Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

À L’AFFICHE !

Cannes-2016 : Laurent Lafitte et George Miller, les deux piliers du Festival

En savoir plus

FOCUS

Pédophilie dans l'Église : des victimes françaises brisent l’omerta

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Philippe Legrain : "Les réfugiés, une opportunité pour l’économie de l’Europe"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Emily Loizeau, immersion sentimentale et familiale avec l'album "Mona"

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

"Flexisécurité" : le modèle danois est-il transposable en France ?

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Dalian Wanda lance la guerre des parcs d'attraction

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Paris tente de relancer le processus de paix au Proche-Orient

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Assassinat des moines de Tibhirine : 20 ans après, il reste des zones d'ombre

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Ken Loach, Palme d'or à Cannes : "Un autre monde est possible et nécessaire"

En savoir plus

Afrique

Les islamistes du PJD remportent les législatives

Texte par Dépêche

Dernière modification : 28/11/2011

Les islamistes modérés du PJD ont remporté les législatives du 25 novembre avec 107 sièges sur 395. Une victoire qui permet au roi Mohammed VI de désigner le chef de gouvernement au sein de ce parti.

AFP - Le roi peut désigner Premier ministre la personne de son choix parmi les responsables du Parti Justice et développement (PJD, islamiste), vainqueur des élections au Maroc, et les ministres ne doivent plus avoir peur des proches du monarque, a déclaré dimanche le chef du PJD.

"Nous au PJD, on connaît la loi: le roi a le droit de désigner la personne de son choix parmi les responsables de notre parti", a indiqué Abdelilah Benkirane, le secrétaire général du PJD au cours d'une conference de presse à Rabat.

"Si le roi choisit comme Premier ministre une autre personne que le secrétaire général, les responsables de notre parti se réuniront et décideront de la position à adopter", a-t-il ajouté.

M. Benkirane n'a pas éte tendre envers l'entourage du roi, souvent craint au Maroc.

"N'importe qui vous dit qu'il est conseiller du roi, alors qu'il n'est ni conseiller, ni rien du tout. Cette époque doit maintenant se terminer", a lancé M. Benkirane, très en verve.

"J'appelle les (futurs) ministres à ne pas avoir peur. Ils sont nommés par le roi pour travailler", a-t-il dit.

Les islamistes modérés du PJD ont remporté les législatives du 25 novembre, obtenant plus du quart des sièges du futur parlement.

Cette victoire va permettre au roi Mohamed VI de désigner au sein de ce parti - qui comptait 47 députés dans la précédente chambre de 325 membres -, le chef du gouvernement, qui sera chargé de former un gouvernement de coalition.

Selon des informations, non confirmées officiellement, le chef du PJD a été convoqué vendredi soir au palais royal.

Evoquant le Mouvement de contestation du 20 février, qui revendique une réforme du système, le chef du PJD a déclaré qu'il était disposé à discuter avec eux "dès ce soir".

"S'ils disent des choses sérieuses, il faut les écouter. Si un seul Marocain a des choses sérieuses à dire, il faut l'écouter. Eux (dans le Mouvement du 20 février), ils sont des milliers".

Le PJD n'est pas associé à ce mouvement de contestation qui comporte des islamistes radicaux et des partis d'extrême gauche.

"Nos relations avec l'Europe et l'Amérique ont une dimension philosophique et historique, qu'on le veuille ou non. Aucun parti ne pourra modifier cette orientation", a enfin déclaré M. Benkirane qui a récemment fait de grands signes d'ouverture en direction des Occidentaux.

Quant aux Arabes, "qu'on le veuille ou non, ce sont nos frères", a-t-il lancé.

Première publication : 27/11/2011

  • MAROC - LÉGISLATIVES

    Les islamistes modérés du PJD revendiquent la victoire

    En savoir plus

  • MAROC

    Plus de 13 millions de Marocains appelés à élire leurs députés

    En savoir plus

  • REPORTAGE

    Hit Radio encourage les jeunes Marocains à voter aux législatives

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)