Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

  • De Paris à New York, les défenseurs du climat se mobilisent

    En savoir plus

  • Ashraf Ghani succède à Hamid Karzaï à la présidence afghane

    En savoir plus

  • Pas de zone tampon sans respect du cessez-le-feu, exige l’armée ukrainienne

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • Filière jihadiste lyonnaise : cinq personnes mises en examen et écrouées

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Sanaa instaure un couvre-feu, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Assaut mortel de Boko Haram à Mainok dans le nord du Nigeria

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : l'enquête n'a mené à "aucune piste privilégiée"

    En savoir plus

Economie

Malgré des taux d'emprunt records, Rome parvient à lever 10 milliards d'euros

Texte par Dépêche

Dernière modification : 25/11/2011

Malgré des taux jugés insoutenables et une dette colossale s'élevant à 1 900 milliards d'euros, l'Italie est parvenue à emprunter 10 milliards d'euros.

AFP - Les taux d'emprunt de l'Italie se sont envolés vendredi à des niveaux records lors d'une émission obligataire mais le pays a toutefois réussi à lever comme prévu 10 milliards d'euros, a annoncé la Banque d'Italie.

Les taux d'intérêt des obligations à six mois ont bondi à 6,504% contre 3,535% lors de la dernière opération similaire le 26 octobre. Les taux à deux ans se sont envolés à 7,814%, contre 4,628%.

Ces niveaux sont jugés insoutenables sur la durée pour la péninsule qui croule sous une dette colossale de 1.900 milliards d'euros (environ 120% de son PIB).

Signe de l'inquiétude des marchés, la Bourse de Milan a creusé ses pertes après cette émission, lâchant 1,91% vers 10H30 GMT.

La demande, surveillée de très près par les analystes, est en revanche restée soutenue et s'est élevée au total à 14,9 milliards d'euros, ce qui a permis au Trésor italien d'émettre comme prévu 8 milliards de titres à six mois et 2 milliards de titres à deux ans.

Cette émission obligataire intervient après le sommet ayant réuni jeudi à Strasbourg le président français Nicolas Sarkozy, la chancelière allemande Angela Merkel et le nouveau président du Conseil italien, Mario Monti, qui a déçu les marchés.

Alors que les investisseurs espéraient un infléchissement de la position allemande sur le rôle de la BCE, qu'ils veulent voir acheter massivement la dette des pays en difficulté pour juguler la crise, Berlin n'a rien cédé sur ce point malgré les pressions de Paris.

La chancelière allemande a également réaffirmé son opposition aux euro-obligations, mais a obtenu en revanche l'aval de la France à une révision des traités européens pour accroître la surveillance budgétaire.

Première publication : 25/11/2011

  • CRISE FINANCIÈRE

    Le FMI se dote d'un nouvel instrument de prêt pour lutter contre la contagion

    En savoir plus

  • ITALIE

    Le gouvernement de Monti obtient la confiance de l'Assemblée

    En savoir plus

  • ZONE EURO

    La flambée des taux italiens inquiète Bruxelles

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)