Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Gwendal Rouillard, Secrétaire de la commission de la Défense et des forces armées

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Bolivie : au travail dès l'âge de 10 ans

En savoir plus

DÉBAT

Manifestation en soutien à Gaza : un rassemblement test pour le gouvernement

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Andy Serkis : l'homme à l'origine du singe

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Empathie et sympathie"

En savoir plus

SUR LE NET

Gaza : Tsahal et le Hamas s'affrontent aussi en ligne

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Le tourisme, moteur de l'économie espagnole

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Come prima"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les oubliés de Mossoul

En savoir plus

  • Air Algérie a perdu le contact avec un avion parti de Ouagadoudou

    En savoir plus

  • La Soudanaise condamnée à mort pour apostasie est arrivée en Italie

    En savoir plus

  • France : UBS mise en examen pour blanchiment de fraude fiscale

    En savoir plus

  • Un match entre Lille et le Maccabi Haifa interrompu par des pro-palestiniens

    En savoir plus

  • En images : À Alep, les cratères d'obus deviennent des "piscines" pour enfants

    En savoir plus

  • Arizona : condamné à mort, il agonise deux heures sur la table d'exécution

    En savoir plus

  • Levée de la suspension des vols américains vers Tel-Aviv

    En savoir plus

  • Tour de France : ces forçats qui ont forgé la réputation du Tourmalet

    En savoir plus

  • Sénégal : risque de famine en Casamance

    En savoir plus

  • L'ONU ouvre une enquête sur l'offensive israélienne à Gaza

    En savoir plus

  • À Paris, un rassemblement pro-palestinien sans heurts

    En savoir plus

  • Tour de France : "Depuis le temps qu'un Italien n'a pas gagné !"

    En savoir plus

  • "Le conflit israélo-palestinien est importé en France depuis longtemps"

    En savoir plus

  • Les députés adoptent la nouvelle carte des régions françaises

    En savoir plus

  • Bagdad accusé d'utiliser des "barrel bombs" contre sa population

    En savoir plus

  • Ukraine : deux avions de chasse de l'armée abattus dans l’est du pays

    En savoir plus

  • Accident d'avion à Taïwan : au moins 45 morts, dont deux Françaises

    En savoir plus

Amériques

Les républicains divisés sur les questions de sécurité et de politique étrangère

Texte par Dépêche

Dernière modification : 23/11/2011

À l'occasion d'un débat télévisé, les huit candidats à la primaire républicaine ont fait montre de leurs divergences sur le "Patriot Act" ainsi que sur les questions de politique étrangère.

AFP - Newt Gingrich a conforté mardi son statut de principal rival de Mitt Romney dans la course à l'investiture républicaine pour la présidentielle américaine, lors d'un débat sur la sécurité où les huit candidats ont affiché leurs divisions sur l'Iran, le Pakistan ou l'immigration.

Pour la première fois, l'ancien président de la Chambre des représentants Newt Gingrich se présentait à ce débat --le 11e depuis le début de la campagne pour la primaire républicaine-- dans les habits du favori des sondages que l'ancien gouverneur du Massachusetts Mitt Romney a longtemps revêtu jusqu'ici.

Tout au long de la soirée, organisée à Washington, les deux hommes se sont gardés de toute attaque trop virulente, veillant à se placer au-dessus de la mêlée.

M. Gingrich a attaqué le débat avec fracas en assurant que les Américains seraient tous "en danger pour le reste de leur vie" et qu'il fallait pour les protéger renforcer le "Patriot act", une loi antiterroriste votée sous George W. Bush après les attentats du 11-Septembre.

Il a aussi, de façon assez iconoclaste pour un républicain, défendu une régularisation, sous certaines conditions, des sans-papiers qui ont une famille aux Etats-Unis. M. Romney a répliqué qu'il était opposé à toute "amnistie" qui permettrait aux clandestins de rester légalement aux Etats-Unis.

Et c'est à l'occasion d'un échange sur l'Afghanistan que M. Gingrich s'est directement adressé à son rival qui souhaitait reprendre la parole: "Et les autres? Et ceux qui n'ont pas encore pu répondre?", a lancé le nouveau favori des sondages à M. Romney dans un rare acte de défiance.

Ce dernier a marqué les esprits en annonçant que son premier voyage à l'étranger, s'il était élu, l'emmenerait en Israël, alors que les nouveaux présidents américains se rendent traditionnellement au Canada ou au Mexique.

Cette sortie s'inscrit dans le soutien que M. Romney apporterait à l'allié de Washington si Israël devait s'attaquer à l'Iran, Téhéran étant accusé par les Occidentaux de chercher à se doter de l'arme nucléaire. M. Gingrich s'est dit lui prêt à bombarder les installations nucléaires iraniennes.

Pour le quotidien USA Today, M. Gingrich a été "au centre jeu", porté par "son assurance et son attitude professorale". Le Washington Post estimait pour sa part que Mitt Romney, "s'il n'a pas livré sa performance la plus aboutie, a réussi, une fois encore, à éviter les tacles de ses rivaux".

Le New York Times soulignait enfin que le débat a jeté un "éclairage cru sur le manque d'unité du parti (républicain) sur la sécurité nationale une décennie après les attentats du 11-Septembre".

Ainsi sur l'Afghanistan, M. Romney a plaidé pour le maintien d'une force susceptible de collecter des renseignements et d'effectuer des opérations spéciales. "L'Amérique ne doit pas battre en retraite", a-t-il dit.

Jon Huntsman, ancien ambassadeur en Chine, a aussitôt répliqué en prônant une baisse drastique et rapide du contingent américain, soulignant que les Etats-Unis avaient atteint "des objectifs importants en Afghanistan", comme l'élimination du chef d'Al-Qaïda Oussama Ben Laden.

Autre sujet de divergence entre les candidats : le Pakistan, qui cultive une relation de plus en plus tendue avec les Etats-Unis depuis l'élimination sur son sol de Ben Laden par un raid américain.

Le Pakistan "est l'un des pays les plus violents et instables qui soient", a souligné Michele Bachmann. "A ce stade, je maintiendrais (donc) l'aide" américaine à Islamabad, a dit la candidate ultraconservatrice, s'attirant aussitôt une réplique sèche du gouverneur du Texas, Rick Perry.

"Le fond du problème, c'est que (les Pakistanais) montrent jour après jour qu'on ne peut pas leur faire confiance. Et jusqu'à ce que le Pakistan montre clairement qu'ils ont les intérêts américains à l'esprit, je ne leur enverrais pas un penny", a-t-il dit.

Première publication : 23/11/2011

  • ÉTATS-UNIS

    La politique étrangère au menu d'un débat du Parti républicain

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Le républicain Herman Cain rattrapé par un nouveau scandale sexuel

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)