Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Thaïlande : le business lucratif des mères porteuses

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Niki de Saint-Phalle, une "nana" militante et engagée

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Les incertitudes économiques d'une Écosse indépendante

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"DDay"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Kilt ou double"

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ebola : une volontaire française de MSF contaminée

En savoir plus

SUR LE NET

Iran : les jeunes internautes contournent la censure

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le référendum écossais, sujet sensible pour les médias britanniques

En savoir plus

DÉBAT

Lutte contre les jihadistes : faut-il s'allier avec l'Iran ?

En savoir plus

  • En direct : Hollande annonce des frappes aériennes en Irak dans un délai "court"

    En savoir plus

  • Alex Salmond, le visage d'une Écosse qui rêve d'indépendance

    En savoir plus

  • L'Australie, une cible de choix pour l'organisation de l'EI ?

    En savoir plus

  • Yacine Brahimi, la pépite algérienne révélée par Porto

    En savoir plus

  • Thaïlande : le business lucratif des mères porteuses

    En savoir plus

  • Belgique : l'euthanasie d'un violeur inquiète les partisans de la mort assistée

    En savoir plus

  • Livraison d'armes aux rebelles syriens : le Congrès américain doit se prononcer

    En savoir plus

  • Vladimir Evtouchenkov, le nouvel oligarque dans le viseur du Kremlin

    En savoir plus

  • Parcours sans-faute des Bleues vers le Mondial-2015

    En savoir plus

  • Une star de la Silicon Valley rachète le château de Pommard

    En savoir plus

  • Peu importe l’issue du référendum, "l’Écosse ne sera plus jamais la même"

    En savoir plus

  • Le sulfureux maire de Toronto atteint d'un cancer rare et agressif

    En savoir plus

  • "Hollande renvoie l’image de quelqu’un de trop optimiste"

    En savoir plus

  • L'Australie déjoue des meurtres projetés par l'État islamique

    En savoir plus

  • Ebola : la Française contaminée bientôt rapatriée à Paris

    En savoir plus

asie

New Delhi donne son feu vert aux investissements étrangers dans la grande distribution

Texte par Dépêche

Dernière modification : 24/11/2011

L'Inde libéralise son secteur de la grande distribution et permet ainsi aux grands groupes étrangers comme Carrefour de s'implanter dans le pays. Le marché indien représente environ 470 milliards de dollars.

AFP - L'Inde a approuvé jeudi en conseil des ministres l'ouverture de son marché de la grande distribution aux investissements étrangers, une avancée attendue depuis des années par les multinationales qui pourrait révolutionner le mode de consommation du pays.

L'accord concerne une proposition permettant aux géants mondiaux du secteur de prendre une participation de 51% dans le commerce de détail multimarques, a indiqué à l'AFP un responsable au sein du gouvernement sous couvert d'anonymat.

Concernant les magasins à marque unique, comme Nokia ou Reebok, le conseil des ministres a autorisé 100% d'investissements directs étrangers (IDE).

Les chaînes de grande distribution, à l'image du français Carrefour et de l'américain Wal-Mart, sont déjà présents en Inde, comme grossistes, mais elles ne peuvent vendre directement aux consommateurs du deuxième pays le plus peuplé de la planète, avec 1,2 milliard d'habitants.

Selon le cabinet de consultants indien Technopak, le juteux marché du commerce de détail pèse 470 milliards de dollars, dont seuls 26 milliards proviennent des quelques chaînes locales de grande distribution.

New Delhi avait autorisé en 2006 les investissements étrangers dans le commerce de détail à hauteur de 51% pour les magasins à marque unique, obligeant jusqu'à présent les groupes à signer des accords de franchise avec des sociétés indiennes.

Après des années d'immobilisme, le feu vert du conseil des ministres fait suite à celui d'un comité gouvernemental en juillet et à l'approbation du ministère des Finances ce mois-ci.

Reste pour le gouvernement à affronter les partis d'opposition au parlement.

Le ministre du Commerce, Anand Sharma, a précisé à l'AFP que la décision sera présentée en détail vendredi au parlement. "Je ne peux pas en dire plus car le parlement est en train de siéger", a-t-il indiqué.

L'opposition est farouchement hostile à l'arrivée des multinationales dans le commerce de détail au nom de la protection des petits commerçants.

Des voix dissonnantes se sont aussi élevées au sein de la coalition gouvernementale dirigée par le parti du Congrès (centre-gauche).

Ce projet est "un outil pour tuer l'industrie (indienne) du commerce", a commenté Murli Manohar Joshi, un chef de file du principal parti d'opposition, le parti conservateur hindou BJP.

"Si les investissements directs étrangers sont autorisés dans le commerce de détail, les petits commerçants vont perdre leur travail car leurs produits ne pourront pas rivaliser avec ceux des commerçants étrangers", a-t-il poursuivi.

On compte en Inde 12 millions de "kiranas", ces petites échoppes traditionnelles où s'empilent du sol au plafond boîtes de conserves en tous genres, qui font vivre quelque 25 millions de commerçants.

Les partisans de cette ouverture évoquent, eux, la perspective d'une amélioration de la chaîne d'approvisionnement, d'une réduction des prix alimentaires et d'une baisse de l'inflation, qui flirte avec les 10%.

L'entrée de plein pied des grands groupes étrangers dans le secteur pourrait en outre, argumentent-ils, moderniser les techniques de stockage et les méthodes de transport, réduire le problème chronique du gâchis alimentaire et garantir une meilleure chaîne du froid.

"Les consommateurs auront beaucoup plus de choix, ce sera vraiement un monde sans frontières en terme de produits disponibles", s'est enthousiasmé Gibson Vedamani, un membre du conseil d'administration de l'Association indienne des détaillants.

Le président de la Confédération indienne de l'industrie, B. Muthuraman, a, lui, estimé que l'introduction des IDE dans le secteur de la grande distribution allait "bénéficier aux consommateurs, aux producteurs, aux petites et moyennes entreprises et allait générer un emploi significatif".
 

Première publication : 24/11/2011

  • DIPLOMATIE

    Commerce, défense et Taj Mahal au menu de la visite de Nicolas Sarkozy en Inde

    En savoir plus

  • COMMERCE INTERNATIONAL

    La Chine et l'Inde veulent doubler leurs échanges d'ici à 2015

    En savoir plus

  • COMMERCE

    Le gouvernement estime que la visite de Sarkozy en Inde rapportera 17 milliards d'euros

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)