Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Algérie: un terrorisme pas si "résiduel"

En savoir plus

DÉBAT

Sommet de l'ONU sur le climat : nouvelle conférence, nouvel élan ?

En savoir plus

DÉBAT

Organisation de l'État islamique : la coalition passe à l'offensive

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ségolène Royal : "le dérèglement climatique est un enjeu crucial"

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Algérie : un Français enlevé par un groupe lié à l'organisation de l'EI

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

Couple franco-allemand : la cigale et la fourmi ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Nicole Garcia, actrice et réalisatrice accomplie

En savoir plus

FOCUS

L'Afrique à Paris !

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

La route rebelle de Nouvelle-Caledonie et les étudiants reconstruisent Tripoli

En savoir plus

  • Coalition contre l'EI : longtemps frileuse, la Turquie prête à s'engager

    En savoir plus

  • Les Français jihadistes présumés sont rentrés de Turquie sans être arrêtés

    En savoir plus

  • Course contre la montre pour retrouver l’otage français en Algérie

    En savoir plus

  • Frappes contre l’EI en Syrie : "Ce n'est pas le combat de l'Amérique seule"

    En savoir plus

  • Arab Bank reconnue coupable d'avoir financé des terroristes

    En savoir plus

  • Emma Watson, féministe engagée et menacée

    En savoir plus

  • Rama Yade : "C'est une guerre entre la civilisation et la barbarie"

    En savoir plus

  • Ségolène Royal : "le dérèglement climatique est un enjeu crucial"

    En savoir plus

  • Poucettes, matraques à pointes : le marché de la torture "made in China"

    En savoir plus

  • Les lycéennes et collégiennes turques autorisées à porter le voile islamique

    En savoir plus

  • Droit à l'avortement : le gouvernement espagnol abandonne son projet de loi

    En savoir plus

  • L'armée israélienne abat un avion de chasse syrien au-dessus du Golan

    En savoir plus

Asie - pacifique

Washington durcit le ton contre Téhéran

Vidéo par FRANCE 24

Texte par Dépêche

Dernière modification : 22/11/2011

Les États-Unis ont pris des sanctions supplémentaires contre l'Iran, dont ils redoutent le programme nucléaire. Les banques et les compagnies pétrolières traitant avec la République islamique ont reçu une mise en garde.

AFP - L'administration américaine a imposé de nouvelles sanctions sur l'Iran en raison de ses ambitions nucléaires, frappant en particulier les secteurs bancaire et pétrolier, et mis en garde tous ceux, de par le monde, qui font des affaires avec l'Iran.

"L'Iran a choisi la voie de l'isolement international", a affirmé le président Barack Obama en rappelant qu'en 2009, au tout début de son mandat, il avait offert un dialogue à ce pays.

Depuis, l'ONU a adopté un quatrième volet de sanctions en 2010 pour tenter de forcer Téhéran à faire la transparence sur son programme nucléaire, dont les grandes puissances pensent qu'il comporte un volet militaire secret.

A la suite d'un récent rapport de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) allant en ce sens, le Royaume-Uni, le Canada et les Etats-Unis ont annoncé lundi un nouveau tour de vis.

Un décret de la Maison Blanche durcit les mesures de rétorsion contre les personnes morales ou physiques apportant "sciemment" un soutien au développement des ressources pétrolières et du secteur pétrochimique en Iran.

Le décret s'attaque directement aux deux premières sources de revenu de l'Iran, la vente de brut et de produits de la chimie du pétrole.

"L'Iran a désespérément besoin de capital et de technologie parce que sa production de pétrole décline, et cette mesure va entraver ses tentatives d'enrayer ce déclin", a commenté un haut responsable américain.

De son côté, le secrétaire au Trésor américain, Timothy Geithner, a indiqué lors d'une conférence de presse que son ministère avait désigné formellement l'Iran comme une "source d'inquiétude majeure en matière de blanchiment".

Conformément à la loi "Patriot Act" votée peu de temps après les attentats du 11-Septembre, cette mesure ouvre la voie à d'éventuelles sanctions des Etats-Unis contre les banques qui traitent avec l'Iran, par l'intermédiaire de banques iraniennes ou de la banque centrale du pays.

Il est toutefois à noter que la Banque centrale iranienne ne fait pas l'objet de sanctions spécifiques. Mais cela pourrait venir à l'avenir, selon M. Geithner.

Dès à présent, "les établissements financiers du monde entier doivent réfléchir sérieusement aux risques qu'ils prennent à commercer avec l'Iran", a-t-il lancé lors d'une conférence de presse avec sa collègue chargée de la diplomatie, la secrétaire d'Etat Hillary Clinton.

Le Trésor a également annoncé qu'il plaçait sur sa liste noire "onze personnes morales ou physiques" qu'il accuse de contribuer "au programme d'armes de destruction massive" de Téhéran. Cette mesure a pour effet de geler les éventuels actifs que ces personnes pourraient avoir sur le sol américain.

Le Royaume-Uni avait annoncé plus tôt lundi la rupture de tous les liens existant entre le secteur financier britannique et les banques d'Iran, et le Canada avait dit bloquer "virtuellement" toutes les transactions avec le pays.

La France, elle, a proposé lundi notamment à l'Allemagne, le Canada, les Etats-Unis, le Japon, et le Royaume-Uni, de geler "dès à présent" les avoirs de la banque centrale et d'interrompre les achats de pétrole iraniens pour convaincre Téhéran de renoncer à son programme nucléaire militaire.

L'Iran sera visé par d'autres pays "dans les prochains jours", a assuré Hillary Clinton.

"Tant que l'Iran poursuivra sur ce chemin dangereux, les Etats-Unis continueront à trouver des moyens, tant avec nos partenaires que par nos propres actions, d'isoler le régime iranien et à faire croître la pression" sur lui, a prévenu M. Obama dans un communiqué.

Première publication : 22/11/2011

  • NUCLÉAIRE IRANIEN

    Paris propose des sanctions "sans précédent" contre Téhéran

    En savoir plus

  • NUCLÉAIRE

    Le conseil de l'AIEA adopte une résolution contre Téhéran

    En savoir plus

  • NUCLÉAIRE IRANIEN

    Le Parlement iranien souhaite revoir sa coopération avec l'AIEA

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)