Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

MODE

Mode masculine été 2017 part 1

En savoir plus

#ActuElles

Femmes artistes : sortir des oubliettes de l'Histoire

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Quatuor Modigliani : quatre garçons dans les cordes

En savoir plus

UNE COMÉDIE FRANCAISE

Loi travail : le récit d'un revirement

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : atteints d'une hépatite C, des Occidentaux partent se faire soigner en Inde

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Guerre civile au Guatemala : une justice impossible ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Dans les coulisses des palaces parisiens

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Économie britannique : George Osborne tente de rassurer

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"En fait, on ne voulait pas vraiment dire 'partir'"

En savoir plus

Moyen-orient

Pour Hillary Clinton, une guerre civile est "possible" en Syrie

Texte par Dépêche

Dernière modification : 18/11/2011

La secrétaire d'État américaine a rompu avec la prudence observée jusqu'alors par Washington en estimant "possible" une guerre civile en Syrie. Ce vendredi, une douzaine de civils est tombée sous les balles des forces syriennes.

AFP - Une "guerre civile" est possible en Syrie alors qu'une partie de l'opposition commence à répliquer par les armes à la répression du régime Assad, a estimé vendredi la secrétaire d'Etat américaine Hillary Clinton dans un entretien à la chaîne NBC.

"Je pense qu'il pourrait y avoir une guerre civile, avec une opposition très déterminée, bien armée et finalement bien financée", a-t-elle déclaré.

Cette action armée, ajoute-telle, serait "sinon dirigée, du moins certainement influencée par des déserteurs de l'armée. Nous le voyons déjà, et nous détestons cela parce que nous sommes en faveur de manifestations pacifiques et d'une opposition non-violente".

L'évaluation de Mme Clinton contraste avec la prudence jusqu'alors observée par Washington. Un porte-parole de la diplomatie américaine avait expliqué, jeudi encore, que parler de "guerre civile" en Syrie revenait à donner raison au président Bachar al-Assad.

Pour Washington, la situation est celle du "régime Assad menant une campagne de violence, d'intimidation et de répression contre des manifestants innocents". "Nous ne voyons pas cela comme une guerre civile", avait insisté Mark Toner.

Mme Clinton a pris soin de souligner vendredi que c'était "le régime Assad", par sa violence depuis des mois, qui avait poussé le peuple à "prendre les armes contre lui".

Les forces syriennes ont tiré pour disperser des milliers de manifestants hostiles au régime vendredi, tuant au moins douze civils dont deux enfants, à la veille de l'expiration d'un ultimatum arabe sommant Bachar al-Assad de cesser la répression. On assiste parallèlement à la multiplication des attaques de militaires dissidents.
 

Première publication : 18/11/2011

  • SYRIE

    Nouvelles manifestations sanglantes dans plusieurs villes syriennes

    En savoir plus

  • SYRIE

    Alain Juppé en visite en Turquie pour évoquer la crise syrienne

    En savoir plus

  • SYRIE

    Les Frères musulmans syriens favorables à une intervention turque

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)