Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Abdelaziz Bouteflika réélu pour un quatrième mandat

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Aquilino Morelle : Un "caillou" dans la chaussure de François Hollande

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 18 avril (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 18 avril (Partie 1)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Crise ukrainienne : vers une nouvelle guerre du gaz ?

En savoir plus

#ActuElles

Carrière envers et contre tout ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

50 milliards d'économies : un plan d'austérité qui ne dit pas son nom ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La rigueur version Valls

En savoir plus

TECH 24

Les Google Glass déjà mal vues

En savoir plus

  • Les quatre journalistes français otages en Syrie ont été libérés

    En savoir plus

  • Reportage interactif : Cambodge, les sacrifiés du sucre

    En savoir plus

  • Vidéo : l'est de l'Ukraine "deviendra un pays indépendant"

    En savoir plus

  • Grande Guerre : les animaux, ces grands oubliés des tranchées

    En savoir plus

  • Abdelaziz Bouteflika, le président fantôme

    En savoir plus

  • Corée du Sud : le capitaine s'explique après le naufrage du ferry

    En savoir plus

  • Coupe de la Ligue : le PSG pour sauver sa saison, Lyon pour la bonifier

    En savoir plus

  • Découverte de la première planète jumelle de la Terre

    En savoir plus

  • L'embryon numérique, la nouvelle technologie pour faire un bébé parfait

    En savoir plus

  • Sans surprise, Bouteflika réélu président de l'Algérie avec 81,53 % des voix

    En savoir plus

  • Prijedor : les survivants contre l’oubli

    En savoir plus

  • Manuel Valls au Vatican pour les canonisations de Jean-Paul II et Jean XXIII

    En savoir plus

  • Hollande ne se représentera pas en 2017 si le chômage ne baisse pas

    En savoir plus

  • Le virus Ebola présent en Guinée et au Liberia est issu d'une nouvelle souche

    En savoir plus

  • La Russie "ne souhaite pas se faire déborder par le mouvement qu’elle a suscité"

    En savoir plus

  • Aquilino Morelle, conseiller politique de François Hollande, démissionne

    En savoir plus

  • Au moins 12 morts dans l'avalanche la plus meurtrière de l'Everest

    En savoir plus

  • En Inde, des votes à vendre

    En savoir plus

Afrique

À quoi jouent les Frères musulmans ?

©

Texte par Amara MAKHOUL-YATIM

Dernière modification : 24/11/2011

Alors qu'ils comptaient parmi les instigateurs du mouvement de révolte qui agite de nouveau l’Égypte depuis vendredi, les Frères musulmans semblent s'en désolidariser pour dialoguer avec le gouvernement. Quelle est leur stratégie ? Décryptage.

Plusieurs milliers d’Egyptiens occupaient toujours la place Tahrir mercredi 23 novembre. Refusant de croire aux promesses du maréchal Tantaoui, qui dirige le pays depuis la chute d'Hosni Moubarak en février, ils continuent de réclamer le départ de l’armée, au pouvoir. Mardi, dans une allocution télévisée, le chef du Conseil suprême des forces armées (CSFA) s’est pourtant engagé à remettre le pouvoir à un président élu d’ici à la mi-2012 et s'est dit prêt à procéder à son transfert immédiat si un éventuel référendum en décidait ainsi.

"Le Coran est notre Constitution"

Créée en 1928 par Hassan al-Banna (1906-1949), grand-père maternel du théologien controversé Tariq Ramadan, la confrérie des Frères musulmans naît au crépuscule de la colonisation britannique en Égypte, afin de lutter contre "l’emprise laïque occidentale et l’imitation aveugle du modèle européen".

Aux aspirations nationalistes de ceux qui réclament le départ des Européens, les Frères opposent un slogan toujours en vigueur : "Le Coran est notre Constitution." Leur objectif est, à ce jour, inchangé : instaurer un État islamique fondé sur l’application de la charia.

Sous Hosni Moubarak, les Frères musulmans étaient officiellement interdits dans le pays, mais tolérés dans les faits. 

A cinq jours des élections législatives qui doivent se dérouler le 28 novembre, la place Tahrir renoue donc avec l’ébullition qui était la sienne durant les jours qui ont précédé la chute de l'ex-raïs. Au moins trente personnes ont péri dans des affrontements avec l’armée et la police ces derniers jours.

Fait pour le moins surprenant, alors qu’ils comptaient parmi les partis à l’origine de cette nouvelle mobilisation, les Frères musulmans ont finalement décidé de calmer le jeu. Appelant à l’apaisement, ils ont renoncé à participer au grand rassemblement auquel plusieurs formations politiques avaient appelé mardi, préférant accepter l’offre de dialogue formulée par l’armée.

"La situation a besoin de calme et de dialogue. Plus le nombre de manifestants grandit, plus il y aura de tensions", a justifié Saad al-Katany, secrétaire général du Parti de la liberté et de la justice, issu de la confrérie et qui a été créé le 30 avril dernier.

Maintenir une "pression limitée" sur les militaires

Paradoxale de prime abord, cette attitude démontre en fait que les Frères musulmans tentent de jouer sur deux tableaux, dans le cadre de cette nouvelle crise qui secoue l'Egypte. Si ceux-ci prônent d'un côté l’apaisement, c'est parce qu'ils craignent que la situation ne leur échappe, une violence généralisée pouvant compromettre la tenue du scrutin du 28 novembre. "L’une des préoccupations des Frères est de maintenir les législatives puisqu'ils sont favoris", décrypte ainsi Eberhard Kienle, spécialiste du Moyen-Orient et directeur de recherche au CNRS.

Des frères qui entendent d’autant moins assister à un report du scrutin qu’ils travaillent depuis plusieurs mois à se frayer un chemin vers le pouvoir. Bien avant la fin de la révolution de janvier dernier, en effet, ils avaient déjà pris contact avec l’armée pour tenter de passer un accord avec elle en vue de l’après-Moubarak.

Mais s'ils restent du côté de la contestation, c'est pour maintenir la pression sur le pouvoir militaire, afin que celui-ci revienne sur un texte-clé pour l’avenir du pays : la charte de principe constitutionnel. Son amendement, réclamé à l'origine par les groupes libéraux et laïcs, pourrait en effet limiter la marge de manœuvre de la commission qui sera issue du prochain Parlement, pour rédiger une nouvelle Constitution. Or, il est crucial pour les Frères que le projet soit amendé afin qu'ils puissent imprimer leur griffe dans le futur texte s'ils dominent la prochaine assemblée - comme ils s'y attendent.

"Les Frères cherchent en fait à exercer une pression limitée sur les militaires, sans pour autant compromettre les législatives, où ils s’attendent à réaliser un bon score", explique Eberhard Kienle.

Une confrérie divisée

Reste que la stratégie choisie par les Frères est peut-être aussi le reflet des dissensions qui travaillent le Parti de la liberté et de la justice, entre modernistes et conservateurs.
La confrérie, créée en 1928 par Hassan al-Banna, présente aujourd’hui en effet un visage "très divisé". "Les Frères ont du mal à s’accorder sur une ligne politique commune", reprend Eberhard Kienle. "Les divisions sont multiples. Générationnelles certes, mais aussi politiques avec d’un côté les membres du ‘Majliss al-Choura’ [Le parlement des Frères musulmans, un organe interne à la confrérie, NDLR], attachés à une ligne conservatrice, et de l’autre des éléments que l’on pourrait qualifier de progressistes, qui sont pour une ouverture du parti".

 

Première publication : 23/11/2011

  • ÉGYPTE

    L'ONU demande une enquête sur les violences contre les manifestants

    En savoir plus

  • ÉGYPTE

    L'armée promet une élection présidentielle avant juillet 2012

    En savoir plus

  • Sur Les Observateurs

    Revivez les évènements du mardi 22 novembre place Tahrir, au Caire

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)