Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Grand oral de Manuel Valls : confiance renouvelée mais majorité fragilisée ?

En savoir plus

DÉBAT

Immigration clandestine : l'Europe impuissante ?

En savoir plus

FOCUS

Immigration en Méditerranée : prêts à risquer leur vie pour rejoindre l’Europe

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Margaret Atwood, la reine du roman d’anticipation est de retour !

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

Vote de confiance : Manuel Valls sera-t-il soutenu par sa majorité ?

En savoir plus

TECH 24

Apple, IFA, cours de code : c'est la rentrée high-tech !

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Coalition contre l'EI : "L'Iran doit participer"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

En savoir plus

SUR LE NET

Certains médias accusés de faire le jeu de l'EI

En savoir plus

  • Valls obtient la confiance des députés malgré l'abstention des "frondeurs"

    En savoir plus

  • En direct : Monaco-Leverkusen et les autres matches de la Ligue des champions

    En savoir plus

  • EI, EIIL, Daech, comment appeler les jihadistes en Irak et en Syrie ?

    En savoir plus

  • Une roquette tirée de Gaza vers Israël, la première depuis la trêve

    En savoir plus

  • Les étrangers désormais interdits de travail au Soudan du Sud

    En savoir plus

  • L’inavouable alliance des États-Unis et de l’Iran contre l’EI

    En savoir plus

  • Exposition : Niki de Saint Phalle, une sacrée nana, au Grand Palais

    En savoir plus

  • Air France : la grève se durcit, les négociations "bloquées"

    En savoir plus

  • Yannick Agnel, la fin du rêve américain

    En savoir plus

  • Deux branches d’Al-Qaïda appellent les jihadistes à s’unir contre la coalition anti-EI

    En savoir plus

  • Nouvel appel des musulmans de France contre l’EI

    En savoir plus

  • Washington frappe des positions de l'État islamique près de Bagdad

    En savoir plus

  • Les députés ukrainiens ratifient l’accord d’association avec l’UE

    En savoir plus

  • Coalition contre l'EI : "L'Iran doit participer"

    En savoir plus

FRANCE

Areva s'engage à ne supprimer aucun emploi sur le sol français

Vidéo par Sandrina GOMES

Texte par Dépêche

Dernière modification : 22/11/2011

Luc Oursel (photo), le patron d'Areva, s'est engagé mardi à ne supprimer aucun poste sur les sites français du groupe, a déclaré François Baroin, le ministre de l'Économie, à l'issue d'une rencontre entre les deux hommes.

AFP - Le patron d'Areva Luc Oursel s'est engagé mardi auprès du gouvernement à épargner les emplois du groupe en France, au lendemain de la révélation par l'AFP d'un projet de suppression de plus de 1.000 emplois dans l'Hexagone.

Areva ne procèdera à "aucune suppression de poste, aucun plan de départs volontaires" et le plan stratégique - que le groupe dévoilera le mois prochain - n'aura "aucun impact sur les sites francais", a déclaré le ministre de l'Economie François Baroin, à l'issue d'une rencontre entre les deux hommes.

"Il n'y aura aucune décision qui concernera l'emploi comme une variable d'ajustement, quel que soit l'impact de la situation économique mondiale", a-t-il ajouté.

Luc Oursel n'a de son côté fait aucun commentaire.

Malgré les démentis officiels des informations de l'AFP par Areva et le gouvernement, le président du directoire du groupe nucléaire public avait été convoqué mardi pour une réunion d'urgence avec M. Baroin et le ministre de l'Energie Eric Besson, autour du plan stratégique du groupe.

Selon des sources proches du dossier, Areva (détenu à 87% par l'Etat) avait prévu un total de 2.700 à 2.900 suppressions de postes en Allemagne (1.300), Belgique (160), Etats-Unis (200), mais aussi en France, via notamment un plan de départs volontaires.

Un document interne, dont l'AFP détient une copie, projetait "de réduire les effectifs des fonctions support (ndlr, services juridique, financier, communication, ressources humaines, etc) en France d'environ 1.000 à 1.200 personnes" (soit 4% de ses 28.000 employés dans le pays).



Controverse malvenue



La division industrielle était globalement épargnée par le projet d'Areva. La version finale du plan stratégique du groupe doit être validée par le conseil de surveillance le 12 décembre et rendue publique le lendemain.

La controverse sur l'avenir d'Areva survient à quelques jours d'une visite de Nicolas Sarkozy vendredi dans l'usine du groupe au Tricastin (Drôme), où il doit prononcer un discours sur le nucléaire, en passe de devenir un thème majeur de la campagne présidentielle.

L'affaire a poussé Bercy à multiplier les interventions pour tenter d'apaiser l'inquiétude soulevée par le projet, dénoncé par la CFDT comme "un front" ouvert par la direction d'Areva contre les salariés.

"L'emploi ne sera pas une variable d'ajustement dans des plans où l'Etat aura son mot à dire (...) Ce qui s'applique pour Areva s'appliquera pour toutes les entreprises publiques", a martelé le ministre de l'Economie devant l'Assemblée nationale juste avant sa rencontre avec M. Oursel.

Areva, qui avait "démenti catégoriquement" le volet social français, est resté silencieux sur le reste des informations de l'AFP.

Le plan ne s'arrête pas aux réductions d'effectifs. Le groupe, dans le brouillard depuis la catastrophe de Fukushima, veut aussi ramener de 12 à 7 milliards d'euros les investissements prévus d'ici 2016 et procéder à d'importantes cessions.

Il veut vendre, entre autres, ses 26% dans le groupe minier Eramet (nickel, manganèse, alliages), qui valent au cours actuel environ 600 millions d'euros.

Objectif: parvenir dès 2013 à 500 millions d'euros d'économies annuelles, puis 750 millions d'euros d'ici 2015, soit 9% de ses coûts.

La poursuite de la trajectoire financière actuelle (trésorerie négative, lourde perte opérationnelle en 2010 et 2011, effectifs augmentant plus vite que le chiffre d'affaires...) "n'est pas tenable" selon le document interne d'Areva.

Dans un courrier du mois d'août révélé par le site Owni, François Baroin lui-même avait fixé à Areva une "feuille de route" pour redresser ses comptes, qui se sont considérablement dégradés depuis cinq ans.
 

Première publication : 22/11/2011

  • FRANCE - NUCLÉAIRE

    Luc Oursel prend officiellement les rênes d'Areva

    En savoir plus

  • FRANCE - NUCLÉAIRE

    La nomination de Luc Oursel à la tête d'Areva validée par le conseil de surveillance du groupe

    En savoir plus

  • ÉNERGIE

    La France et l'Arabie saoudite signent un accord sur le nucléaire civil

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)