Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Le Nigeria attend dans la fébrilité les résultats de la présidentielle

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Départementales: un humour déplacé ?

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Antonio Costa : "Avec l'Euro, il y a quelques gagnants mais beaucoup de perdants"

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Évasion fiscale : l'Europe joue la transparence... jusqu'au bout ?

En savoir plus

FOCUS

Royaume Uni : les communautés musulmanes sont-elles bien intégrées ?

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

France : faut-il sanctionner les prostituées ou leurs clients?

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

La Palestine s'apprête à adhérer à la CPI

En savoir plus

BILLET RETOUR

Un vent de liberté souffle sur le Koweït

En savoir plus

ÉLÉMENT TERRE

Agriculture : faire face à l'élevage intensif

En savoir plus

Afrique

Trois Européens enlevés et un quatrième tué à Tombouctou

Vidéo par Clémence DIBOUT

Texte par Dépêche

Dernière modification : 26/11/2011

Au lendemain de l'enlèvement de deux Français dans le nord du Mali, trois Européens ont été kidnappés ce vendredi à Tombouctou. Un quatrième a été tué alors qu'il résistait à l'enlèvement.

AFP - Des hommes armés ont tué un touriste étranger et en ont enlevé trois autres vendredi à Tombouctou (nord du Mali) au lendemain du rapt de deux Français dans une autre localité malienne par des ravisseurs soupçonnés de liens avec Al-Qaïda.

Selon des sources des services maliens de sécurité à l'AFP, les enlèvements et le meurtre de vendredi se sont produits sur la place centrale de Tombouctou, haut lieu du tourisme au Mali.

Le touriste qui a été tué en tentant de résister à son enlèvement était Allemand, selon une source au gouvernorat de Tombouctou. Les trois autres personnes enlevées étaient, l'une de double nationalité britannique/sud-africaine, les deux autres Suédois et Néerlandais.

Le gouvernement malien a dénoncé une "action terroriste" considérée comme "une attaque perpétrée contre la sécurité et la stabilité de notre pays".

Il a réaffirmé "sa détermination et son engagement sans faille à entreprendre toutes les actions que commande la situation afin de garantir la paix, la sécurité et la stabilité".

Jeudi, deux Français avaient été enlevés à l'hôtel "Le Dombia" dans la localité d'Hombori, entre Mopti et Gao, à environ 200 km au sud de Tombouctou, par des hommes armés.

Ce sont désormais au total neuf ressortissants étrangers qui sont aux mains de bandes armées dans cette zone.

L'enlèvement des deux Français porte à six le nombre des Français prisonniers au Sahel, s'ajoutant aux quatre enlevés en septembre 2010 à Arlit (Niger), sur un site d'extraction d'uranium du groupe français Areva.

Les ravisseurs des deux Français sont soupçonnés d'être membres d'Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) ou d'être des "sous-traitants" travaillant pour cette organisation.

Aqmi n'a toutefois pas revendiqué les enlèvements ni le meurtre des dernières 48 heures, les premiers dans ces régions maliennes.

"Bien organisé"

L'enlèvement des deux Français "a été bien organisé", a affirmé une source sécuritaire à Hombori. "Nous pensons que des gens sont venus d'un pays voisin du Mali pour participer à l'opération", a affirmé cette source.

Les deux Français, présentés comme des géologues, étaient arrivés à Hombori mardi pour le compte d'une société malienne, Mandé Construction Immobilière (MCI), afin de faire des prélèvements de sols en vue de la construction d'une cimenterie.

Au "Dombia", leurs noms ont été consignés dans un cahier par la direction de l'établissement qu'a pu consulter l'AFP: Philippe Verdon et Serge Lazarevic.

Ces mêmes noms se retrouvent sur l'ordre de mission de MCI signé de son directeur, Djibril Camara. Philippe Verdon y apparaît comme "chef de mission", Serge Lazarevic comme "chef minier".

Serge Lazarevic, décrit comme un "colosse métis arabe" par des témoins et Philippe Verdon, "d'allure plutôt frêle", venaient d'effectuer leur première journée de travail sur le terrain lorsqu'ils ont été enlevés.

Des interrogations subsistent sur les activités réelles des deux Français, leurs noms - si ce ne sont pas des homonymes - apparaissant sur des sites Internet relatant des activités troubles aux Comores et à Madagascar pour M. Verdon, dans les Balkans et dans l'ex-Zaïre (actuelle République démocratique du Congo) pour M. Lazarevic.

La section anti-terroriste du parquet de Paris a ouvert une enquête préliminaire pour "enlèvement en bande organisée en lien avec une entreprise terroriste" et des enquêteurs de la Direction centrale du renseignement intérieur (DCRI) envoyés au Mali.

Cinq personnes ont été interpellées depuis jeudi à Hombori, dont le guide des deux Français, Ibrahim Ould Bah, a-t-on appris de source policière.

Des soldats français patrouillaient vendredi aux côtés de l'armée malienne dans cette région pour tenter de les retrouver.

Le grand nord du Mali abrite des bases d'Aqmi d'où elle commet au Mali et dans d'autres pays du Sahel (Niger, Mauritanie et Algérie) des attentats, procède à des enlèvements d'Occidentaux et se livre à divers trafics.

Les derniers rapts ont eu lieu peu après un incident au cours duquel un ancien militaire français, impliqué dans les négociations pour la libération des quatre otages d'Aqmi enlevés à Arlit, a été blessé par balle à l'épaule dans le grand nord malien.

 

Première publication : 25/11/2011

  • MALI

    Soldats maliens et français s'activent pour retrouver les deux Français enlevés

    En savoir plus

  • MALI

    Deux Français enlevés dans le nord du pays

    En savoir plus

  • SAHEL

    L'armée mauritanienne affirme avoir "détruit" une base d'Aqmi en territoire malien

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)