Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

"Il faut que Pékin réévalue ses politiques dans les régions tibétaines"

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Uruguay : la vie après Guantanamo

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Turquie : les Alévis, des musulmans à part

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Tunisie : vieux président pour jeune démocratie

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Comédies musicales, friandises, illuminations : les réjouissances de fin d'année !

En savoir plus

SUR LE NET

L'Unicef invite les enfants de Gaza à dessiner leur futur

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Gabon : un vent de contestation

En savoir plus

DÉBAT

Gabon : l'opposition demande le départ du président Ali Bongo

En savoir plus

DÉBAT

Trois attaques en France en 48 heures : un effet de mimétisme ?

En savoir plus

SPORT

L'Angleterre, terre expérimentale du détecteur de but

Texte par Emmanuel VERSACE

Dernière modification : 25/11/2011

Choquée par le but refusé de Franck Lampard contre l’Allemagne lors du dernier Mondial, la Fédération anglaise est pressée d’adopter le détecteur de but électronique dès la saison prochaine. Un premier test est effectué ce jeudi à Rochdale.

Encore sous le choc du but refusé au joueur anglais Franck Lampard lors de la dernière Coupe du monde contre l’Allemagne (voir vidéo ci-dessous), la Fédération anglaise de football (FA) a testé, jeudi 24 novembre, sous la conduite de la Fédération internationale (Fifa), le premier système de détection de but sur un terrain de football professionnel.

Ce test grandeur nature a eu lieu sur la pelouse du stade Spotland de Rochdale (3e division) qui, faute de palmarès, pourrait donc entrer dans l’Histoire comme le club où est né le football du futur.

"Ce sera juste mais cela reste possible pour la saison prochaine"

Si les essais sont concluants, Alex Horne, le secrétaire général de la FA, espère que l’International Football Association Board (IFAB) – l’instance juridique du football international – approuvera le dispositif avant juillet 2012, afin que la technologie puisse être utilisée dès la saison prochaine en Premier League.

"Est-ce qu’il y aura assez d’argent pour la développer et l’installer dans toutes les compétitions et toutes les ligues l’an prochain ? Je ne sais pas. Ce sera juste mais cela reste possible", a expliqué Alex Horne à la BBC.

L’arbitrage assisté électroniquement, déjà présent dans d’autres sports (tennis, cricket, rugby), n’est plus un tabou dans le football depuis l’affaire du but anglais refusé au Mondial-2010. Face à la bronca britannique, la Fifa et son président, Sepp Blatter, ont depuis dû se plier au vœu de la FA et des Fédérations écossaise, galloise et irlandaise de tester ce nouveau système, malgré les réticences sur le sujet de Michel Platini, le président de la Fédération européenne (UEFA).

Vingt-quatre caméras

Au total, neufs sociétés ont répondu à l’appel d’offre de la Fifa. Parmi elles, on retrouve Hawk-Eye, pionnière du genre en cricket et en tennis, et la société Goalminder.

Créée par deux fans des Bolton Wanderers dégoûtés qu’un but non validé ait coûté la relégation à leur club en 1997, Goalminder a mis en place un système qui, selon la société, peut détecter instantanément si la balle franchit la ligne de but ou non. Vingt-quatre caméras en haute définition placées autour de la cage collectent les données en 3D. Celles-ci sont ensuite analysées par un programme situé derrière le but. Pour l’heure, l’installation coûte environ 150 000 euros.

Si, en théorie, vérifier si une sphère (le ballon) passe ou pas une ligne blanche ne semble pas insurmontable au XXIe siècle, aucun des systèmes testés jusqu’à présent n’a réussi à remplir complètement les critères imposés par la Fifa. Selon l’instance internationale, l’assistant électronique doit rendre une décision fiable à 100% en un temps inférieur ou égal à une seconde et communiquer l’information à l’arbitre de champ par une vibration ou un son via une montre. Que ce soit en 2012 ou un peu plus tard, tout porte à croire que ce n’est plus qu’une question de temps avant que l’arbitrage assisté devienne réalité.


Exemples de buts non validés et autres non-buts

Angleterre-Allemagne : Le but imaginaire le plus célèbre (Mondial-1966)

Le but de Franck Lampard refusé (Mondial-2010)
Un magnifique but de Pedro Mendes (Tottenham) désavoué par l'arbitre (Premier League 2005)
Quand Alajuelense se fait voler un but contre Limon (Costa Rica)

Première publication : 24/11/2011

  • LIGUE DES CHAMPIONS

    Battu par l'Olympiakos, l'OM ira chercher sa qualification à Dortmund

    En savoir plus

  • LIGUE DES CHAMPIONS

    L'Olympique lyonnais n'a plus son destin entre ses mains

    En savoir plus

  • LIGUE DES CHAMPIONS

    Le Losc conjure le sort sur le terrain du CSKA Moscou

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)