Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

  • Nicolas Sarkozy a "envie" mais surtout "pas le choix" de revenir en politique

    En savoir plus

  • Des milliers de pacifistes manifestent à Moscou contre la guerre en Ukraine

    En savoir plus

  • De Paris à New York, les défenseurs du climat se mobilisent

    En savoir plus

  • Pas de zone tampon sans respect du cessez-le-feu, exige l’armée ukrainienne

    En savoir plus

  • En Albanie, le pape François prône la tolérance religieuse et fustige les jihadistes

    En savoir plus

  • Ashraf Ghani succède à Hamid Karzaï à la présidence afghane

    En savoir plus

  • Air France prévoit d'assurer 41% des vols lundi

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France échoue au pied du podium

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • Grand Prix de Singapour : Hamilton reprend les commandes de la F1

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Filière jihadiste lyonnaise : cinq personnes mises en examen et écrouées

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Sanaa instaure un couvre-feu, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Assaut mortel de Boko Haram à Mainok dans le nord du Nigeria

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

Asie - pacifique

Bavure de l'Otan dans le nord-ouest, Islamabad ferme le "Khyber pass"

Vidéo par Mounia Ben Aïssa

Texte par Dépêche

Dernière modification : 27/11/2011

Au moins vingt soldats pakistanais ont été tués dans un raid de l'Otan sur un poste de contrôle à la frontière afghane. En représailles, Islamabad a bloqué le "Khyber pass", essentiel pour l’approvisionnement des troupes en Afghanistan.

AFP - Le Pakistan a annoncé samedi qu'il allait reconsidérer tous ses accords avec Washington et l'Otan, notamment dans les domaines diplomatique, militaire et du renseignement, à la suite de la pire bavure des Occidentaux au Pakistan en dix ans, qui a provoqué la mort de 26 militaires.

A l'issue d'une réunion extraordinaire de ses principaux responsables, le gouvernement pakistanais a par ailleurs ordonné aux Américains de se retirer dans les 15 jours de la base aérienne de Shamsi, située dans le sud-ouest du Pakistan, et a fermé toutes les voies d'approvisionnement de l'Otan en Afghanistan à partir de son territoire.

Les ministres et les chefs les plus importants de l'armée ont participé à la réunion de samedi du Comité de défense du gouvernement (DCC) sous la présidence du Premier ministre Yousuf Raza Gilani, a précisé le bureau de ce dernier.

"Le DCC a décidé de fermer avec effet immédiat les voies d'approvisionnement logistique de l'Otan/Isaf (la force de l'Otan en Afghanistan)", selon la même source.

La grande majorité de ces approvisionnements arrive par bateau au Pakistan à Karachi (sud), le principal port du pays, avant d'être acheminé en Afghanistan par la route.

"Le DCC a aussi décidé de demander aux Etats-Unis de quitter dans les quinze jours la base aérienne de Shamsi" qui serait utilisée par la CIA dans le cadre de ses raids de drones dans les zones tribales pakistanaises frontalières de l'Afghanistan.

De plus, "le DCC a décidé que le gouvernement allait complètement reconsidérer tous ses programmes, activités et accords de coopération avec les Etats-Unis, l'Otan et l'Isaf, y compris diplomatiques, politiques, militaires et dans le renseignement", a annoncé le bureau de M. Gilani.

Le Pakistan a accusé l'Alliance atlantique d'avoir tué jusqu'à 26 militaires pakistanais dans une attaque samedi avant l'aube à l'intérieur d'une des zones tribales, principale base arrière des rebelles talibans et d'Al-Qaïda, qui attaquent régulièrement l'Otan sur le sol afghan.

Selon Islamabad, des hélicoptères de l'Otan ont bombardé un poste militaire pakistanais à Baizai, dans le district tribal de Khyber.

"Ils ont tué 26 soldats et en ont blessé 14", a déclaré à l'AFP Masood Kausar, le gouverneur de Khyber Pakhtunkhwa, province du Nord-Ouest du Pakistan, avant de rendre hommage à ces "martyrs".

Dans la soirée, un porte-parole de l'Isaf, le général allemand Carsten Jacobson, a expliqué que des forces afghanes et de l'Alliance atlantique qui opéraient dans la province afghane de Kunar avaient réclamé un soutien aérien et qu'il était "très probable que ce soutien aérien (...) ait causé les pertes" pakistanaises.

L'officier a assuré que les troupes au sol se trouvaient alors à proximité de la frontière pakistanaise.

Dénonçant "une grave infraction à la souveraineté du Pakistan et une violation des lois internationales", le Premier ministre Yousuf Raza Gilani a protesté "dans les termes les plus vifs" auprès de l'Otan et des Etats-Unis, qui dirigent l'Isaf et lui fournissent les deux tiers de ses troupes.

M. Gilani a interrompu son week-end pour regagner Islamabad et s'y entretenir avec le président Asif Ali Zardari et les dirigeants de la très puissante armée qui a dénoncé une attaque "délibérée" et "inacceptable".

Le ministre de l'Information Firdous Ashiq Awan a de son côté estimé que cette attaque allait renforcer le sentiment antiaméricain chez ses compatriotes.

L'ambassadeur des Etats-Unis à Islamabad Cameron Munter a, quant à lui, affirmé que son pays travaillerait "étroitement avec Islamabad pour enquêter sur cet incident".

Le Pakistan a plusieurs fois dénoncé ces dernières années des violations de son espace aérien par l'Isaf. La dernière crise remonte à septembre 2010. Islamabad avait alors accusé cette force d'avoir tué trois soldats pakistanais et avait bloqué des camions de ravitaillement de l'Otan pendant près de deux semaines, jusqu'à ce que Washington présente des excuses.

Les Etats-Unis bombardent régulièrement les talibans et Al-Qaïda dans les zones tribales à l'aide de drones, des raids qu'Islamabad ne dénonce que du bout des lèvres, tant qu'ils ne tuent pas un grand nombre de civils.

Les Américains accusent régulièrement leur allié pakistanais de jouer un double jeu et de soutenir clandestinement les talibans pour défendre ses intérêts stratégiques en Afghanistan, d'où l'Otan prévoit de retirer l'ensemble de ses troupes de combat d'ici à la fin 2014.

Les relations déjà houleuses entre les deux pays se sont envenimées après l'opération unilatérale américaine au cours de laquelle a été tué le chef d'Al-Qaïda Oussama Ben Laden en mai dernier à Abbottabad, une ville de garnison du nord du Pakistan.

 

Première publication : 26/11/2011

  • PAKISTAN

    Des Taliban pakistanais entament des négociations de paix avec Islamabad

    En savoir plus

  • PAKISTAN

    Un bombardement de drones américains fait trois nouvelles victimes dans les zones tribales

    En savoir plus

  • TERRORISME

    Les Taliban pakistanais promettent d'attaquer les États-Unis et l'Europe

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)