Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

CAP AMÉRIQUES

Émeutes de Ferguson : Obama face à la question raciale

En savoir plus

TECH 24

Transports du futur : quand la réalité dépasse la fiction

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Philippe Ramette fait son éloge de la contemplation

En savoir plus

DÉBAT

UE - États-Unis - Russie : le double-jeu des sanctions

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

James Foley : la victime d'une profession exploitée à ses risques et périls

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

James Foley : "sur la piste de l'égorgeur"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Dette argentine : la réplique de la justice américaine

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Saint-Louis : la mort en 15 secondes

En savoir plus

DÉBAT

Irak : comment lutter contre l'organisation de l'État islamique ?

En savoir plus

  • Les éliminatoires de la CAN-2015 perturbées par le virus Ebola

    En savoir plus

  • Le "convoi humanitaire" russe est passé en territoire ukrainien

    En savoir plus

  • Irak : une trentaine de morts dans l'attaque d'une mosquée sunnite

    En savoir plus

  • Yémen : "Si la transition est abandonnée, alors le pays se disloquera"

    En savoir plus

  • Mélenchon prend du recul mais ne quitte pas la vie politique

    En savoir plus

  • RD Congo : interrogations après des décès dus à une fièvre hémorragique

    En savoir plus

  • 22 août 1914 : le jour le plus meurtrier de l'histoire de France

    En savoir plus

  • Selon le Pentagone, neutraliser l'EI passe par une intervention en Syrie

    En savoir plus

  • Duel Manaudou-Gilot sur 100 m, point d’orgue de l'Euro-2014 des Bleus

    En savoir plus

  • Mohamed Deif, plus que jamais ennemi juré d'Israël

    En savoir plus

  • Vol MH17 : les victimes malaisiennes rapatriées à Kuala Lumpur

    En savoir plus

  • Riposte contre l’EI en Irak : "On assiste à un jeu très cynique"

    En savoir plus

  • Ebola : les deux Américains traités au sérum ZMapp sont guéris

    En savoir plus

  • Sans surprise, Erdogan choisit Davutoglu au poste de Premier ministre turc

    En savoir plus

Economie

Fitch juge à son tour la dette portugaise spéculative

Texte par Dépêche

Dernière modification : 24/11/2011

Fitch est devenu, jeudi, la deuxième agence de notation, après Moody's en juillet, a abaissé la note de la dette portugaise au niveau d'un actif spéculatif, la dernière catégorie de note avant la faillite.

 AFP - L'agence d'évaluation financière Fitch Ratings a abaissé d'un cran jeudi la note du Portugal, qui passe de "BBB-" à "BB+", avec perspective négative, reléguant ce pays dans la catégorie des émetteurs à risque.

L'agence a justifié sa décision en raison des "grands déséquilibres budgétaires, du niveau élevé de l'endettement dans tous les secteurs et des perspectives macroéconomiques adverses".

Fitch table désormais sur une contraction de 3% du PIB du Portugal en 2012, comme le gouvernement et la Commission européenne, mais estime que les importantes réformes structurelles engagées par le pays devraient le rendre plus compétitif à long terme.

L'agence considère toutefois que le pays parviendra à respecter son objectif de ramener le déficit public à 5,9% du PIB cette année et à 4,5% en 2012 bien qu'un risque de "dérapage" ne soit pas exclu en raison d'une dette publique qui devrait passer de 93,3% du PIB fin 2010 à 116% en 2013.

Début juillet, sa concurrente Moody's avait déjà dégradé la note du Portugal au niveau des investissements "spéculatifs".

La décision de Fitch "est la démonstration que seul un chemin de rigueur et d'exigence peut nous permettre, comme aux autres pays européens, de surmonter les circonstances auxquelles nous sommes confrontés aujourd'hui", a réagi le ministre porte-parole du gouvernement Miguel Relvas.

Troisième victime de la crise de la dette en zone euro, le Portugal est devenu incapable de se financer sur les marchés à des prix soutenables et bénéficie depuis mai d'un plan d'aide financière de l'Union européenne et du Fonds monétaire international de 78 milliards d'euros, en échange d'un vaste plan d'austerité et de réformes.

Le taux des obligations à 10 ans du Portugal s'est tendu jeudi matin, atteignant 11,036% contre 10,944% la veille. Le dernier record, qui s'était établi à 13,441%, remonte au 15 juillet.

Selon Fitch, la dette des entreprises publiques risque de peser sur les comptes du pays et pourrait entraîner en 2012 "la mise en place de mesures de consolidation supplémentaires".

La loi de finances pour 2012, qui doit être définitivement adoptée par le Parlement la semaine prochaine, prévoit déjà un nouveau tour de vis budgétaire d'une rigueur sans précédent. Parmi les mesures prévues figure notamment la suppression des 13e et 14e mois de salaire des fonctionnaires et des retraités. Dans le privé, la journée de travail pourra être augmentée de 30 minutes.

Le Portugal tournait jeudi au ralenti, fortement perturbé par une grève générale convoquée par les syndicats après la présentation du budget 2012.

L'agence Fitch a par ailleurs souligné que la crise de la dette en zone euro pourrait avoir des "conséquences significatives" sur le système bancaire portugais, qui n'a plus accès au marché interbancaire pour se financer. Par conséquent, l'agence estime qu'une recapitalisation ou un recours aux liquidités de la Banque centrale européenne sont "nécessaires".

Le plan d'aide accordé au Portugal prévoit une enveloppe de 12 milliards pour une éventuelle recapitalisation du système financier. Jusque là, les banques se sont abstenues d'y avoir recours, redoutant que l'Etat devienne par ce biais leur actionnaire.

Plusieurs banques portugaises ont toutefois indiqué récemment qu'elles pourraient se recapitaliser grâce à ce fonds.

Première publication : 24/11/2011

  • CRISE ÉCONOMIQUE

    La France fait le nécessaire pour garder son triple A, selon le président de la BNP

    En savoir plus

  • CRISE ÉCONOMIQUE

    Moody's abaisse la note de l'Italie de trois crans

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)