Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Manuel Valls: le Premier ministre en opération séduction

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

La French Touch, avec le chef Thierry Marx et le mathématicien Cédric Villani

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Cameroun : la famille d'Albert Ebossé pleure le joueur tué en Algérie

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Immigration : 170 corps retrouvés près des côtes libyennes

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Coup d’envoi de la 71ème Mostra de Venise

En savoir plus

SUR LE NET

Après "l'Ice Bucket Challenge", place au "Rice Bucket Challenge"

En savoir plus

FOCUS

Milan, ville de transit pour les réfugiés syriens

En savoir plus

FOCUS

Sénégal : insécurité alimentaire en Casamance

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Otages en Syrie : la rançon ou la mort ?

En savoir plus

  • Cessez-le-feu à Gaza : qui d'Israël ou du Hamas sort vainqueur ?

    En savoir plus

  • Bloquer l'avancée de l'EI, le casse-tête d'Obama

    En savoir plus

  • La déclaration d'amour de Valls aux entreprises françaises

    En savoir plus

  • Macron vs Montebourg : deux styles opposés mais une même politique ?

    En savoir plus

  • Affaire Tapie : Christine Lagarde mise en examen pour "négligence"

    En savoir plus

  • Ronaldo, Robben, Neuer : qui sera sacré joueur européen de l'année ?

    En savoir plus

  • Zara retire de la vente une marinière flanquée d'une étoile jaune

    En savoir plus

  • France : le chômage atteint un nouveau record en juillet

    En savoir plus

  • Un rapport de l’ONU accuse Damas et l’EI de crimes contre l’humanité

    En savoir plus

  • Ebola : le Liberia sanctionne ses ministres réfugiés à l'étranger

    En savoir plus

  • Milan, ville de transit pour les réfugiés syriens

    En savoir plus

  • Theo Curtis, ex-otage américain en Syrie, est arrivé aux États-Unis

    En savoir plus

  • Syrie : l'unique passage menant au Golan tombe aux mains des rebelles

    En savoir plus

  • Vidéo : Lalish, capitale spirituelle et dernier refuge des Yazidis d'Irak

    En savoir plus

  • En images : les ministres du gouvernement Valls II

    En savoir plus

Afrique

Le Kivu en proie à des violences persistantes

Vidéo par Stéphanie BRAQUEHAIS , Duncan Woodside

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 26/11/2011

Les provinces du Nord et du Sud-Kivu sont toujours en proie à la violence, malgré les promesses de Joseph Kabila, après son élection en 2006. Reportage de nos envoyés spéciaux dans un camp de réfugiés, à Masisi, dans le Nord-Kivu.

En 2006, Joseph Kabila avait promis la pacification et la sécurisation des provinces du Nord et du Sud-Kivu, dans l’est de la République démocratique du Congo (RDC), en proie à des violences depuis de nombreuses années. Le gouvernement affirme aujourd’hui que la situation s’est largement améliorée. Mais cette région, située aux confins du Rwanda, de l’Ouganda et du Burundi, est toujours à la merci de groupes armés congolais et étrangers qui sèment la terreur chez les civils. Selon l’ONU, plus de 500 000 civils ont fui leurs villages d’origine.

À l’image d’Alice Ndole. Mère de cinq enfants, elle vit de la vente de petit bois qu’elle ramasse et qu'elle vend sur le marché. En août dernier, elle a dû fuir son village. Elle s’est réfugiée dans un camp à Masisi, à quelques dizaines de kilomètres de sa maison. "Des hommes armés sont arrivés, ils voulaient nous tuer et piller notre maison, témoigne-t-elle au micro de France 24. À un moment, alors qu’on fuyait, ils ont tiré sur mon oncle paternel, ils ont tiré plusieurs fois".

"Ils sont venus la nuit et ils ont pillé notre maison"

Une histoire tristement banale sous l’abri de fortune qu’elle partage avec plusieurs dizaines de personnes. "Ils [des hommes armés] sont venus la nuit, ils ont pillé notre maison et ont menacé de nous frapper. Il a fallu prendre la fuite", raconte à son tour un vieil homme, Magari Mpozimbizi, vêtu d’une simple veste, malgré le froid. Car sous cette simple tente en toile, les températures et les intempéries sont d’autres menaces que ces réfugiés doivent à présent combattre.

Le camp de Masisi est saturé. Il ne reste plus aucune place pour les nouveaux arrivants qui ne cessent d’y affluer. Les premiers arrivés ont fini par construire des abris en bois, donnant au camp des allures de bidonville. Les allées boueuses sont bordées de tentes faites de lourdes toiles distribuées par les ONG, parfois agrémentées de bouts de tôle ou de bois. Ruth Mukamurenzi est arrivée en 2007. Agée et fatiguée, elle ne nourrit plus vraiment l’espoir que la situation s’améliore et qu’elle puisse rentrer chez elle. Pour elle, les élections du 28 novembre ne vont rien changer. "En 2006, il y a eu des élections, et les gens ont continué à être déplacés à cause des guerres. En 2011, il y a encore des élections… Mais j’ai peur que rien ne change", déclare-t-elle, la mine résignée.

Les provinces du Nord et du Sud-Kivu ont été au cœur de la première puis de la deuxième guerre du Congo, qui a impliqué, entre 1996 et 2003, plusieurs pays frontaliers de ces régions. Malgré l’accord de paix signé en 2003 à Luanda, mettant fin au conflit, les deux Kivu sont restés en proie à de violents affrontements jusqu’en 2009, notamment entre l’armée régulière congolaise et la milice d’un colonel dissident. Des groupes armés rwandais, ougandais et congolais continuent aujourd’hui de sévir dans la région. Les populations civiles ont payé un lourd tribut au cours de ces différents conflits : en plus de millions de personnes mortes ou déplacées, le viol, utilisé comme arme de guerre lors de la deuxième guerre du Congo, demeure une pratique courante dans la région.
 

Première publication : 26/11/2011

  • RD CONGO

    Des membres de gangs et des enfants des rues recrutés par les partis politiques

    En savoir plus

  • RD CONGO

    Dans l'immense RD Congo, organiser des élections est une gageure

    En savoir plus

  • CONGO

    Inquiétude des observateurs internationaux à quelques jours de la présidentielle

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)