Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Amel Karboul, ministre tunisienne du Tourisme

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

La sous-traitance des handicapés français

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Classement des personnalités influentes : 10 africains dans le palmarès du Time magazine

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Où s'arrêtera Poutine ?

En savoir plus

DÉBAT

Crise en Ukraine : l'escalade à l'est jusqu'où ? (Partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Crise en Ukraine : l'escalade à l'est jusqu'où ? (Partie 1)

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : les ouvriers du textile au Bangladesh toujours en danger

En savoir plus

SUR LE NET

Opération ratée de la police de New York sur Twitter

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sean Lennon dans les pas de son père

En savoir plus

  • Wade à FRANCE 24 : "Macky Sall m’a empêché d’aller au Sénégal"

    En savoir plus

  • Ukraine : Washington met en garde Moscou contre une "erreur coûteuse"

    En savoir plus

  • Accord Hamas-Fatah : Israël suspend les négociations de paix

    En savoir plus

  • Quatre policiers du "36 quai des Orfèvres" placés en garde à vue pour viol

    En savoir plus

  • Standard & Poor's maintient la note "AA" pour la France

    En savoir plus

  • Le NETmundial condamne l’espionnage sur le Web

    En savoir plus

  • De la guerre civile aux portes de Paris, parcours de réfugiées syriennes

    En savoir plus

  • Présidentielle syrienne : deux candidats face à Bachar al-Assad

    En savoir plus

  • Vidéo : les ouvriers du textile au Bangladesh toujours en danger

    En savoir plus

  • Le rappeur Rohff mis en examen et incarcéré pour violences

    En savoir plus

  • Les îles Senkaku "couvertes" par le traité de défense américano-japonais

    En savoir plus

  • RD Congo : près de 50 morts dans un accident de train

    En savoir plus

  • Les dessous des résultats record d’Apple

    En savoir plus

  • Ségolène Royal dément avoir interdit les décolletés dans son ministère

    En savoir plus

  • Impression 3D : dix maisons construites en 24 heures à Shanghaï

    En savoir plus

  • Premières pistes pour mettre fin au conflit entre VTC et taxis

    En savoir plus

  • Au Caire, le voile de la discorde

    En savoir plus

  • Le patron de la F1 Bernie Ecclestone jugé pour corruption

    En savoir plus

Moyen-orient

Les journalistes femmes doivent-elles continuer à couvrir les événements en Égypte ?

©

Texte par Priscille LAFITTE

Dernière modification : 29/11/2011

Les témoignages de Caroline Sinz et Mona Eltahawy, journalistes agressées sexuellement alors qu’elles couvraient les manifestations du Caire, ont poussé Reporters sans frontières à demander aux rédactions de ne plus envoyer de femmes en Égypte.

Sur le terrain, les journalistes masculins doivent-ils avoir l'exclusivité de la couverture de l'actualité en Egypte ? Les événements de jeudi 24 novembre qui ont vu Caroline Sinz, reporter à France 3, et Mona Eltahawy, éditorialiste américano-égyptienne (écoutez son témoignage sur CNN ci-dessous) pour les journaux "Toronto Star", "Jerusalem Report" et "Politiken", se faire agresser en plein jour place Tahrir, ont ainsi posé le débat, qui coïncide avec la journée des violences faites aux femmes.

Reporters sans frontières (RSF), l'ONG de défense de la liberté de la presse dans le monde basée en France, a publié jeudi soir un communiqué en ce sens, intitulé “Les femmes reporters ne doivent plus se rendre en Egypte pour couvrir les événements de la place Tahrir”. Une injonction qui a provoqué un tollé.

Pierre Haski, directeur de la rédaction de Rue89, écrit ainsi sur Twitter : "Quelle régression". Une twitteuse féministe, @blondiewoolfie, ironise pour sa part : "RSF 'Reportrices Sans Fourneaux'!!" Editorialiste du magazine "Elle", Marie-Françoise Colombani s’insurge quant à elle contre une déclaration "humiliante". Une incompréhension résumée par Isabelle Germain, rédactrice en chef du site LesNouvellesNews : "C'est aussi bête que de reprocher à des journalistes d'aller en Afghanistan faire leur travail."

La polémique a pris une telle ampleur que RSF s'est senti obligé de revoir sa copie, l’injonction de jeudi soir devenant un conseil vendredi matin. "Sans cesser de couvrir la situation, les rédactions doivent se soucier en priorité de la sécurité de leurs journalistes”, titre le nouveau communiqué qui remplace le précédent sur le site de l'ONG. Et l’organisation ajoute : "Il est plus dangereux pour une femme que pour un homme de couvrir les événements de la place Tahrir. C’est une réalité à laquelle les rédactions doivent faire face."

Captures d'écran du site de RSF. A gauche : le premier communiqué du jeudi A droite : le communiqué réécrit de vendredi

"Ne pas revenir en arrière"

Nahida Nakad, directrice de la rédaction de France 24, en charge du contenu arabophone, se dit soulagée par ce revirement de RSF. "J’ai été vraiment surprise par le côté catégorique du premier communiqué et je préfère largement le second. Certes, dans certains cas, les risques sont plus élevés pour les femmes que pour les hommes. Mais les femmes sont des journalistes responsables. Personnellement, j’ai fait 25 ans de grand reportage, souvent dans des pays en guerre, et je sais combien elles ont eu du mal à pouvoir partir sur des terrains dangereux. Il ne faut pas revenir en arrière." Les consignes que Nahida Nakad donne aux journalistes de sexe féminin envoyées en reportage : éviter de se faire remarquer par son habillement, et ne jamais rester seule - des consignes qui valent également pour les hommes, précise-t-elle.

Depuis quelques jours, Sonia Dridi, correspondante au Caire de France 24, revêt, elle, un gros châle, un pull ample et un pantalon gris pour passer inaperçue dans la foule et prendre des notes. Elle parle arabe et connaît assez la capitale pour en maîtriser les codes. Pourtant, attouchements et mains baladeuses font partie de son quotidien. "Surtout si je sors une caméra pour filmer dans une foule, relève-t-elle. J’ai connu une situation délicate, lors des manifestations place Tahrir en septembre dernier, où tout à coup, des dizaines d’hommes se sont pressés autour de moi. J’ai dû crier pour me faire respecter. Heureusement qu’un collègue m’a aidée."

Reportage : Le scandale des tests de virginité

Le harcèlement sexuel est un problème que connaissent toutes les Egyptiennes. Dans le pays en effet, les agressions sont d’une triste banalité, comme le montre un rapport de l'ONU, et n'épargnent aucun milieu : jeudi 24 novembre, Mona Eltahawy a été agressée sexuellement par la police... Au printemps dernier, l’armée avait par ailleurs infligé des "tests de virginité" très polémiques (voir vidéo) à des femmes qui avaient été violentées lors des manifestations de février. Une affaire qui avait poussé des milliers de femmes en colère dans les rues du Caire.

Des statistiques qui recensent les agressions ?

Si, pour Jean-François Julliard, responsable de RSF, "la menace sexuelle, de manière systématique et spécifiquement tournée contre les femmes journalistes, est nouvelle", comme il l'a expliqué sur France Info, la nouveauté n’est peut-être pas tant que les agressions se sont multipliées, mais que les femmes qui en sont victimes osent désormais rompre la loi du silence. Le témoignage de Lara Logan, envoyée spéciale de la chaîne américaine CBS sur la place Tahrir en février dernier, a brisé le tabou : elle s’était faite violemment agressée, le jour où le président Hosni Moubarak quittait son poste. Son témoignage avait révélé combien, dans un milieu du journalisme de guerre majoritairement masculin, il était jusque-là impossible pour une femme journaliste de parler de ces abus à ses collègues et à ses supérieurs pour ne pas paraître faible et maintenir ses chances de partir en reportage.

Le témoignage de Lara Logan a, depuis, incité d’autres femmes à sortir de l’ombre. Kim Barker, reporter américaine pour le site web d’investigation ProPublica, a rédigé une tribune dans le "New York Times" intitulée “Pourquoi nous avons besoin de femmes dans les zones de guerre". 

Preuve que le sujet est mal connu : aucune statistique ne recense les agressions sexuelles contre les journalistes, alors qu’il existe une base de données concernant les journalistes emprisonnés, torturés et tués. Interrogée à ce propos, Lauren Wolfe, l’une des responsables de l’organisation Committee to Protect Journalists expliquait en février dernier que "rendre publique ce type de témoignage reste une affaire personnelle".

Un avis que ne partage pas Caroline Sinz, pour qui il s'agit aussi d'"une façon d'intimider la presse" (voir la vidéo ci-dessous). D'autres femmes journalistes ont subi des violences", a-t-elle expliqué au micro de France 3. "Il ne faut pas cesser d’envoyer des femmes journalistes en Egypte. Ce serait céder à la peur, et ce serait donner raison à tous ceux qui cherchent à nous faire peur", renchérit sur France Info Claude Guibal, une journaliste qui a couvert l’actualité égyptienne pour "Libération" et pour Radio France pendant 15 ans. "Etre une femme, c’est entrer plus facilement dans les maisons, et connaître la vie quotidienne des Egyptiens. Se priver du travail des femmes dans le monde arabe équivaut à se priver de 50% des infos", conclut-elle.

Première publication : 25/11/2011

  • ÉGYPTE

    Une journaliste de France 3 agressée sexuellement près de la place Tahrir

    En savoir plus

  • Révolutions arabes : où sont les femmes ?

    En savoir plus

  • JOURNÉE DE LA FEMME

    L'UE souligne le rôle des femmes lors des récentes révolutions arabes

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)