Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

  • De Paris à New York, les défenseurs du climat se mobilisent

    En savoir plus

  • Les candidats à la présidentielle afghane acceptent de partager le pouvoir

    En savoir plus

  • Le cessez-le-feu en Ukraine n’a encore rien d’effectif, selon l'Otan

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Sanaa instaure un couvre-feu, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Assaut mortel de Boko Haram à Mainok dans le nord du Nigeria

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : l'enquête n'a mené à "aucune piste privilégiée"

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France battue par le Brésil en demi-finales

    En savoir plus

EUROPE

Grève générale et manifestations contre l'austérité au Portugal

Vidéo par Carlotta RANIERI

Texte par Dépêche

Dernière modification : 24/11/2011

La grève générale contre l'austérité lancée par les deux principales centrales syndicales ont fortement perturbé l'ensemble des services publics portugais. Des milliers de personnes ont manifesté jeudi dans les rues de Lisbonne.

AFP - Une grève générale a fortement perturbé les transports, les aéroports et les services publics, jeudi au Portugal où des milliers de grévistes ont manifesté contre la politique de rigueur appliquée par le gouvernement en échange d'une aide financière.

Les principaux aéroports du pays ont été pratiquement paralysés, des centaines de vols ont été annulés, tandis que le métro de Lisbonne et le service des navettes fluviales n'ont pas circulé provoquant d'importants embouteillages aux heures de pointe dans la capitale.

Fitch déclasse le Portugal en catégorie spéculative

L'agence de notation financière Fitch a abaissé jeudi la note de crédit du Portugal, pour la placer en catégorie spéculative.

La note est ramenée de BBB- à BB+ avec perspective négative.

Fitch, qui estime que le Portugal sera en contraction économique de 3% en 2012, observe que d'importants déséquilibres budgétaires et une dette élevée font que la note souveraine du pays n'est plus compatible avec la catégorie investissement. (Reuters)



Dans l'ensemble du pays de nombreuses écoles, bureaux de postes, agences bancaires et services hospitaliers ont été fermés tandis que les services de voirie n'ont pas été assurés.

"Cette grève a eu une forte adhésion", s'est félicité Manuel Carvalho da Silva, secrétaire général de la CGTP, en s'adressant aux grévistes ayant participé à l'une des nombreuses manifestations convoquées par les syndicats et les mouvements des "indignés" ayant eu lieu dans tout le pays.

"Ni moins de salaire, ni plus d'horaire", "l'offensive est brutale, la grève est générale !", ont scandé à Lisbonne des milliers de personnes en colère.

En fin d'après-midi des brèves échauffourées ont eu lieu au pied des marches du Parlement où des manifestants, rapidement contrôlés par les forces de l'ordre, ont renversé des barrières.

Dans la matinée, des incidents avaient déjà été enregistrés à Lisbonne, où des inconnus ont attaqué deux trésoreries à coup de cocktails molotov et pots de peinture sans faire de victimes ni de dégâts importants, selon la police.

Cette grève générale, la septième depuis le retour de la démocratie au Portugal en 1974, a été convoquée par les deux principales centrales syndicales CGTP et UGT.

Le gouvernement s'est engagé dans un plan de rigueur pour assainir ses finances et relancer son économie en échange d'une assistance financière de 78 milliards d'euros accordée par l'Union européenne et le Fonds monétaire international.

Outre des augmentations de la TVA et des hausses des prix des transports, l'austérité touchera principalement les fonctionnaires dont les salaires ont été gelés et qui, l'année prochaine, perdront deux de leurs 14 mois de salaire. Dans le privé, la journée de travail pourra être augmentée d'une demi-heure.

Selon des estimations officielles, la rigueur devrait entraîner l'année prochaine une contraction de 3% de l'économie et un chômage record de 13,4%.

Au moment où le Portugal tournait au ralenti en raison de la grève, l'agence Fitch a abaissé d'un cran la note du pays -de "BBB-" à "BB+"- et l'a assorti d'une perspective négative, le reléguant ainsi dans la catégorie des pays à risque.

Une polémique s'est engagée autour de la participation à la grève générale. Le gouvernement a affirmé en fin de matinée qu'à peine 3,6% des fonctionnaires gouvernementaux avaient répondu à l'appel, au grand dam des syndicats selon lesquels la grève a connu une ampleur comparable à celle de l'année dernière, qui avait mobilisé plus de trois millions de personnes.

"Les chiffres du gouvernement sont complètement irréels et le décrédibilisent", a estimé Joao Proença, leader de l'UGT.

"La grève qui a lieu aujourd'hui n'est pas pour nous une guerre de chiffres", a répliqué Miguel Relvas, ministre porte-parole du gouvernement. La "situation dans laquelle se trouve le Portugal ne pourra être surmontée que par la voie de la rigueur et de l'exigence", a-t-il ajouté.
 

Première publication : 24/11/2011

  • CRISE DE LA DETTE

    Le Portugal obtient un satisfecit de la Troïka

    En savoir plus

  • ZONE EURO

    Le Portugal adopte un budget 2012 draconien

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)