Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Un livre sur la poupée Barbie indigne la Toile américaine

En savoir plus

TECH 24

Neutralité : il faut sauver le soldat Internet

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

François Hollande revient à Florange

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Dialogue de sourds ?"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les mythes fracassés de la présidence Hollande"

En savoir plus

SUR LE NET

Les drones, des jouets qui peuvent être dangereux

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile témoigne de la tempête de neige aux États-Unis

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Abdou Diouf salue la transition démocratique au Burkina Faso

En savoir plus

REPORTERS

France : le FN à l’épreuve du terrain

En savoir plus

Economie

Malgré des taux d'emprunt records, Rome parvient à lever 10 milliards d'euros

Texte par Dépêche

Dernière modification : 25/11/2011

Malgré des taux jugés insoutenables et une dette colossale s'élevant à 1 900 milliards d'euros, l'Italie est parvenue à emprunter 10 milliards d'euros.

AFP - Les taux d'emprunt de l'Italie se sont envolés vendredi à des niveaux records lors d'une émission obligataire mais le pays a toutefois réussi à lever comme prévu 10 milliards d'euros, a annoncé la Banque d'Italie.

Les taux d'intérêt des obligations à six mois ont bondi à 6,504% contre 3,535% lors de la dernière opération similaire le 26 octobre. Les taux à deux ans se sont envolés à 7,814%, contre 4,628%.

Ces niveaux sont jugés insoutenables sur la durée pour la péninsule qui croule sous une dette colossale de 1.900 milliards d'euros (environ 120% de son PIB).

Signe de l'inquiétude des marchés, la Bourse de Milan a creusé ses pertes après cette émission, lâchant 1,91% vers 10H30 GMT.

La demande, surveillée de très près par les analystes, est en revanche restée soutenue et s'est élevée au total à 14,9 milliards d'euros, ce qui a permis au Trésor italien d'émettre comme prévu 8 milliards de titres à six mois et 2 milliards de titres à deux ans.

Cette émission obligataire intervient après le sommet ayant réuni jeudi à Strasbourg le président français Nicolas Sarkozy, la chancelière allemande Angela Merkel et le nouveau président du Conseil italien, Mario Monti, qui a déçu les marchés.

Alors que les investisseurs espéraient un infléchissement de la position allemande sur le rôle de la BCE, qu'ils veulent voir acheter massivement la dette des pays en difficulté pour juguler la crise, Berlin n'a rien cédé sur ce point malgré les pressions de Paris.

La chancelière allemande a également réaffirmé son opposition aux euro-obligations, mais a obtenu en revanche l'aval de la France à une révision des traités européens pour accroître la surveillance budgétaire.

Première publication : 25/11/2011

  • CRISE FINANCIÈRE

    Le FMI se dote d'un nouvel instrument de prêt pour lutter contre la contagion

    En savoir plus

  • ITALIE

    Le gouvernement de Monti obtient la confiance de l'Assemblée

    En savoir plus

  • ZONE EURO

    La flambée des taux italiens inquiète Bruxelles

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)