Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Grand oral de Manuel Valls : confiance renouvelée mais majorité fragilisée ?

En savoir plus

DÉBAT

Immigration clandestine : l'Europe impuissante ?

En savoir plus

FOCUS

Immigration en Méditerranée : prêts à risquer leur vie pour rejoindre l’Europe

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Margaret Atwood, la reine du roman d’anticipation est de retour !

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

Vote de confiance : Manuel Valls sera-t-il soutenu par sa majorité ?

En savoir plus

TECH 24

Apple, IFA, cours de code : c'est la rentrée high-tech !

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Coalition contre l'EI : "L'Iran doit participer"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

En savoir plus

SUR LE NET

Certains médias accusés de faire le jeu de l'EI

En savoir plus

  • Valls obtient la confiance des députés malgré l'abstention des "frondeurs"

    En savoir plus

  • En direct : Monaco-Leverkusen et les autres matches de la Ligue des champions

    En savoir plus

  • EI, EIIL, Daech, comment appeler les jihadistes en Irak et en Syrie ?

    En savoir plus

  • Au moins 67 Sud-Africains tués dans l'effondrement d'un immeuble à Lagos

    En savoir plus

  • Une roquette tirée de Gaza vers Israël, la première depuis la trêve

    En savoir plus

  • Les étrangers désormais interdits de travail au Soudan du Sud

    En savoir plus

  • L’inavouable alliance des États-Unis et de l’Iran contre l’EI

    En savoir plus

  • Exposition : Niki de Saint Phalle, une sacrée nana, au Grand Palais

    En savoir plus

  • Air France : la grève se durcit, les négociations "bloquées"

    En savoir plus

  • Yannick Agnel, la fin du rêve américain

    En savoir plus

  • Deux branches d’Al-Qaïda appellent les jihadistes à s’unir contre la coalition anti-EI

    En savoir plus

  • Nouvel appel des musulmans de France contre l’EI

    En savoir plus

  • Washington frappe des positions de l'État islamique près de Bagdad

    En savoir plus

  • Les députés ukrainiens ratifient l’accord d’association avec l’UE

    En savoir plus

Moyen-orient

Première visite d'Abdallah de Jordanie depuis dix ans dans les Territoires palestiniens

Texte par Dépêche

Dernière modification : 21/11/2011

Le roi Abdallah II de Jordanie a rencontré le président palestinien Mahmoud Abbas, lundi à Ramallah, en Cisjordanie. Il s'agissait de la première visite du souverain hachémite dans les Territoires palestiniens depuis une décennie.

AFP - Le roi Abdallah II de Jordanie s'est entretenu lundi avec le président palestinien Mahmoud Abbas, une rencontre inédite à Ramallah en Cisjordanie, à quelques jours d'un sommet attendu entre M. Abbas et le chef du Hamas, Khaled Mechaal.
              
L'hélicoptère du roi Abdallah est reparti du siège de la présidence à Ramallah en début d'après-midi au terme d'une visite d'un peu plus de deux heures, sa première dans les Territoires palestiniens depuis plus de dix ans.
              
"Il s'agit d'une visite de soutien historique et très importante à tout point de vue", a déclaré M. Abbas à des journalistes peu après.
              
"La rencontre avec Sa Majesté le roi est une continuation de notre dialogue, d'autant plus qu'il va se rendre en Europe et en Amérique", a-t-il souligné.
              
"Nous allons également effectuer une tournée dans des pays arabes sur les questions de la réconciliation et d'autres", a ajouté M. Abbas.
              
"La politique de colonisation israélienne nuit aux efforts de paix", a estimé de son côté le roi Abdallah à M. Abbas, selon l'agence officielle jordanienne Petra.
              
"La Jordanie soutient les efforts de l'Autorité palestinienne pour parvenir à la justice pour les Palestiniens et contribuer à établir un Etat indépendant via des négociations de paix conformément aux résolutions internationales", a-t-il poursuivi.
              
"Il n'y a pas pour nous d'intérêt supérieur à la réconciliation et la fin de la division", a déclaré pour sa part le ministre palestinien des Affaires étrangères Riyad al-Malki lors d'une conférence de presse conjointe avec son homologue jordanien Nasser Joudeh.
              
"Le roi dit toujours que la force réside dans l'unité du front palestinien", a assuré le chef de la diplomatie jordanienne.
              
"Le but de la Jordanie est de soutenir l'Autorité et la cause palestiniennes et nous devons faire tous les efforts pour la cause palestinienne et l'unité du front palestinien", a plaidé M. Joudeh.
              
A son arrivée, le roi Abdallah II a été accueilli par de nombreux responsables palestiniens, dont le président Abbas et le Premier ministre Salam Fayyad.
              
Cette visite surprise fait suite à celle du numéro deux du département d'Etat américain, William Burns, reçu dimanche soir par M. Abbas.
              
Le président palestinien a réaffirmé à l'émissaire américain être prêt à reprendre des pourparlers de paix si Israël arrêtait la colonisation et acceptait les lignes de 1967 comme base de discussions, a indiqué le négociateur palestinien Saëb Erakat.
              
M. Abbas a en outre souligné que la réconciliation palestinienne était un intérêt national supérieur, a ajouté M. Erakat, démentant que "M. Burns soit porteur de messages de menaces de l'administration américaine contre la réconciliation palestinienne".
              
Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a discuté lundi matin avec M. Burns "des moyens de reprendre des négociations directes avec les Palestiniens", selon un communiqué du bureau de M. Netanyahu.
              
Selon le quotidien israélien Maariv, la mission "d'urgence" de M. Burns a été décidée à la suite de l'annonce d'une rencontre cette semaine au Caire entre M. Abbas qui dirige le parti Fatah, et le chef du Hamas.
              
Le sommet entre MM. Abbas et Mechaal vise à mettre en oeuvre, après un long retard, l'accord conclu le 27 avril entre le Fatah et le Hamas, qui contrôlent respectivement les zones autonomes de Cisjordanie et la bande de Gaza. Cet accord a été paraphé le 3 mai par l'ensemble des mouvements palestiniens.
              
Cet accord -dont les grandes lignes ont déjà été acceptées secrètement au Caire récemment par les deux parties, selon des sources palestiniennes- prévoit la constitution d'un gouvernement intérimaire composé de personnalités indépendantes, chargé d'organiser des élections législatives et présidentielle en mai 2012 au plus tard.
              

 

Première publication : 21/11/2011

  • NATIONS UNIES

    Les Palestiniens changent de stratégie pour faire reconnaître leur État

    En savoir plus

  • ONU

    La Palestine devient membre à part entière de l'Unesco

    En savoir plus

  • TERRITOIRES PALESTINIENS

    Hamas et Fatah reprennent les négociations au Caire

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)