Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Irak : comment lutter contre l'organisation de l'État islamique ?

En savoir plus

DÉBAT

UE - États-Unis - Russie : le double-jeu des sanctions

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile boycotte la vidéo de l'exécution de James Foley

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Nos étoiles contraires", sortez vos mouchoirs !

En savoir plus

FOCUS

La bataille du salaire minimum aux États-Unis

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Benjamin Stora : "Les Français connaissent assez mal l’histoire de l’immigration"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Barbarie"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La constance, c'est la confiance"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

La fermeture de restaurants Mac Donald's en Russie : scandale sanitaire ou pression politique ?

En savoir plus

  • Riposte contre l’EI en Irak : "On assiste à un jeu très cynique"

    En savoir plus

  • Mohamed Deif, plus que jamais ennemi juré d'Israël

    En savoir plus

  • Ebola : les deux Américains traités au sérum ZMapp sont guéris

    En savoir plus

  • Sans surprise, Erdogan choisit Davutoglu au poste de Premier ministre turc

    En savoir plus

  • Ebola : "Moi, je refuse de faire un vol vers Conakry"

    En savoir plus

  • Ligue 1 : Brandao suspendu provisoirement après son coup de tête

    En savoir plus

  • La Tunisie et l'Égypte ferment leurs frontières aériennes avec la Libye

    En savoir plus

  • À Bangui, plusieurs centaines de manifestants réclament le départ des soldats français

    En savoir plus

  • Yémen : ultimatum de la rébellion chiite qui exige la démission du gouvernement

    En savoir plus

  • Gaza : trois commandants du Hamas tués dans un raid israélien

    En savoir plus

  • Présidentielle au Brésil : la candidature de Marina Silva menace Dilma Rousseff

    En savoir plus

  • Syrie - Irak : le pape François tantôt pacifiste, tantôt interventionniste

    En savoir plus

  • Cécile Rol-Tanguy : "Je représente les résistantes qui ont été oubliées"

    En savoir plus

  • Ukraine : "C’est le début de la Troisième Guerre mondiale"

    En savoir plus

  • Assassinat de James Foley : les États-Unis ont tenté de le libérer

    En savoir plus

Amériques

Les démarques du "vendredi noir" provoquent une vague de blessés

Texte par Dépêche

Dernière modification : 26/11/2011

Le "vendredi noir", journée traditionnelle de soldes consécutive à la fête de Thanksgiving, a été marqué par de nombreux cas de violences à travers tout le pays. Plusieurs blessés ont été dénombrés.

AFP - Le "vendredi noir", rituelle journée de soldes-monstres qui suit la fête de Thanksgiving et lance la période des soldes des fêtes aux Etats-Unis, a été marqué cette année par des violences qui ont fait plusieurs blessés.

L'incident le plus grave a eu lieu en Californie, sur le parking d'un hypermarché Wal-Mart de San Leandro, où un client a été la cible de tirs d'armes à feu alors qu'il se dirigeait vers sa voiture après avoir effectué des achats.

Vendredi matin, il était dans un état "critique mais stable", a indiqué le sergent Mike Sobek à l'AFP.

Sur la côte Est, en Caroline du Sud (Sud-Est), des voleurs qui tentaient de détrousser une femme de 55 ans sur le parking d'un autre Wal-Mart lui ont tiré une balle dans le pied, selon la chaîne locale WMBF. Une de ses amies a réussi à faire prendre la fuite aux agresseurs en tirant des coups de feu en l'air avec sa propre arme.

Selon la police, des coups de feu auraient également été tirés dans un centre commercial de Fayetteville, en Caroline du Nord (Sud-Est)

Jeudi soir, dans le nord de Los Angeles, toujours dans un Wal-Mart, une femme armée d'un vaporisateur a aspergé les autres chalands de gaz paralysant pour se frayer un chemin et atteindre le plus vite possible des consoles de jeux et des poupées. Une vingtaine de personnes ont reçu du gaz et ont dû être traitées.

"Au minimum, elle va être inculpée pour agression (...) Ca n'est pas très malin de sa part", a expliqué le sergent A.J. Bellis à la presse.

Selon des témoins, en plein chaos, la femme a tout de même réussi à s'emparer d'une console de jeux XBox. Après l'avoir payée, elle a quitté le magasin.

La police est toujours à sa recherche.

Le "Black Friday" est une institution aux Etats-Unis, au même titre que Thanksgiving, la grande fête familiale qui le précède.

"C'est une chasse au trésor, c'est comme un grand jeu", résume Michelle Steiner, devant un grand magasin de jouets à Vernon Hills, dans la banlieue de Chicago.

Des pantalons qui affichent -20%, des chandails à -50%: à l'image de la chaîne de grands magasins Macy's, les enseignes américaines rivalisent pour attirer le chaland. Pour faire face à l'engouement, nombreuses sont celles qui ont ouvert dès minuit.

Chaque année, cette chasse aux bonnes affaires est l'occasion de bousculades et de cohues qui dégénèrent parfois. Quelques minutes après l'ouverture du Toys R Us de Vernon Hills, Michelle Steiner confie d'ailleurs qu'une amie venait d'être témoin d'un "pugilat pour des articles à deux dollars" dans un Wal-Mart.

Les grandes chaînes misent sur cette journée un peu particulière pour donner le coup d'envoi de la saison des achats qui culmine à Noël. Cette année, les magasins ont ouvert dès la soirée de jeudi, encore plus tôt que d'habitude.

Toys R Us a ouvert à 21H00, les supermarchés Target, les grands magasins Kohl's et Macy's ont commencé dès minuit, et non pas à 5H00 du matin comme les années précédentes.

L'enjeu financier est crucial. Le "vendredi noir" peut rapporter jusqu'à 20 milliards de dollars, selon le cabinet d'analyses SpendingPulse.

Malgré une économie toujours morose, l'Association nationale des commerçants de détail s'attend à ce que 152 millions de personnes fréquentent les magasins entre vendredi et dimanche. Il s'agirait d'une augmentation de 10% par rapport à l'an dernier.

Au chapitre politique, la Maison Blanche n'a pas perdu l'occasion de mettre le "vendredi noir" à profit en proposant sur le compte Twitter du président @BarackObama une "réduction de 10% sur tout achat d'articles" faisant la promotion du président pour sa réélection l'an prochain, comme des tasses à café, des autocollants...
 

Première publication : 26/11/2011

COMMENTAIRE(S)