Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Au Burundi, le leader de l'opposition, qui avait appelé au boycott, élu vice-président de l'assemblée

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Calais: la porte mortelle vers "l'Eldorado"

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Faut-il copier la Silicon Valley ?

En savoir plus

FOCUS

Au Bangladesh, les assassinats de libres-penseurs se multiplient

En savoir plus

L'ENTRETIEN

François Morin : "28 banques ont la capacité de déstabiliser le système monétaire et financier mondial"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Gaza, Baalbeck, Tombouctou... La résistance par l’art

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

États-Unis : nouvelle controverse sur le port d'armes, après plusieurs tueries

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

#CecilTheLion : le chasseur devient la proie

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

EDF va prendre le contrôle des réacteurs nucléaires d’Areva

En savoir plus

Economie

La justice européenne ne veut pas un filtrage généralisé du téléchargement

Texte par Dépêche

Dernière modification : 24/11/2011

La Cour européenne de justice a jugé qu'il était interdit de demander à un fournisseur d'accès à l'internet de bloquer tous les téléchargements sous prétexte de protéger les droits d'auteur.

 AFP - Ordonner à un fournisseur d'accès à l'internet (FAI) la mise en place d'un système de filtrage et de blocage des communications électroniques afin de protéger les droits de propriété intellectuelle, est contraire au droit européen, a indiqué jeudi la Cour européenne de justice.

L'arrêt de la Cour porte un coup sévère aux partisans d'un filtrage généralisé sur l'internet. Le filtrage porte atteinte aux droits fondamentaux des citoyens européens, dit en substance la Cour.

La justice européenne était appelée à trancher dans un différend opposant la Société belge des auteurs compositeurs (Sabam) au fournisseur d'accès Scarlet Extended.

En 2004, la Sabam avait constaté que des internautes, utilisant les services de Scarlet, téléchargeaient sur l'internet, sans autorisation et sans paiement de droits, des oeuvres reprises dans son catalogue.

A la demande de la Sabam, un tribunal belge a ordonné à Scarlet de faire cesser ces atteintes au droit d'auteur en rendant impossible toute forme d'envoi ou de réception par ses clients de fichiers électroniques reprenant une oeuvre musicale du répertoire de la Sabam.

Scarlet a fait appel et la cour d'appel de Bruxelles a alors demandé à la justice européenne de trancher pour savoir si le droit de l'Union permet aux Etats membres d'autoriser un juge national à ordonner à un fournisseur d'accès à l'internet de mettre en place, de façon générale, à titre préventif et sans limitation dans le temps, un système de filtrage des communications électroniques afin d'identifier les téléchargements illégaux de fichiers.

"Certes, la protection du droit de propriété intellectuelle est consacrée par la charte des droits fondamentaux de l'Union européenne", a répondu la CEJ. Mais "cela étant, il ne ressort nullement de la Charte (des droits fondamentaux de l'UE), ni de la jurisprudence de la Cour, qu'un tel droit serait intangible et que sa protection devrait donc être assurée de manière absolue", a ajouté la Cour.

La justice européenne a plaidé pour "un juste équilibre" entre le droit de propriété intellectuelle, d'une part, et la liberté d'entreprise, le droit à la protection des données à caractère personnel et la liberté de recevoir ou de communiquer des informations, d'autre part.

Photo : nrkbeta/Flickr

Première publication : 24/11/2011

  • INTERNET

    Téléchargement illégal : Hadopi aurait averti plus de 600 000 internautes

    En savoir plus

  • INTERNET

    L'Europe veut renforcer son arsenal anti-piratage

    En savoir plus

  • INTERNET

    James Climent, le "serial téléchargeur" qui traîne la France devant la CEDH

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)