Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Le Premier ministre écossais annonce sa démission au lendemain du référendum

    En savoir plus

  • Le Tchad accuse l'ONU d'utiliser ses soldats comme "bouclier" au Mali

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Quand Hollande se targue d’influencer la politique économique européenne

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse : les indépendantistes n'ont pas tout perdu

    En savoir plus

  • Sarkozy revient-il pour "tout changer" ou "se sauver" ?

    En savoir plus

  • Visé par une enquête, Zidane pourrait être privé de banc de touche

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

    En savoir plus

  • Irak : combattants kurdes recherchent armes lourdes désespérément

    En savoir plus

  • Barack Obama salue la France, "un partenaire solide contre le terrorisme"

    En savoir plus

FRANCE

Eva Joly fâche le PS et une partie d'Europe-Écologie les Verts

Texte par Dépêche

Dernière modification : 24/11/2011

La candidate écologiste à la présidentielle française a surpris la classe politique en refusant, sur RTL, de se prononcer sur ses consignes de vote au second tour de l'élection. Son porte-parole a démissionné dans la foulée.

AFP - Enflammé par le feu nucléaire, le torchon a brûlé mercredi entre Eva Joly et les socialistes, qui ont enjoint à EELV de trancher cette querelle, la candidate écologiste à l'Elysée s'efforçant dans la foulée de calmer le jeu.

Après s'être obstinément refusée, le matin sur RTL, à dire qu'elle appellerait à voter Hollande au second tour, Mme Joly a précisé un peu plus tard qu'évidemment oui, elle le ferait, il n'y a "jamais eu aucun doute" là-dessus dans son esprit.

Mais en critiquant avec virulence le PS la veille, elle s'est mise à dos une partie de son parti.

Son porte-parole Yannick Jadot a démissionné, décontenancé par la distance qu'elle creuse, selon lui, avec les socialistes, malgré l'accord de mandature qui lie les deux formations depuis le 15 novembre.

Elle fait "les mauvais choix politiques", a renchéri Daniel Cohn-Bendit, figure tutélaire du mouvement écolo. "Eva Joly ne doit pas faire du Mélenchon, du sous-Mélenchon ou du super-Mélenchon", a-t-il insisté, allusion aux formules assassines ("capitaine de pédalo") dont se régale le candidat Front de gauche.

L'eurodéputée a cependant reçu le soutien de Dominique Voynet (EELV), qui l'a précédée en 2007 dans la fournaise élyséenne ("campagne cauchemardesque", s'est-elle souvenue). Il faut jouer collectif autour d'Eva, a-t-elle plaidé.

Un mot d'ordre répété par plusieurs responsables du parti écologiste à l'issue d'un Bureau exécutif extraordinaire qui s'est tenu par téléphone dans l'après-midi

Lors de cette réunion, la direction, les parlementaires, secrétaires régionaux et des membres du Conseil fédéral d'EELV (une quarantaine d'écologistes au total) ont "clairement réaffirmé à Eva Joly que le mouvement était derrière elle", a expliqué à l'AFP le porte-parole du parti Pascal Durand, selon qui la candidate était "soulagée" mercredi soir.

Eva Joly, qui n'a pas rectifié les qualificatifs acerbes ("archaïques", du "bois dont on fait les marionnettes") dont elle avait gratifié les socialistes, sortait mardi d'un silence médiatique de cinq jours, observé pour signifier qu'elle n'était pas partie prenante à l'accord PS-EELV dont sont absentes des mesures à ses yeux vitales: sortie du nucléaire, arrêt du chantier EPR.

Autant d'épisodes qui ont fait gronder à Solférino. De hauts responsables socialistes ont donc mis en demeure Cécile Duflot de faire un choix net.

Mme Joly "est-elle devenue une candidate indépendante, qui vit sa vie toute seule, ou est-ce qu'elle est la candidate des Verts ?", a demandé Jean-Marc Ayrault, conseiller spécial de François Hollande, exigeant que le numéro un d'Europe-Ecologie Les Verts réponde avec clarté.

Il a rappelé au passage que l'accord comprend un volet électoral devant permettre la création d'un groupe EELV à l'Assemblée nationale.

Demande de clarification reprise par Martine Aubry, qui, comme première secrétaire, avait bâti, avec son amie Duflot, l'accord du 15 novembre. Elle a jugé les propos d'Eva Joly "absolument incompréhensibles".

Après la mise au point de l'ex-juge d'instruction, les choses ont semblé s'apaiser. M. Hollande a dit ne retenir que la dernière phrase, Mme Aubry en a pris acte, tout en appelant à être "à la hauteur de l'espoir" que fait naître la gauche.

L'approche des Verts français est "à mes yeux gauchiste et trotskiste", a commenté Jean-François Copé, secrétaire général de l'UMP, parti qui lance lundi, à coup de millions de tracts, une campagne contre le volet nucléaire de l'accord PS-EELV (fermeture de 24 réacteurs).

Dans la tourmente, Eva Joly a reçu un autre soutien: celui d'Alain Lipietz, le Vert qui avait dû abandonner sa place de candidat écologiste à l'Elysée en 2001. Il la juge "en grand danger". Mais il l'encourage: "Tiens bon, Eva".

Première publication : 24/11/2011

  • FRANCE

    Le PS et les écologistes réaccordent leurs violons sur l'avenir de la filière Mox

    En savoir plus

  • FRANCE

    Embrouillamini après l'accord sur le nucléaire entre le PS et les écologistes

    En savoir plus

  • FRANCE

    Le PS et les écologistes trouvent un accord a minima en cas de victoire en 2012

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)