur Twitter

    En savoir plus

  • Le nombre de réfugiés syriens atteint le chiffre record de trois millions

    En savoir plus

  • Dans un climat tendu, le PS ouvre son université d'été

    En savoir plus

  • L'Occident dénonce l'incursion "évidente" de la Russie en Ukraine

    En savoir plus

SPORT

Joseph Blatter "regrette ses propos", mais n'est pas démissionnaire

Texte par Dépêche

Dernière modification : 18/11/2011

Après avoir déclaré que le racisme n'existait pas dans le football, le président de la Fifa, Joseph Blatter, a reconnu avoir tenu des "propos malencontreux". Le secrétaire d'État britannique au Sport l'avait appelé à quitter son poste.

AFP - Le président de la Fédération internationale de football (FIFA), Joseph Blatter, s'est dit "désolé" d'avoir tenu des "propos malencontreux" sur le racisme dans le football mais a exclu de démissionner, dans une interview à la BBC diffusée vendredi.

Sepp Blatter, 75 ans, a été pris dans une controverse cette semaine après avoir déclaré que le racisme n'existait pas dans le football et qu'une poignée de main pouvait absoudre certains comportements, propos qu'il a ensuite nuancés.

"Je ne peux que dire que je suis désolé pour tous les gens blessés par mes déclarations", a déclaré le Suisse, reconnaissant avoir tenu des "propos malencontreux" et les "regretter profondément".

Il a affirmé être blessé par la controverse. "Je suis blessé parce que je n'envisageais pas une telle réaction", a-t-il dit.

Mais le président de la FIFA, que le secrétaire d'Etat britannique chargé des Sports Hugh Robertson a appelé à démissionner, a exclu de quitter son poste.

"Je ne peux pas démissionner. Et pourquoi le ferais-je? Partir serait totalement injuste et serait incompatible avec mon esprit combatif, mon caractère, mon énergie", a-t-il ajouté.

Les propos de Sepp Blatter ont été qualifiés d'"épouvantables" par le Premier ministre britannique David Cameron, de "consternants" par David Beckham. Joseph Blatter est très impopulaire en Angleterre, où il est accusé d'avoir contribué à l'échec de la candidature du pays à l'organisation du Mondial de football en 2018.

Sepp Blatter avait indiqué mercredi sur CNN "qu'il n'y a pas de racisme (dans le football) mais peut-être un mot ou un geste déplacé. Et la victime devrait se dire que ce n'est qu'un jeu et serrer la main" de son adversaire. Il avait ensuite nuancé dans un communiqué ces propos, selon lui "mal interprétés".

Première publication : 18/11/2011

  • FOOTBALL

    Il n'y a pas de racisme dans le football, selon Sepp Blatter

    En savoir plus

  • FOOTBALL

    Sepp Blatter promet de s'attaquer à la corruption au sein de la Fifa

    En savoir plus

  • FOOTBALL

    Sepp Blatter réélu sans surprise à la présidence de la Fifa

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)