Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Organisation de l'État islamique : la coalition passe à l'offensive

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ségolène Royal : "le dérèglement climatique est un enjeu crucial"

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Algérie : un Français enlevé par un groupe lié à l'organisation de l'EI

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

Couple franco-allemand : la cigale et la fourmi ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Nicole Garcia, actrice et réalisatrice accomplie

En savoir plus

FOCUS

L'Afrique à Paris !

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

La route rebelle de Nouvelle-Caledonie et les étudiants reconstruisent Tripoli

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Graham Watson, président du Parti des Libéraux et Démocrates pour l'Europe

En savoir plus

  • Confusion autour de l'arrestation des trois jihadistes français

    En savoir plus

  • Frappes contre l’EI en Syrie : "Ce n'est pas le combat de l'Amérique seule"

    En savoir plus

  • Course contre la montre pour retrouver l’otage français en Algérie

    En savoir plus

  • Arab Bank reconnue coupable d'avoir financé des terroristes

    En savoir plus

  • Emma Watson, féministe engagée et menacée

    En savoir plus

  • Ségolène Royal : "le dérèglement climatique est un enjeu crucial"

    En savoir plus

  • Poucettes, matraques à pointes : le marché de la torture "made in China"

    En savoir plus

  • Les lycéennes et collégiennes turques autorisées à porter le voile islamique

    En savoir plus

  • Droit à l'avortement : le gouvernement espagnol abandonne son projet de loi

    En savoir plus

  • L'armée israélienne abat un avion de chasse syrien au-dessus du Golan

    En savoir plus

  • La justice autorise l'adoption d'enfants nés d'une PMA à l'étranger

    En savoir plus

  • Les Kurdes syriens réfugiés à Erbil prêts à repartir au combat contre l'EI

    En savoir plus

Asie - pacifique

Trois anciens hauts dirigeants khmers rouges devant la justice

Vidéo par FRANCE 24

Texte par Dépêche

Dernière modification : 21/11/2011

Plus de 30 ans après le génocide perpétré par les Khmers rouges au Cambodge, le très attendu procès des trois plus hauts dirigeants encore en vie de l'ancien régime marxiste totalitaire s'est ouvert à Phnom Penh.

AFP - Le très emblématique procès de trois cadres politiques du régime khmer rouge s'est ouvert lundi à Phnom Penh, permettant à l'accusation de rappeler les heures les plus noires du Cambodge, transformé pendant près de quatre ans en "un immense camp d'esclavage".

Les plus hauts responsables encore en vie du régime marxiste totalitaire de Pol Pot (1975-79) sont accusés de génocide, crimes de guerre et crimes contre l'humanité, dans une procédure qui durera des années et concerne 4.000 parties civiles.

Des centaines de Cambodgiens - moines, étudiants et survivants - se sont entassés dans la salle d'audience, séparés des accusés par une immense vitre dans un bâtiment construit en banlieue de la capitale.

Ils ont pu y apercevoir, stoïques, l'idéologue du régime Nuon Chea, l'ex-ministre des Affaires étrangères Ieng Sary et le président du "Kampuchea démocratique" Khieu Samphan.

Manquait en revanche l'ex-ministre des Affaires sociales et "première dame" Ieng Thirith, épouse de Ieng Sary, qui souffre de pertes de mémoire, de démence et probablement de la maladie d'Alzheimer, et a été déclarée inapte à être jugée.

Les juges avaient demandé sa libération la semaine dernière mais les procureurs avaient fait appel. La chambre d'appel a ordonné son maintien en détention jusqu'à la décision définitive, d'ici 15 jours.

"Le parti communiste du Kampuchéa a transformé le Cambodge en un immense camp d'esclavage, imposant à une population entière un système dont la brutalité continue jusqu'à aujourd'hui de défier l'entendement", a déclaré la procureure cambodgienne, Chea Leang.

La magistrate a évoqué "la nature impitoyable" des évacuations des villes, les "conditions insupportables" des sites de travail forcé ou encore les mariages en vertu desquels les victimes étaient "forcées d'avoir des relations sexuelles" avec leur partenaire désigné, sous peine d'exécution.

"Ces crimes (...) comptent parmi les pires jamais infligés à une Nation dans l'Histoire moderne", a-t-elle ajouté, citant un camp de travail du nord-ouest du pays où 70 à 80 personnes mouraient chaque jour.

Mais les attentes des victimes risquent d'être déçues par les octogénaires, qui rejettent les accusations.

Seul Khieu Samphan avait promis de coopérer en juin lors de l'ouverture technique du procès. Nuon Chea avait pour sa part quitté la salle d'audience. Et Ieng Sary a annoncé depuis qu'il ne témoignerait pas.

Alors que beaucoup craignent que certains ne meurent avant d'entendre un verdict, le tribunal, souvent accusé de lenteur, a découpé le procès pour accélérer la procédure. Le segment ouvert lundi est consacré aux déplacements de population et aux crimes contre l'humanité.

Mais l'accusation, avide de solennité, a présenté l'ensemble du dossier lors de ses propos introductifs, y compris les faits de génocide.

"Ne nous laissons pas aller un instant à oublier l'héritage catastrophique que représente ces trois vieillards", a plaidé le procureur international Andrew Cayley, les accusant d'avoir "déclenché un océan de sang" et "interdit jusqu'à l'amour entre les êtres humains".

Ce procès est le deuxième du tribunal. En juillet 2010, Douch alias Kaing Guek Eav, chef de la prison S21 de la capitale où quelque 15.000 personnes ont été torturées avant d'être exécutées, avait été condamné à 30 ans de prison. Le verdict en appel est prévu le 3 février.

Deux autres dossiers contre des cadres subalternes devraient, selon les observateurs, être abandonnés. Le Premier ministre Hun Sen s'est toujours publiquement opposé à de nouveaux procès, alimentant des accusations de pressions politiques.

Ces "allégations d'ingérence ternissent la crédibilité de toute la cour aux yeux du public", a d'ailleurs relevé lundi à Genève le haut-commissaire aux droits de l'homme de l'ONU, Mme Navi Pillay.

La seule ouverture du procès relevait, à ce titre, d'un accomplissement, huit ans après la signature d'un accord international sur la création de cette juridiction hybride.

"C'est un événement majeur que le procès commence enfin", a admis le porte-parole du tribunal Lars Olsen. "Beaucoup pensaient que cela n'arriverait jamais".

Première publication : 21/11/2011

  • THAÏLANDE-CAMBODGE

    Phnom Penh et Bangkok sommés de retirer leur troupes du temple de Preah Vihear

    En savoir plus

  • CAMBODGE

    Les familles des victimes à l'épreuve du procès des responsables khmers rouges

    En savoir plus

  • CAMBODGE

    Quatre hauts responsables khmers rouges sur le banc des accusés

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)