Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

Trump à l'ONU : "irresponsable et infantile"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Chine : vers une interdiction des voitures à essence d'ici 2040

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Devenez citoyen des îles Poubelle !"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Baptême du feu pour Donald Trump et Emmanuel Macron devant l'ONU

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Rwanda : l’opposante Diane Rwigara sort du silence

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Florian Philippot : "La refondation du FN se passe assez mal"

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

François Kalfon : "On peut faire de la politique en dehors du 7e arrondissement de Paris"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Marc Dugain explore la face sombre de l'Amérique des Kennedy

En savoir plus

FOCUS

Un an après les JO, Rio de Janeiro gangrenée par la crise et la violence

En savoir plus

Afrique

Les islamistes modérés du PJD revendiquent la victoire

Texte par Dépêche

Dernière modification : 26/11/2011

Le Parti justice et développement (PJD - islamiste) d'Abdellah Benkirane (photo), première formation d'opposition de l'assemblée sortante, revendique la victoire aux législatives avec une centaine de sièges. La participation s'élève à 45 %.

AFP - Les islamistes du Parti justice et développement (PJD) revendiquent plus de cent sièges sur 395 aux législatives de vendredi au Maroc et parlent d'un "tournant historique", ont déclaré samedi à l'AFP des responsables de ce parti.

"Les données chiffrées dont nous diposons nous permettent de dire que nous aurons plus de 100 sièges" sur 395 du parlement marocain, selon Lahcen Daoudi, chef du groupe parlementaire du PJD.

"Nous avons déjà gagné plus de 80 sièges et je peux vous dire que nous aurons facilement plus de 100 sièges. C'est un tournant historique", indique pour sa part Mustapha El Khelfi, le directeur de la publication d'Attajdid, le journal du PJD.

Moncef BELKHAYAT, Ministre jeunesse et sports marocain



Si le PJD remporte ces élections, le roi sera obligé de nommer un Premier ministre dans ses rangs, selon la nouvelle Constitution.

"Nous avons gagné même dans des petites villes où nous ne sommes pas traditionnellement présents", a ajouté M. Daoudi, qui est le chef du groupe parlementaire du PJD.

Le taux de participation a atteint 45% selon les premières estimations annoncées par le ministre marocain de l'Intérieur Taib Cherkaoui.

"Les coalitions qui vont avoir lieu pour former le prochain gouvernement seront avec les partis de la Koutla", une alliance datant de 1992 regroupant, notamment, l'Istiqlal (le parti de l'actuel Premier ministre Abbas El Fassi) et l'Union socialiste des forces populaires (coalition gouvernementale).

Plus de 30 partis, représentés par 7.100 candidats, participaient à ces législatives pour élire 395 députés à la première chambre du parlement marocain.

Première publication : 26/11/2011

  • REPORTAGE

    Dans l'ancienne médina de Casablanca, les électeurs votent "par devoir"

    En savoir plus

  • MAROC

    Plus de 13 millions de Marocains appelés à élire leurs députés

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)