Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE PARIS DES ARTS

Le Beyrouth des arts, avec Nadine Labaki (partie 1)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

UNE SEMAINE DANS LE MONDE (PARTIE 1)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

UNE SEMAINE DANS LE MONDE (PARTIE 2)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Paris, capitale de l'art contemporain

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Beyrouth des arts (partie 2)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Calais, ville de toutes les tensions

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

"Kazakhgate" : un nouveau pavé dans la mare de Nicolas Sarkozy ?

En savoir plus

#ActuElles

Le sexe féminin : un enjeu politique ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Relance dans la zone euro : bientôt un accord sur l'investissement ?

En savoir plus

Moyen-orient

Nouvelles violences malgré l’ultimatum de la Ligue arabe

Vidéo par Carlotta RANIERI

Texte par Dépêche

Dernière modification : 20/11/2011

Au moins 14 personnes ont été tuées samedi par les forces du régime de Bachar al-Assad, à seulement quelques heures de l’expiration de l'ultimatum de la Ligue arabe sommant Damas de cesser la répression.

REUTERS - La répression du soulèvement contre le régime de Bachar al Assad a fait 14 morts samedi en Syrie, malgré l’ultimatum de la Ligue arabe, rapportent des opposants.

L’organisation a brandi la menace de sanctions si le gouvernement n’accepte pas ce samedi de se conformer à son plan de sortie de crise, qui prévoit notamment un retrait des troupes déployées dans les villes.

L’avertissement est, semble-t-il, resté lettre morte. Selon l’Observatoire syrien des droits de l’homme, 12 civils et deux déserteurs ont été tués dans des affrontements avec l’armée à Homs, l’un des foyers du soulèvement contre le régime baasiste.

Vendredi soir, 25 civils avaient été tués par les forces gouvernementales et par des miliciens soupçonnés d’appartenir à l’opposition, ont rapporté des défenseurs des droits de l’homme. Dix soldats ont également trouvé la mort dans des affrontements avec des déserteurs.

La Ligue arabe n’a pas détaillé ce qui se produirait si les violences se poursuivaient au-delà de ce samedi, mais elle a menacé la Syrie, qu’elle a suspendue voici une semaine, de sanctions politiques et économiques.

Vendredi, la secrétaire d’Etat américaine, Hillary Clinton, a fait part de sa crainte de voir la Syrie basculer dans la guerre civile.

“Je pense qu’une guerre civile est possible avec une opposition très déterminée, bien armée et bien financée, qui est sinon dirigée, au moins influencée par des déserteurs de l’armée”, a-t-elle estimé au micro de la chaîne NBC.

Requête syrienne

Selon elle, la communauté internationale demeure néanmoins réticente à intervenir comme elle l’a fait en Libye, où les forces de l’Otan ont appuyé les insurgés et les ont aidés fortement à faire tomber Mouammar Kadhafi.

“Il n’y a pas de réelle volonté pour une telle forme d’action vis-à-vis de la Syrie”, a-t-elle dit, préférant mettre en exergue les mesures de la Ligue arabe et de la Turquie, qui ont accru les pressions diplomatiques sur Damas et menacé d’imposer des sanctions.

Dans un entretien diffusé samedi par Al Djazira, le colonel Riad al Asaad, qui coordonne les déserteurs depuis le sud de la Turquie, assure qu’une intervention militaire étrangère n’est pas nécessaire, mais réclame l’instauration d’une zone d’exclusion aérienne et des livraisons d’armes.

Le chef de la diplomatie française Alain Juppé a dit vendredi que Paris était disposé à coopérer avec l’opposition syrienne et répété qu’un durcissement des sanctions était nécessaire. La Grande-Bretagne a elle aussi annoncé qu’elle intensifiait ses contacts avec l’opposition syrienne, dont le secrétaire au Foreign Office William Hague compte recevoir la semaine prochaine des représentants.

Damas a demandé des amendements au plan de la Ligue arabe sur l’envoi d’observateurs de la Ligue arabe en Syrie pour se rendre compte de la répression du mouvement de contestation, a annoncé vendredi le secrétaire général de l’organisation
panarabe.

Nabil Elarabi précise que la requête syrienne a été présentée dans une lettre du ministre syrien des Affaires étrangères, Walid al Moualem, reçue jeudi soir. Elle concerne
notamment le statut juridique de ces observateurs. “Ces amendements sont actuellement à l’étude”, a ajouté Elarabi.



 

Première publication : 19/11/2011

  • SYRIE

    Pour Hillary Clinton, une guerre civile est "possible" en Syrie

    En savoir plus

  • SYRIE

    Nouvelles manifestations sanglantes dans plusieurs villes syriennes

    En savoir plus

  • SYRIE

    La répression se poursuit malgré l'ultimatum de la Ligue arabe

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)