Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Rentrée des classes en France : le système éducatif français est-il mauvais élève ?

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Un accord pour rétablir le Parlement du Lesotho

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Affaire Kayumba : quatre accusés reconnus coupables de tentative de meurtre

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Abbas Araghchi, vice-ministre iranien des Affaires étrangères

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Sarkozy le retour?

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Le meilleur des Observateurs cette année !

En savoir plus

FOCUS

L'État islamique déclare la guerre de l'eau en Irak

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Peine perdue" d'Olivier Adam, la trentaine à la dérive

En savoir plus

REPORTERS

Pakistan : Imran Khan, des terrains de cricket à la politique

En savoir plus

  • Steven Sotloff, un passionné du monde arabe tombé entre les griffes de l'EI

    En savoir plus

  • Vidéo : un convoi de l'armée ukrainienne détruit dans l'est de l'Ukraine

    En savoir plus

  • Europe : Moscovici, un sous-commissaire pour la France ?

    En savoir plus

  • Pôle emploi : Rebsamen se défend de vouloir "stigmatiser" les chômeurs

    En savoir plus

  • L'EI revendique dans une vidéo la décapitation d'un second journaliste américain

    En savoir plus

  • Ligue 1 : Falcao fait ses valises, à quoi joue Monaco?

    En savoir plus

  • Les photos volées de Jennifer Lawrence sont aussi gênantes pour Apple

    En savoir plus

  • Nord-Mali : quatre casques bleus tués par l'explosion d'une mine près de Kidal

    En savoir plus

  • En images : Falcao, James, Di Maria, Suarez... les plus gros transferts de l’été

    En savoir plus

  • "Peine perdue" d'Olivier Adam, la trentaine à la dérive

    En savoir plus

  • Un député tunisien échappe à une tentative d'assassinat

    En savoir plus

  • Le président du Yémen annonce un "gouvernement d'union nationale"

    En savoir plus

  • L'Otan menace de déployer une force de réaction rapide en Europe de l'Est

    En savoir plus

  • VTC : la justice interdit à Uber d'exercer en Allemagne

    En savoir plus

  • L’armée irakienne poursuit son offensive, l’EI recule

    En savoir plus

  • À Saint-Nazaire, les Mistral voguent vers leur destin russe

    En savoir plus

Afrique

Le Parti justice et développement aux portes du pouvoir

Vidéo par France 3

Texte par Dépêche

Dernière modification : 27/11/2011

Abdelilah Benkirane, dirigeant du Parti justice et développement, annoncé comme le vainqueur des législatives, devrait être désigné par le roi pour former un gouvernement de coalition. Les résultats définitifs sont attendus dans la journée.

AFP - Les Marocains attendaient dimanche les résultats définitifs des élections législatives devant confirmer la large victoire des islamistes modérés qui, pour la première fois dans l'histoire moderne du pays, devraient accéder au gouvernement et le diriger.

La victoire probable du Parti justice et développement (PJD), qui était le premier parti d'opposition, intervient un mois après celle du mouvement islamiste Ennahda en Tunisie, pays ayant initié en janvier le mouvement de révoltes dans le monde arabe.

Selon les résultats officiels de plus des deux tiers des circonscriptions, le PJD est déjà crédité de 80 sièges (contre 47 dans l'assemblée sortante) pour le scrutin de vendredi. Les résultats définitifs pour les 395 députés de la chambre seront connus dimanche.

Sauf surprise, le chef du PJD Abdelilah Benkirane devrait être désigné par le roi pour former un gouvernement de coalition, comme le veulent les usages politiques.

Après le plébiscite du référendum constitutionnel de juillet, le déroulement des élections législatives ont permis au pays de gagner le pari de la stabilité voulue par le roi Mohamed VI, qui s'est engagé dans une politique de réformes en douceur, en tirant les leçons du printemps arabe qui a touché le royaume.

Fort de ce score historique, le PJD, qui se veut à "référence islamique" et "monarchiste", a annoncé qu'il était prêt à entamer les consultations.

Plusieurs partis de l'actuel gouvernement se sont déclarés prêts à participer à ces concertations. Parmi eux, l'Istiqlal, parti du Premier ministre actuel Abbas El Fassi, et l'Union socialiste des forces populaire (USFP).

L'Istiqlal, qui occupait la première place dans l'actuel Parlement avec 52 députés, a obtenu 45 sièges, selon des chiffres non définitifs.

Le scrutin a également connu une bonne participation, avec un taux de 45,4%, contre 37% en 2007. Cette participation en hausse a été un facteur déterminant dans le succès du PJD grâce à une mobilisation de ses sympathisants dans les centres urbains du pays où il est le mieux implanté.

Le chef du groupe parlementaire du PJD, Lahcen Daoudi, a même tablé sur la conquête par son parti de "plus de 100 sièges", soit le quart de l'Assemblée.

Mettant en avant "l'alternance", le Premier ministre Abbas El Fassi a qualifié de "positive" la participation des électeurs "en dépit des appels de boycott".



L'Occident n'a rien à craindre, selon le PJD



Ce succès des islamistes modérés intervient cinq mois après une réforme constitutionnelle décidée par le roi Mohamed VI qui stipule que le chef du gouvernement est choisi au sein du parti arrivé en tête des élections.

"Nous sommes serein. C'est clairement un vote pour le changement", s'est félicité à l'AFP une source diplomatique occidentale à Rabat, sous le couvert de l'anonymat.

La France et l'Union européenne, principaux partenaires économiques du royaume ont également salué les élections.

M. Benkirane a assuré que "l'Occident" n'avait rien à craindre de son parti. "On n'a pas besoin de le rassurer, il l'est déjà", a-t-il dit à l'AFP.

"L'essentiel de notre programme et de ceux qui vont gouverner avec nous aura deux axes: la démocratie et la bonne gouvernance", a affirmé le chef du PJD à la chaîne de télévision France 24.

"Les Marocains insistent pour garder leur monarchie, mais ils veulent qu'elle évolue avec eux", a-t-il commenté.

De fait, le prochain gouvernement devra nécessairement composer avec le palais qui conserve de larges prérogatives et joue un rôle d'arbitre alors que le royaume reste confronté à des défis socio-économiques importants.

"La norme restera définie par le roi (...) qui continuera de présider le conseil des ministres, et ne peut se contenter d'être en dehors du système", estime la politicologue Khadija Mohsen, spécialiste du Maroc.

Première publication : 26/11/2011

  • MAROC - LÉGISLATIVES

    Les islamistes modérés du PJD revendiquent la victoire

    En savoir plus

  • MAROC

    La participation aux législatives plus importante que prévu

    En savoir plus

  • REPORTAGE

    Dans l'ancienne médina de Casablanca, les électeurs votent "par devoir"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)