Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Émotion en ligne après la libération de quatre otages français

En savoir plus

BILLET RETOUR

Prijedor : les survivants contre l’oubli

En savoir plus

REPORTERS

En Inde, des votes à vendre

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Printemps de Bourges, Festival d'Aix en Provence... la musique en festival!

En savoir plus

FOCUS

Washington–Bucarest : un partenariat de plus en plus stratégique

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Todd Shepard, spécialiste de l'Algérie

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Ligue des Champions : deux clubs madrilènes en lice

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

L'Afrique du sud, 20 ans après les premières élections démocratiques

En savoir plus

FOCUS

Les Taïwanais divisés vis-à-vis de la Chine

En savoir plus

  • Présidentielle syrienne : une élection taillée sur mesure pour Bachar al-Assad

    En savoir plus

  • Moscou accuse les autorités ukrainiennes d'enfreindre l'accord de Genève

    En savoir plus

  • Corée du Sud : la présidente incrimine l’équipage du ferry naufragé

    En savoir plus

  • Paris s'inquiète du sort de l'otage français Gilberto Rodriguez Leal au Mali

    En savoir plus

  • Didier François témoigne : "J'ai subi des simulacres d'exécutions"

    En savoir plus

  • Vidéos : retour sur la vie de Hurricane Carter, symbole des méfaits du racisme

    En savoir plus

  • Fusillade de Sloviansk : l’identité des assaillants, enjeu entre Moscou et Kiev

    En savoir plus

  • Mort d'ouvriers au Qatar : "Pas à cause du football", selon la Fifa

    En savoir plus

  • Présidentielle afghane : Abdullah et Ghani se dirigent vers un second tour

    En savoir plus

  • Sécurité maximale et participation record au marathon de Boston

    En savoir plus

  • Sissi et Sabahi, seuls candidats à l’élection présidentielle en Égypte

    En savoir plus

  • Bientôt Pâques sans chocolat ?

    En savoir plus

  • La prise d'otages, "monnaie d'échange" pour les djihadistes en Syrie

    En savoir plus

  • Les héritiers de Renault ne désespèrent pas de revoir quelques milliards

    En savoir plus

  • Tournoi de Monte-Carlo : Wawrinka bat Federer en finale

    En savoir plus

  • De retour en France, les ex-otages évoquent des conditions de détention "rudes"

    En savoir plus

  • Bachar al-Assad dans la ville chrétienne de Maaloula pour Pâques

    En savoir plus

  • Grand Prix de Chine : Hamilton et Rosberg offrent un nouveau doublé à Mercedes

    En savoir plus

EUROPE

Le gouvernement de Rajoy envisage une aide internationale pour restaurer ses finances

©

Texte par Dépêche

Dernière modification : 25/11/2011

Le nouveau gouvernement de droite de Mariano Rajoy étudie la possibilité de recourir à une aide internationale - du FMI ou du Fonds européen de stabilité financière - afin d'éviter au pays la récession économique.

REUTERS - Le nouveau gouvernement de droite espagnol, qui doit être officiellement investi à la mi-décembre, envisage, entre autres options, de demander une aide internationale pour restaurer les finances publiques du pays, apprend-on de sources proches du Parti populaire.

Le Parti populaire (PP) va devoir résoudre les problèmes d’une économie au bord de la récession, avec un objectif de déficit public difficile à atteindre en 2012, d’une hausse des coûts de financement sur des marchés obligataire et monétaire nerveux et d’un secteur bancaire plombé par des milliards d’euros d’actifs douteux.

Portrait : L'austère Mariano Rajoy

“Je ne pense pas que la décision (de demander de l’aide) ait été prise (...), mais c’est l’une des possibilités sur la table, parce qu’on m’a interrogé à ce sujet. Mais nous avons besoin de plus de temps et de plus d’informations en l’état actuel des choses”, a-t-on dit à Reuters.

Si un financement externe s’imposait, provenant soit du Fonds européen de stabilité financière (FESF), soit du Fonds monétaire international (FMI), il vaudrait mieux, d’un point de vue politique, le décider rapidement que de le faire ultérieurement sous la pression des marchés, explique-t-on.

“Si nous devons le faire, il faudra le faire tout de suite”, a-t-on ajouté.

Interrogé sur la possibilité de solliciter une aide extérieure, un responsable du PP s’est refusé à tout commentaire.

La BCE en premier

Le FMI a lancé mardi une ligne de liquidité à six mois, ouverte à des pays poursuivant des politiques solides mais néanmoins exposés à la crise de la dette de la zone euro.

Un consultant du PP interrogé par Reuters a souligné que solliciter un crédit du FMI n’était qu’une des hypothèses à l’étude. Ce serait insuffisant en soi et de nature provisoire, a-t-il ajouté.

Le futur président du gouvernement Mariano Rajoy a dévoilé peu de chose de ses projets économiques durant la campagne pour les législatives qui s’est soldée par la victoire écrasante du PP sur les socialistes dimanche dernier.

Mariano Rajoy a rencontré cette semaine les dirigeants des grandes banques espagnoles pour se faire une idée plus précise de l’état de santé économique du pays et prendre ses premières décisions, a ajouté la source.

Le nouveau chef du gouvernement s’est engagé à s’en tenir à un objectif d’un déficit représentant 4,4% du PIB en 2012, ce qui nécessiterait une réduction des dépenses énorme, ainsi qu’une refonte en profondeur d’un secteur financier touché de plein fouet par l’effondrement de l’immobilier.

Le Trésor espagnol devra en 2012 rembourser quelque 120 milliards d’euros de dette, tout en finançant son déficit. Le tout représente un total de 200 milliards d’euros au moins.

L’une des solutions couramment évoquées pour résoudre le problème de l’Espagne, ou d’autres pays de la zone euro en difficulté, est un assouplissement quantitatif de la Banque centrale européenne, qui ferait tourner la planche à billets pour racheter de la dette. Une solution que rejette avec force l’Allemagne et certains des responsables de la BCE.

“L’Espagne choisirait la solution de la BCE en premier mais si c’est impossible, il faudra se financer à l’extérieur”, a expliqué le consultant.

 

Première publication : 25/11/2011

  • BOURSES

    Les marchés européens dévissent encore en raison de la crise de la dette

    En savoir plus

  • ESPAGNE

    Le Parti populaire hérite d'un lourd fardeau économique

    En savoir plus

  • ESPAGNE

    La Bourse de Madrid en chute malgré le retour des conservateurs au pouvoir

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)