Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Ebola : Cuba fait perdurer la tradition de l’entraide médicale

    En savoir plus

  • Libération des otages turcs enlevés dans le nord de l'Irak

    En savoir plus

  • États-Unis : un intrus arrêté à la Maison blanche

    En savoir plus

  • Grande Guerre : les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Le Tchad accuse l'ONU d'utiliser ses soldats comme "bouclier" au Mali

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

  • Le Premier ministre écossais annonce sa démission au lendemain du référendum

    En savoir plus

  • Quand Hollande se targue d’influencer la politique économique européenne

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse : les indépendantistes n'ont pas tout perdu

    En savoir plus

  • Sarkozy revient-il pour "tout changer" ou "se sauver" ?

    En savoir plus

  • Visé par une enquête, Zidane pourrait être privé de banc de touche

    En savoir plus

  • Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

    En savoir plus

  • Irak : combattants kurdes recherchent armes lourdes désespérément

    En savoir plus

Afrique

L'armée promet une élection présidentielle avant juillet 2012

Vidéo par FRANCE 24

Texte par Dépêche

Dernière modification : 22/11/2011

Le maréchal Tantaoui (photo), à la tête du Conseil suprême des forces armées, a accepté la démission du gouvernement, annoncé la tenue d'une élection présidentielle d'ici à l'été 2012 et confirmé les législatives du 28 novembre prochain.

AFP - L'armée, qui dirige l'Egypte depuis la chute de Hosni Moubarak en février, a promis mardi une présidentielle avant la fin juin 2012 et un possible référendum sur le transfert du pouvoir, face à des dizaines de milliers de manifestants réclamant son retour dans les casernes.

Le chef du Conseil suprême des forces armées (CSFA), le maréchal Hussein Tantaoui, a également affirmé que les législatives se tiendraient comme prévu à partir de lundi prochain, malgré la grave crise politique et les affrontements entre manifestants et forces de l'ordre qui ont fait 28 morts depuis samedi.

"La foule est extrêmement en colère contre le maréchal Tantaoui"



L'échéance de la mi-2012 pour la présidentielle est plus proche que la fin 2012 voire 2013 souvent évoquées faute jusqu'à présent de calendrier précis. L'armée s'est déjà engagée ces derniers mois à remettre le pouvoir aux civils une fois élu un nouveau président.

"L'armée ne veut pas le pouvoir", a assuré le maréchal Tantaoui dans une allocution télévisée. Il a ajouté qu'elle était également "prête à remettre les responsabilités immédiatement, si le peuple le souhaite, à travers un référendum populaire".

Il a aussi accepté la démission remise la veille du gouvernement du Premier ministre Essam Charaf, nommé par le conseil militaire en mars dernier pour gérer les affaires courantes. Il n'a toutefois pas annoncé le nom du prochain Premier ministre.

Ces annonces ont été faites à l'issue d'une réunion du CSFA avec plusieurs mouvements politiques, dont les influents Frères musulmans, pour chercher une issue à la crise.

Le CSFA a évoqué durant cette réunion la possibilité de nommer l'ancien chef de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA), Mohamed ElBaradei, comme nouveau Premier ministre, a affirmé à l'AFP une source militaire, mais cette hypothèse n'a pas été confirmée.

"Toujours les mêmes slogans dirigés contre l'armée au pouvoir"
Place Tahrir, des dizaines de milliers d'Egyptiens ont quant à eux continué de réclamer la fin du pouvoir militaire, accusé de chercher à s'incruster et de perpétuer le système répressif hérité du président Hosni Moubarak.

Poussé au départ le 11 février à la suite d'une révolte populaire, M. Moubarak avait remis ses pouvoirs à l'armée, faisant du maréchal Tantaoui le nouveau chef de l'Etat de facto.

A Tahrir, certains manifestants ont affirmé ne pas croire un mot du discours du maréchal Tantaoui.

"Nous ne pouvons pas croire ce qu'il dit. La balle était dans le camp du conseil militaire pendant des mois, et ils n'ont rien fait", affirme Ibtissam al-Hamalawy, 50 ans.

"Tantaoui, c'est Moubarak copié collé", assure Ahmed Mamdouh. "C'est Moubarak en tenue militaire et ce discours ressemble à celui de Moubarak", ajoute ce comptable de 35 ans.

"Dégage!", scandaient les dizaines de milliers de manifestants rassemblés à Tahrir à l'adresse du maréchal, un slogan identique à celui qui était lancé à l'époque de la révolte contre l'ex-président.

Lundi, le CSFA avait reconnu pour la première fois depuis le début des violences qui ont fait 28 morts en trois jours, que le pays était en "crise".

Ce contexte de crise fait craindre que les élections législatives, qui doivent débuter lundi et se dérouler sur plusieurs mois, ne soient émaillées de violences.

Les Frères musulmans, qui représentent la force politique la mieux organisée du pays, ont boycotté la manifestation de Tahrir mardi et appelé au calme, soucieux de voir le scrutin, pour lequel ils s'estiment en position de force, débuter comme prévu le 28 novembre.

Signe de la gravité de la situation, la Bourse du Caire a clôturé mardi en recul de 4,77%, après une suspension d'une heure.

Les Etats-Unis ont condamné mardi "l'usage excessif de la force" par la police égyptienne et réclamé au gouvernement de protéger le droit à manifester.

"Les Etats-Unis demeurent très inquiets devant la violence en Egypte", a souligné la porte-parole du département d'Etat Victoria Nuland, tout en jugeant "rassurante" l'annonce que les élections législatives commenceront comme prévu le 28 novembre.

Première publication : 22/11/2011

  • ÉGYPTE

    Sous la pression de la rue, l'armée tente de trouver une issue à la crise

    En savoir plus

  • ÉGYPTE

    L'armée entame un dialogue avec les forces politiques égyptiennes

    En savoir plus

  • SUR LES OBSERVATEURS

    Égypte : Revivez les évènements du mardi 22 novembre place Tahrir, au Caire

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)