Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Hollande face à la presse : le chef de l'État a tenu sa conférence semestrielle

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

La stratégie des États-Unis face à l'organisation de l'EI

En savoir plus

FOCUS

Thaïlande : le business lucratif des mères porteuses

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Niki de Saint-Phalle, une "nana" militante et engagée

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Les incertitudes économiques d'une Écosse indépendante

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"DDay"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Kilt ou double"

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ebola : une volontaire française de MSF contaminée

En savoir plus

SUR LE NET

Iran : les jeunes internautes contournent la censure

En savoir plus

  • Écosse : "Quel que soit le résultat, il va y avoir beaucoup de mécontents"

    En savoir plus

  • Frappes en Irak, croissance, Europe : les principales annonces de Hollande

    En savoir plus

  • Cinq casques bleus tchadiens tués dans le nord du Mali

    En savoir plus

  • Thaïlande : le business lucratif des mères porteuses

    En savoir plus

  • Alex Salmond, le visage d'une Écosse qui rêve d'indépendance

    En savoir plus

  • L'Australie, une cible de choix pour l'organisation de l'EI ?

    En savoir plus

  • Yacine Brahimi, la pépite algérienne révélée par Porto

    En savoir plus

  • Belgique : l'euthanasie d'un violeur inquiète les partisans de la mort assistée

    En savoir plus

  • Peu importe l’issue du référendum, "l’Écosse ne sera plus jamais la même"

    En savoir plus

  • Livraison d'armes aux rebelles syriens : le Congrès américain doit se prononcer

    En savoir plus

  • Vladimir Evtouchenkov, le nouvel oligarque dans le viseur du Kremlin

    En savoir plus

  • Parcours sans-faute des Bleues vers le Mondial-2015

    En savoir plus

  • Une star de la Silicon Valley rachète le château de Pommard

    En savoir plus

  • Le sulfureux maire de Toronto atteint d'un cancer rare et agressif

    En savoir plus

  • "Hollande renvoie l’image de quelqu’un de trop optimiste"

    En savoir plus

Economie

La croissance américaine sensiblement moins élevée que prévu

Texte par Dépêche

Dernière modification : 22/11/2011

Entre juillet et septembre, le produit intérieur brut (PIB) américain a progressé de seulement 2%, alors que les prévisions faisaient état d'une hausse de 2,5%. Une mauvaise nouvelle qui a fait passer les bourses européennes dans le rouge, mardi.

AFP - Le gouvernement américain a annoncé mardi avoir revu en nette baisse le taux de croissance du PIB des Etats-Unis au troisième trimestre.

De juillet à septembre, le produit intérieur brut américain a progressé de 2,0% en rythme annualisé par rapport au trimestre précédent, a indiqué le département du Commerce, revoyant ainsi en baisse de 0,5 point sa première estimation de la croissance publiée fin octobre.

Selon leur prévision médiane, les analystes tablaient sur une confirmation de la première estimation du ministère.

Les nouvelles données du gouvernement indiquent que la révision à la baisse de la croissance découle essentiellement d'un ralentissement de la hausse des stocks des entreprises plus fort que ce qui avait été estimé initialement: celui-ci a fait perdre 1,55 point de croissance au pays, et non pas seulement 1,08 comme le ministère l'avait annoncé fin octobre.

Le ministère a revu en baisse de 0,1 point la progression de la consommation (à 2,3%) et l'évolution de la dépense publique (qui apparaît désormais en baisse de 0,1%), et en baisse de 1,4 point la hausse de l'investissement, qui à 12,3% reste la plus forte mesurée depuis le deuxième trimestre de 2010.

L'effet de ces baisses a été compensé par une contribution du commerce extérieur meilleure que dans la première estimation. Selon les nouveaux chiffres du ministère, les échanges avec l'étranger ont apporté 0,49 point de croissance au pays pendant l'été.

Globalement, les chiffres du PIB confirment l'amélioration de la croissance économique des Etats-Unis, puisque le PIB n'a crû officiellement que de 0,4% au premier trimestre, et de 1,3% au deuxième.

Ils indiquent cependant que celle-ci reste encore très inférieure à ce qui est nécessaire (au moins 2,4 à 2,7% selon la banque centrale) pour permettre au chômage de masse qui frappe le pays de baisser vraiment.

Première publication : 22/11/2011

  • ÉTATS-UNIS

    Le "super-comité" chargé de la dette américaine constate l'échec de sa mission

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Embellie américaine surprise sur le front des embauches

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Barack Obama pourra-t-il relancer l’emploi ?

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)