Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LES OBSERVATEURS

La route rebelle de Nouvelle-Caledonie et les étudiants reconstruisent Tripoli

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : Catherine Samba Panza en quête de soutien à l'ONU

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ebola : "nous avons devant nous l’une des pires épidémies", dit Douste-Blazy

En savoir plus

LES ARTS DE VIVRE

Les nouveaux road trip

En savoir plus

LES ARTS DE VIVRE

Le succès du high-tech "made in France"

En savoir plus

ÉLÉMENT TERRE

Réchauffement climatique : la planète bientôt sous l'eau?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jacob Desvarieux, l'ambassadeur international du Zouk!

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

FOCUS

À la rencontre des étudiants étrangers à Paris

En savoir plus

  • À Berlin, Manuel Valls promet des réformes à Angela Merkel

    En savoir plus

  • Hong Kong : les étudiants en grève pour dénoncer la mainmise de Pékin

    En savoir plus

  • Mort d’Albert Ebossé : la JS Kabylie suspendue deux ans par la CAF

    En savoir plus

  • Ebola : sept questions sur le virus

    En savoir plus

  • Le report du projet de Transavia Europe ne suffit pas aux pilotes d'Air France

    En savoir plus

  • Apple bat des records de ventes avec ses nouveaux iPhone

    En savoir plus

  • Ebola : "nous avons devant nous l’une des pires épidémies", dit Douste-Blazy

    En savoir plus

  • Vidéo : les villages repris à l'EI portent les stigmates des combats

    En savoir plus

  • Ebola : pourquoi les femmes sont-elles les premières victimes du virus ?

    En savoir plus

  • Préservatifs trop petits : un problème de taille pour les Ougandais

    En savoir plus

  • Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

    En savoir plus

  • Foot européen : le Real cartonne, Manchester United sombre

    En savoir plus

  • Ligue 1 : l’OM vire en tête, Paris cale encore

    En savoir plus

Afrique

Seïf al-Islam Kadhafi a été arrêté dans le sud de la Libye

Vidéo par Matthieu MABIN

Texte par Dépêche

Dernière modification : 22/11/2011

Seïf al-Islam Kadhafi, le fils cadet de l'ancien dictateur Mouammar Kadhafi, a été arrêté dans le sud de la Libye, dans la région d'Oubari, a annoncé Mohammed al-Allagui, le ministre libyen de la Justice.

AFP - Seif al-Islam Kadhafi, dernier fils encore en cavale de l'ancien dirigeant libyen Mouammar Kadhafi et recherché par la Cour pénale internationale (CPI) pour crimes contre l'humanité, a été arrêté par d'anciens rebelles dans le sud de la Libye.

Peu après cette annonce, les appels à son jugement devant la CPI se sont multipliés sur le plan international, la CPI soulignant de son côté que les autorités libyennes avaient l'"obligation" de leur remettre le fugitif.

Portrait de Seïf al-Islam Kadhafi

Longtemps présenté comme le successeur potentiel de son père, Seif al-Islam "a été arrêté dans le Sud libyen", a déclaré samedi à l'AFP Mohammed al-Allagui, le ministre de la Justice et des droits de l'Homme au sein du Conseil national de transition (CNT), sans préciser la date de sa capture.

Le chef "des opérations des thowar (révolutionnaires) de Zenten", Bachir Taïb, a précisé que ses hommes avaient "arrêté Seif al-Islam avec trois de ses collaborateurs dans la région d'Oubari".

Le fils de Mouammar Kadhafi est arrivé vers 16H00 (14H00 GMT) à l'aéroport de Zenten, à 170 km au sud-ouest de Tripoli, selon des images filmées avec une caméra par un combattant ex-rebelle.

D'après ces images, il est descendu de l'avion dans une grande pagaille, une foule de combattants et de curieux se bousculant pour le voir, le filmer et même le frapper. Arborant une barbe poivre et sel, il portait un turban et un long manteau marrons, une partie de ses doigts était bandée.

Aucune expression n'était lisible sur son visage, mais il semblait en bonne santé, malgré sa blessure aux doigts, toujours selon ces images.

Selon des chefs militaires pro-CNT il y a un mois, Seif al-Islam a été blessé dans le bombardement de son convoi alors qu'il quittait Bani Walid (170 au sud-est de Tripoli) lors de la chute de ce bastion pro-Kadhafi à la mi-octobre.

Agé de 39 ans, Seif al-Islam a longtemps semblé vouloir moderniser son pays et normaliser les relations avec l'Occident. Mais dès le déclenchement de l'insurrection à la mi-février, il n'a eu de cesse de tenir un langage guerrier, tentant bec et ongles de sauver le régime de son père.

Depuis le 27 juin, il fait l'objet d'un mandat d'arrêt de la CPI sur des soupçons de de crimes contre l'humanité. Il est accusé d'avoir joué un "rôle-clé dans la mise en oeuvre d'un plan" conçu par son père pour "réprimer par tous les moyens" le soulèvement populaire.

Bachir Taïb a indiqué qu'il revenait au CNT, issu de l'ancienne rébellion et désormais en charge du pays, de décider si Seif al-Islam serait remis à la CPI.

La chef de la diplomatie européenne Catherine Ashton a appelé les autorités libyennes à coopérer pleinement avec cette institution, souhaitant que "Seif al-Islam soit traduit en justice dans le respect des principes d'un procès en règle".

Les autorités libyennes ont l'obligation de remettre Seif Al-Islam à la Cour, a déclaré de son côté à l'AFP un porte-parole de la CPI, sans exclure la possibilité que le procès ait lieu en Libye.

"Si les autorités libyennes estiment qu'un procès au niveau national est une meilleure solution, elles devront alors demander à la CPI que l'affaire ne soit pas recevable à La Haye, selon le principe de complémentarité", a déclaré Fadi El-Abdallah.

Amnesty International a appelé également le CNT à livrer Seif al-Islam à la CPI "afin qu'il soit jugé pour ses crimes présumés dans un procès équitable", et éviter ainsi "ce qui est arrivé à Mouammar et Mouatassim Kadhafi (tués après avoir été capturés vivants)".

Le conflit en Libye s'est achevé le 23 octobre avec la proclamation par le CNT de la "libération totale" du pays, trois jours après la mort de Mouammar Kadhafi, tué après sa capture à Syrte par des combattants du CNT.

Un mandat d'arrêt de la CPI visait également l'ex-dirigeant, ainsi que son beau-frère Abdallah Al-Senoussi, ancien chef des services de renseignements. Des sources sécuritaires nigérienne et malienne ont affirmé que M. Senoussi s'était réfugié fin octobre au Mali.

Mais le "Conseil des thowar" de Tripoli, présidé par Abdallah Naker, originaire de Zenten, a affirmé en citant des témoins que M. Senoussi avait été vu dans la région d'al-Guirah, dans le sud libyen.

A Tripoli et Benghazi, l'ancienne "capitale" de la rébellion dans l'Est du pays, des klaxons et des tirs de joie ont retenti pour célébrer l'annonce de l'arrestation.

Seif al-Islam n'était plus apparu en public depuis la nuit du 22 au 23 août lorsque, donné pour capturé par la rébellion, il avait paradé devant les journalistes étrangers en assurant que tout allait "bien" à Tripoli, quelques heures avant la chute du QG de Kadhafi dans la capitale.

Le procureur de la CPI, Luis Moreno-Ocampo, avait plusieurs fois déclaré au cours des dernières semaines avoir eu des "contacts" avec Seif Al-Islam via des intermédiaires en vue d'une éventuelle reddition.

Seif al-Islam était le dernier des fils de Mouammar Kadhafi encore recherché en Libye. Trois de ses frères ont été tués pendant le conflit, tandis que les autres enfants de l'ex-dirigeant ont trouvé refuge dans des pays voisins, en Algérie et au Niger.

Première publication : 19/11/2011

  • LIBYE

    La justice internationale recherche désespérément Seïf al-Islam

    En savoir plus

  • NIGER

    L'arrivée de Seïf al-Islam Kadhafi fait craindre une nouvelle rébellion touareg

    En savoir plus

  • LIBYE

    Recherché par la CPI, Saïf al-Islam Kadhafi clame son innocence

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)